Le jailbreak iPhone 4 se fait via le navigateur

Alexandre Laurent
02 août 2010 à 09h22
0
« Gratuit, légal et sûr », promet le site Jailbreakme.com qui, depuis quelques heures, permet d'opérer le jailbreak du dernier appareil d'Apple, l'iPhone 4, mais aussi de ses prédécesseurs, des baladeurs iPod Touch et même de la tablette iPad. Très attendu, le site souffre depuis sa mise en ligne, dans la nuit de dimanche à lundi, de très importants ralentissements, preuve que le jailbreak, cette opération qui permet de casser les protections du système d'exploitation mobile d'Apple pour y installer des applications tierces issues d'autres sources que l'App Store, suscite toujours autant d'intérêt.

Jusqu'ici, les derniers outils de jailbreak en date nécessitaient l'installation, sur PC ou sur Mac, d'un logiciel dédié grâce auquel l'utilisateur était en mesure d'opérer des modifications sur une image du système d'exploitation des terminaux mobiles Apple, avant de charger le fichier ainsi créé au sein de l'appareil par le biais d'iTunes. Ici, l'équipe de hackers à l'origine de Jailbreakme.com a considérablement simplifié le processus puisque tout se déroule depuis le navigateur de l'appareil. La manipulation aurait été rendue possible grâce à une faille de sécurité présente au niveau du navigateur Safari mobile.

Autrement dit, il suffit de se rendre sur le site Jailbreakme.com, de lire les quelques avertissements d'usage, et de faire glisser un bouton pour que l'opération se lance. L'iPhone télécharge alors de façon transparente un ficher PDF enrichi de codes qui permettent de modifier le système d'exploitation, exécute ces derniers, puis récupère le fichier d'installation de Cydia, un kiosque permettant d'accéder à des logiciels non soumis à la politique de validation de l'App Store d'Apple.

00C8000003417808-photo-jailbreak-iphone-4.jpg
00C8000003417810-photo-jailbreak-iphone-4.jpg
00C8000003417812-photo-jailbreak-iphone-4.jpg

Assez simple pour que même les néophytes aient envie de tenter l'opération, cette procédure n'est pas une première. Fin 2007, le site jailbreakme.com proposait déjà une solution de jailbreak en ligne à destination de la première génération d'iPhone. Le fait qu'il soit possible d'opérer des modifications aussi profondes au niveau du système d'exploitation de l'appareil par le biais du navigateur soulève d'ailleurs certaines interrogations du côté des experts en sécurité.

En attendant, les auteurs de jailbreakme.com se font un malin plaisir de rappeler, en page d'accueil du site, ainsi que dans la foire aux questions associée, que si l'opération compromet la garantie de votre appareil, celle-ci est parfaitement légale au regard de la décision récemment prise par le Bureau américain en charge du copyright. Elle est par ailleurs réversible puisque, selon eux, une simple restauration du micrologiciel de l'iPhone permet d'en effacer les traces.

Légal, le jailbreak n'en reste pas moins controversé. S'il permet d'accéder au système d'exploitation des terminaux Apple, d'y opérer des modifications ou de se soustraire à la modération parfois sévère d'Apple au niveau de son App Store, il autorise également l'installation frauduleuse de logiciels distribués de façon payante sur le kiosque officiel du fabricant.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

NVIDIA en discussion avancée pour le rachat d'ARM pour au moins 32 milliards
Renault annonce une perte record de près de 7,3 milliards d'euros
Elon Musk veut fournir des logiciels, des batteries et des moteurs à d'autres constructeurs
Pour Windows Defender, CCleaner est une app indésirable
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Rocambole : l'application est enfin de retour sur le Google Play Store !
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
Windows : le bug de recherche dans l'Explorateur bientôt réglé... Huit mois après
Freebox Pop : la fibre, l'expérience TV et le répéteur Wi-Fi à l'honneur de la campagne d'affichage de la box
L'évasion Carlos Ghosn financée en Bitcoins
scroll top