Selon la Cnil : "l’iPhone bavarde pendant votre sommeil"

le 12 octobre 2011 à 11h50
0
La Commission dévoile les conclusions de son enquête portant sur la conservation d'informations de localisation par les iPhone et iPad d'Apple. La Cnil a donc mis sous surveillance un iPhone 3Gs connecté à un réseau WiFi afin d'observer les données transmises.

00FA000004648750-photo-wifi-cnil.jpg
La Cnil vient de rendre les conclusions de son enquête portant sur la collecte de données par les appareils mobiles d'Apple. Elle décortique le fonctionnement de la géolocalisation sur les iPhone et leur traitement de ces données.

L'autorité précise : « Le téléphone envoie à Apple une courte liste des quelques points d'accès WiFi qu'il a détectés à proximité. Ces points d'accès sont identifiés uniquement par leur adresse MAC, sans aucune autre information complémentaire (telle que la localisation, la force du signal ou le SSID). Le serveur d'Apple répond avec une longue liste répertoriant la localisation de plusieurs centaines de points d'accès WiFi situés autour du téléphone, dans un rayon de 150 mètres environ. Chaque point d'accès est identifié par son adresse MAC associée à sa position géographique. Ces informations sont complétées par quelques données techniques ».

Pour rappel, en avril dernier, deux chercheurs affirmaient avoir découvert que l'iPhone et l'iPad 3G conservaient une trace de tous leurs déplacements. Ces informations étaient stockées en clair, sans chiffrement, dans la mémoire du téléphone, et transférées sur ordinateur à chaque sauvegarde.

Un mois après le début de cette polémique, Apple avait proposé aux utilisateurs d'installer la mise à jour 4.3.3 d'iOS. Grâce à ce patch, la firme expliquait alors qu'elle avait pris soin de limiter la taille du cache. Cela signifie que les coordonnées des réseaux mobiles et WiFi rencontrés sont bien conservées, mais avec un historique limité dans le temps.

Dans son étude, la Cnil précise que pendant la nuit, « l'iPhone contacte les serveurs de géolocalisation d'Apple ponctuellement sans aucune intervention de l'utilisateur, dès lors qu'il est allumé et connecté à un point d'accès WiFi ». Le terminal communique à Apple les points d'accès WiFi (adresse MAC, force du signal, position GPS) rencontrés par l'utilisateur dans les heures ou les jours précédents.

En conclusion, la commission constate l'originalité de la méthode de localisation d'Apple. « Lorsqu'un utilisateur demande à être géolocalisé, c'est le téléphone lui-même qui calcule sa propre position à l'aide des informations fournies par Apple » précise la Cnil.

Par contre, aucun identifiant unique ou donnée personnelle ne sont communiqués. Il est donc, en principe, impossible de lier ces informations à un utilisateur en particulier. Néanmoins, la Cnil invite Apple à mieux communiquer sur cette fonction et précise qu'elle mène actuellement le même type d'enquête sur des terminaux sous Android.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Mots-clés : iPhone CNIL
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

LG veut être neutre en émissions carbone d'ici à 2030 et explique comment
Star Wars : après l'échec de Solo, Lucasfilm abandonne les spin-off
Comparatif 2019 : quels processeurs pour jouer et travailler ?
Où en est la législation française sur les travailleurs d'Uber, Deliveroo et consorts ?
Des capteurs inspirés des araignées pour permettre aux drones de réagir plus vite
Chine : une sonnerie de téléphone pour stigmatiser les citoyens endettés
Google lance la livraison de repas directe depuis Search, Maps et l'Assistant
AIDA64, l'outil de bench et de diagnostic, disponible en version 6.0
La transition écologique de l'industrie chimique va demander beaucoup d'énergie renouvelable
Le serveur test de PlayerUnknown's Battlegrounds arrive sur consoles
scroll top