Snapchat rêve de réalité augmentée

Par
Le 31 décembre 2016
 0
L'acquisition par Snapchat de la start-up israélienne Cimagine Media, spécialisée dans la réalité augmentée, laisse présager de fonctionnalités inédites sur le réseau social préféré des jeunes.

Des objets virtuels chez vous


Imaginez qu'un beau jour, vous décidiez de faire un peu de déco dans votre appartement. Au lieu de vous rendre dans un magasin d'ameublement, vous ouvrez une application sur votre smartphone ou tablette et « placez » avec vos doigts des meubles virtuels dans votre propre salon, comme le montre cette vidéo. Une fois le meuble placé, vous pouvez même faire le tour de cet objet virtuel et le voir sous différents angles. C'est précisément la technologie qu'a développée Cimagine Media et que vient d'acquérir Snap, la société éditrice de Snapchat.

0258000008626598-photo-cimagine-snapchat.jpg

Le réseau social, qui rassemble 150 millions d'utilisateurs quotidiens, dont 8 millions en France, permettait déjà de coller des stickers virtuels sur les selfies et les vidéos. Mais aucune collaboration avec une marque qui ferait appel à la réalité augmentée n'a encore vu le jour. Désormais, il y a des chances que cela se fasse progressivement, Cimagine mettant déjà sa technologie au service de plusieurs marques d'ameublement et de Coca-Cola, qui l'utilise pour concrétiser avec les commerçants la pose de ses frigos rouges remplis de bouteilles.

La dernière d'une longue liste d'acquisitions


Cimagine, fondé début 2013, devient désormais le centre de recherche et développement de Snap en Israël. D'après la revue israélienne Calcalist, cette acquisition aurait coûté 35 millions de dollars à Snap et était motivée principalement par le souhait d'intégrer, au sein de l'entreprise au logo jaune, une équipe possédant un savoir-faire dans la réalité augmentée. L'effectif d'une vingtaine de salariés, basés près de Tel Aviv, devrait par ailleurs être bientôt étoffé.

Cette acquisition est la dernière d'une série qui a vu Snap débourser de coquettes sommes cette année. Snap aurait déjà payé 110 millions de dollars pour l'application de recherche mobile Vurb et 100 millions pour Bitstrips, qui permet de concevoir ses propres émoticônes appelés bitmojis. S'y ajoutent la start-up Flite, spécialiste de publicités en 360 degrés et de vidéos permettant de commander les articles vus d'un simple clic, et Seene, le développeur de la technologie derrière les selfies 3D.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top