Huawei souhaite une meilleure collaboration sur la cybersécurité

05 septembre 2012 à 16h58
0
L'équipementier chinois vient d'éditer un livre blanc portant sur la cybersécurité s'attardant sur les besoins en la matière. Huawei insiste sur la nécessité d'une collaboration entre les différents acteurs du marché de la sécurité.

00FA000003393406-photo-huawei-spy.jpg
Huawei milite en faveur de la mise en place d'un cadre légal et technique destiné à faire converger les efforts en matière de cybersécurité. Dans un rapport baptisé « Perspectives de cybersécurité au 21ème siècle : Technologie et sécurité, un mariage difficile », la firme chinoise constate que les besoins en matière de sécurité sont plus importants à mesure que le nombre d'utilisateurs croît.

Ainsi, Huawei préconise que : « toutes les parties prenantes - gouvernements et l'industrie - doivent reconnaître que la cybersécurité est un problème commun mondial qui exige des approches fondées sur la notion de compréhension du risque, l'adoption de bonnes pratiques et d'une coopération internationale pour relever ce défi ».

Le groupe chinois devra néanmoins répondre aux critiques et réticences formulées à l'encontre de certains de ses équipements. Outre les remarques formulées par des hackers lors de la dernière DefCon au sujet des routeurs Huawei de type AR18 et AR29, certaines autorités voient désormais d'un mauvais œil l'installation de matériels de la marque dans les installations de cœur de réseau.

En France, le sénateur Jean-Marie Bockel a, par exemple, proposé d'interdire sur le territoire national le déploiement et l'utilisation de routeurs ou d'autres équipements de cœur de réseaux qui présentent un risque pour la sécurité nationale, « en particulier les routeurs et certains équipements d'origine chinoise ». Une mesure destinée, selon le sénateur, à mieux sécuriser ces installations critiques et à préserver une certaine souveraineté nationale sur ce type d'installations.

Pour sa défense, Huawei précise dans son livre blanc rédigé par John Suffolk, un ancien directeur technique chargé des installations du gouvernement britannique, n'avoir : « jamais endommagé une nation ou eu l'intention de voler tout renseignement national, les secrets d'entreprise ou d'attenter à la vie personnelle et nous ne pourrons jamais soutenir ou tolérer ces activités. Nous ne soutenons d'ailleurs aucune entité de n'importe quel pays qui pourrait entreprendre une activité qui serait considérée comme illégale dans n'importe quel pays ».
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Samsung accusé sur ses conditions de travail en Chine
Geekget Episode 50 : le brassard sport pour iPhone
Contour+2 : un caméscope de poche pour sportif pilotable par smartphone
Rapport Symantec : Russie et Chine restent les pays où la cybercriminalité est la plus forte
Windows Phone 8 : Nokia dévoile ses Lumia 920 et Lumia 820
EA224WMi : un nouveau moniteur à rétroéclairage LED chez Nec
Samsung domine le marché européen de la téléphonie mobile
Hadopi a transmis 14 dossiers à la justice
Reconnaissance vocale : Nuance lance Dragon Dictate pour Mac 3
Netbooks : Acer et Asus sur le point de quitter le marché
Haut de page