Mattel renonce à un jouet embarquant une IA beaucoup trop curieuse

Alexandre PAULSON
05 octobre 2017 à 16h52
0
Le fabricant de jouets Mattel a décidé d'abandonner le développement d'un objet intelligent destiné aux enfants baptisé Aristote. Le groupe joue la prudence suite à la pression exercée par deux élus américains et des associations de défense de l'enfance, qui redoutaient une atteinte sans précédent à la vie privée des petits consommateurs.

Mattel avait déjà essuyé des critiques similaires l'an dernier avec une poupée Barbie parlante, capable de restituer dans sa conversation avec l'enfant des éléments de sa vie privée.

Conversation et aide au devoir



Pressentie comme la prochaine révolution à venir de l'industrie dans son ensemble, l'intelligence artificielle intéresse aussi le monde du jouet. Mais ses débuts se heurtent à des résistances farouches. Le groupe Mattel, propriétaire entre autres de la licence Barbie, vient d'en faire les frais. L'une de ses filiales, Nabi, s'apprêtait à lancer sur le marché un jouet intelligent baptisé Aristote et destiné à intégrer une chambre d'enfant. Mais la maison-mère Mattel a préféré renoncer à son lancement suite aux vives critiques que le projet suscite.

Doté d'une caméra et d'un micro, Aristote interagit avec son environnement et a la capacité d'allumer une lumière quand un bébé couché dans la même pièce que lui se met à pleurer. Mieux : Aristote peut aider un enfant à faire ses devoirs et lui tenir une conversation. L'objet dispose en fait d'une intelligence suffisamment avancée pour apprendre à connaître l'enfant et nouer une sorte de relation avec lui.

01F4000007767799-photo-barbie.jpg


Une délégation de parentalité ?



Des capacités qui ont interpellé deux sénateurs américains, qui ont pris leur plume pour demander des explications à Mattel. Leur questionnement se situe à deux niveaux. Ils s'interrogent premièrement sur ce qu'Aristote va faire des données collectées auprès de l'enfant, amené à fournir des informations à la machine sur sa vie. Mattel avait fait face l'an dernier à des reproches identiques au sujet d'une Barbie parlante, capable d'enregistrer des informations sur la vie privée de l'enfant, comme le nom de son chien, que la poupée restituait ensuite dans ses conversations. Mattel a donc publiquement répondu à l'interrogation des sénateurs en leur garantissant un haut niveau de cryptage des données, et que celles-ci ne seraient en aucun cas cédées à des annonceurs publicitaires, conformément aux lois protégeant l'enfance.

L'autre niveau de questionnement des deux sénateurs est d'ordre sociétal et interpellera tous les parents : quel impact un tel objet communiquant aura-t-il sur le développement des enfants ? Dans son désir de promotion d'une parentalité high-tech, Mattel encourage d'une certaine manière les parents à déléguer une partie de l'attention à leur bébé et de l'éducation de leurs enfants à la machine. Des inquiétudes régulièrement exprimées par les pédiatres américains, pour lesquelles Mattel n'a pour l'heure pas de réponse.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top