Pixel C en test : excellente tablette cherche OS approprié

Aurélien Audy
16 décembre 2015 à 19h39
0
0
Google a annoncé sa tablette Pixel C en même temps que les deux nouveaux smartphones Nexus, fin septembre. Ecran 10,2 pouces au ratio feuille de papier A4 et SoC Nvidia Tegra X1, la Pixel C est assurément différente. Google met en avant la combinaison avec le clavier dédié, mais pour autant c'est Android 6.0 qui officie, et non pas Chrome OS. A qui s'adresse donc la Pixel C ? Est-ce une bonne tablette ?

Dans un contexte de décroissance du marché de la tablette (- 8 % au minimum sur 2015 d'après IDC), Google a surpris tout le monde le 29 septembre quand il a annoncé sa Pixel C. Parce que malgré le clavier parfaitement étudié pour donner au produit des airs d'hybride, la Pixel C est bien une tablette, fonctionnant sous Android 6.0. Rappelons simplement le distinguo que fait Google dans ses appellations, entre les Nexus portant aussi le sceau du fabricant partenaire et les Pixel intégralement aux couleurs de Google. Et accessoirement, ce ne sont pas les mêmes équipes qui gèrent Nexus et Pixel.

Google vient donc concurrencer l'iPad, voire l'iPad Pro si on considère le tandem avec clavier ou encore la Surface de Microsoft, si l'on va jusqu'à pousser la comparaison avec un PC hybride tablette. La Pixel C semble se prédestiner à un contexte de travail. Nous disons semble parce que Google n'a pas réellement tranché sur un positionnement bien clair de sa tablette. Alors que peut-on faire avec ?

Présentation de la Pixel C

Pour faire court, la finition de la tablette est excellente. Le dos et les bordures d'un seul tenant sont moulés dans un épais aluminium anodisé, conférant une rigidité impressionnante à l'ensemble. Le poids se maintient à un niveau correct : comptez 517 g quand un iPad Air 2 pèse 437 g. La tablette d'Apple mesure certes 1 cm de moins en largeur et 1 mm en épaisseur, mais elle dispose d'un écran moins grand (9,7 pouces versus 10,2 sur la Pixel C) et moins bien résolu (264 ppp versus 308 ppp). Les bords anguleux de la Pixel C font d'ailleurs davantage penser au design des Surface.

01A4000008284896-photo-google-pixel-c-21.jpg
01A4000008284898-photo-google-pixel-c-22.jpg

La Pixel C à côté de l'iPad Air 2

Google a opté pour une dalle IPS caractérisée par un ratio inédit. Avec une définition de 2 560 x 1 800 pixels, on tombe en effet sur le format feuille A4, ou encore, racine carrée de 2 (1,41 environ). Voilà qui tranche au beau milieu entre le 4/3 des iPad et les 16/9 ou 3/2 des Surface. Ce format calqué sur le papier a l'avantage de coller parfaitement à l'édition de documents de travail, tout en limitant l'importance des bandes noires lors du visionnage de vidéos par rapport au 4/3. Une sorte de « meilleur des deux mondes » que chacun jugera à sa manière en fonction de ses attentes.

035C000008282616-photo-google-pixel-c.jpg

La dalle IPS s'avère contrastée (1 660 : 1 d'après nos mesures), lumineuse (plus de 510 cd/m²) et elle affiche des couleurs douces et agréables malgré un blanc un peu trop chaud (entre 5 600 et 5 800 K, selon la luminance). Un meilleur contraste que sur l'iPad Air 2 (environ à 1 000 : 1) mais ce dernier profite d'une colorimétrie plus juste et d'une température parfaite de 6 500 K.

La tablette dispose de deux haut-parleurs stéréo situés sur les côtés, et de quatre microphones en enfilade sur la tranche supérieure : deux enregistrent quand on est en stéréo, les autres font de l'atténuation active de bruit. Google a fait preuve de moins d'extravagance sur la partie photo, avec un capteur photo principal de 8 mégapixels assez quelconque et un module frontal de 2 mégapixels : pour de la visio Full HD, ça suffit, mais pas pour du selfie.

Pixel C en détails
Pixel C en détails
Pixel C en détails
Pixel C en détails
Pixel C en détails

Maintenant, la Pixel C se démarque surtout grâce à son système de fixation avec le clavier dédié. Ce dernier - également en aluminium - dispose d'une charnière aimantée à laquelle la tablette - elle aussi aimantée - vient s'accrocher fermement. Le dispositif offre quasiment 90° de débattement. Une fois les deux éléments séparés, ils peuvent être superposés (ça permet de "ranger" le clavier sous la tablette quand on ne s'en sert pas) ou mis face contre face : le clavier sert alors de couverture à la tablette, tandis que la tablette recharge par induction la batterie du clavier.

Système de fixation aimantée de la Pixel C et de son clavier
Système de fixation aimantée de la Pixel C et de son clavier
Système de fixation aimantée de la Pixel C et de son clavier
Système de fixation aimantée de la Pixel C et de son clavier
Système de fixation aimantée de la Pixel C et de son clavier

Au dos de la Pixel C, un indicateur coloré lumineux composé de quatre barres permet de renseigner l'utilisateur sur la jauge de la batterie, mais également de rappeler dans quel sens mettre la tablette pour refermer l'ensemble (barre lumineuse et barre d'espace au même endroit) de sorte à ce que la recharge fonctionne. Bon point tout de même : la tablette s'aimante dans les deux sens.

La couche audio donne satisfaction pour une tablette. D'abord les deux haut-parleurs sont puissants (87,8 dB d'après nos mesures) et de relativement bonne qualité. Idem à propos de la prise casque, suffisante pour contenter un bon casque nomade.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Automobile : le gouvernement envisagerait un malus lié au poids des véhicules
Le Royaume-Uni devrait interdire les ventes de voitures thermiques en 2030
Après Bethesda, Microsoft tease, déjà, un autre rachat à venir ?
Airbus dévoile ses trois concepts d'avion à hydrogène, opérationnel d'ici 2035
Voiture électrique : allez-vous sauter le pas et à quel prix ?
Microsoft rachète Bethesda Softworks et l'ensemble de ses studios
L'adoption de Firefox en chute de 85%
Batteries de voitures : et si on allait plutôt chercher les matériaux au fond des océans ?
Xbox Series X | S : le module d'extension d'1 To NVMe coûtera 269,99€ en France
Battery Day : des batteries révolutionnaires et une Tesla à 25 000 dollars sous trois ans
scroll top