Ceatec : la manipulation d'objets virtuels en 3D devient plus réelle

06 octobre 2010 à 06h57
0
00C8000003616232-photo-msens.jpg
Interfaces vidéo, capteurs de mouvement, chaleur... La manipulation d'objets virtuels en 3D est relativement bien représentée au salon Ceatec 2010 de Tokyo. Mais avec son Multi-Sensory Interaction System (MSenS), le NICT (National Institute of Information and Communications Technologies) démontre une solution aussi intuitive que réaliste.

Au centre du projet, encore à l'état de recherche, on retrouve un travail des chercheurs sur l'intégration de quatre des cinq sens. La vue, évidemment, avec une image 3D de bonne qualité, réfléchie sur un miroir et visible à travers des lunettes polarisantes. Pour sa démonstration, le NICT utilise une pièce tirée d'un trésor archéologique de la période Nara (VIIIe siècle). Ginkuro est une boule pour parfumer le linge, issue du Trésor de Shosoin. Sur l'image, les reliefs sont bien gérés, l'image est nette et présente un bon confort.

La gestion du mouvement est assurée par un joystick. L'objet virtuel peut être touché, manipulé. Il peut tourner sur lui-même, et ainsi être regardé sous toutes ses coutures. Le retour de force fait très bien illusion, on croirait vraiment appuyer sur l'objet ou le manipuler. Le son n'y est pas pour rien. Ce troisième sens est intégré en fonction de l'objet, et Ginkuro tinte d'un son métallique à chaque fois qu'on le percute.

Dernier sens, enfin, l'odeur. Car que serait une boule à parfumer le linge sans le parfum. Le NICT a donc conçu un diffuseur intégré à sa machine, pour créer une illusion réaliste de la manipulation de Ginkuro.

000000DC03616236-photo-msens.jpg
000000DC03616238-photo-msens.jpg


Evidemment, le premier intérêt que l'on peut y voir est pédagogique. Manipuler des objets conçus il y a des centaines, voire des milliers d'années, dans n'importe quel musée, quelque soit l'endroit où est la pièce réelle, est une perspective intéressante. Mais le NICT, qui se limite à la recherche appliquée, propose quelques pistes supplémentaires d'utilisations envisageables dans le futur. Outre les oeuvres historiques, le laboratoire imagine qu'on pourra enseigner les sciences pratiques avec sa machine. Manipulation de composés chimiques dangereux, par exemple, sans quitter la sécurité du virtuel.

0000012C03616246-photo-msens.jpg
0000012C03616240-photo-msens.jpg


En médecine, aussi, le MSenS pourrait être utilisé pour le diagnostic médical, la simulation d'opération, ou l'entraînement des docteurs. En commerce, enfin, la machine pourra trouver son utilité. Manipulation d'objets à distance pour en vérifier la qualité et les spécifications, ou aide à l'achat en ligne... Les possibilités sont multiples. A condition que le MSenS sorte des laboratoires du NICT, et qu'il soit conçu sous une forme un peu plus pratique que la machine présentée au Ceatec.

000000DC03616242-photo-msens.jpg
000000DC03616244-photo-msens.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Sélection Clubic VPN 2019

Les actualités récentes les plus commentées

Steam ajoute un tag « LGBTQ+ » et ouvre un hub dédié à ces contenus
Netflix augmente ses tarifs en France dès aujourd'hui
Volkswagen garantira les batteries de l'ID.3 pendant 8 ans : une première
Un outil destiné aux forces de l'ordre capable de déverrouiller quasiment tous les smartphones
Sommet européen des 20 et 21 juin : objectif zéro émission de gaz à effet de serre d'ici 2050 ?
Une pétition demande à Netflix de déprogrammer Good Omens... une série produite par Amazon
Le Raspberry Pi 4 est là : trois configurations jusqu'à 4 Go de RAM (et un kit desktop)
Bill Gates considère que
AMD : le Ryzen 7 3800X mettrait à mal les Core i9-9900K d'Intel sur GeekBench
Le Bitcoin continue sa course folle et dépasse les 10 000$
scroll top