Intel se fait le chantre de Miracast

le 22 octobre 2013
 0
Sans renier les efforts, techniques et marketing, consentis autour du WiDi, Intel embrasse désormais la technologie Miracast et s'en fait même le promoteur en en montrant le potentiel encore inexploité.

Implémentée dans Android depuis la version 4.2 (Jelly Bean), Miracast exploite les réseaux WiFi pour assurer la transmission de contenus d'une source à un récepteur. Scénario d'usage typique : je souhaite afficher le film contenu sur mon téléphone sur l'écran de ma télévision sans avoir à passer par un câble physique. Dans les faits, la technologie donne satisfaction, du moins tant que le réseau est à la hauteur, ce qui conduit logiquement à envisager des mises en oeuvre plus complexes.

Des smarpthones récents comme le G2 de LG ou le Xperia Z vont déjà un cran plus loin en autorisant, depuis peu, un Miracast fonctionnant en tâche de fond : la diffusion de la vidéo n'empêche pas de continuer à utiliser le téléphone pour d'autres tâches, comme la navigation Web par exemple.

Intel de son côté a longtemps promu sur PC sa propre interprétation, propriétaire, de ce principe, baptisée WiDi. Venu à Android, puisqu'il place désormais ses processeurs Atom dans des smartphones ou des tablettes équipés du système de Google, le fondeur a logiquement embrassé Miracast dès sa généralisation.

Pour Intel, rencontré mardi lors de sa conférence annuelle dédiée à la recherche et à l'innovation, rien n'interdit d'aller plus loin qu'on ne le fait aujourd'hui. Ses ingénieurs y présentaient par exemple un lecteur multimédia pour Android capable de gérer simultanément deux flux vidéo 1080p, l'un lu sur l'écran d'une télévision connectée via Miracast et l'autre directement sur la dalle du téléphone.

Dans l'absolu, rien n'interdit selon eux d'aller plus loin, en envisageant par exemple de diffuser non pas un mais deux flux vidéo vers des écrans tiers. Avec un intérêt de taille par rapport au protocole DLNA : puisque Miracast fonctionne comme un miroir, il n'est pas nécessaire de se limiter aux contenus présents sur le réseau local, et l'on peut très bien diffuser une vidéo lue depuis un serveur distant.

000000BE06745346-photo-intel-miracast-sur-android.jpg
000000BE06745348-photo-intel-miracast-sur-android.jpg

À ces bénéfices propres à Miracast et son fonctionnement en mode P2P, Intel entend ensuite implémenter ensuite des optimisations spécifiques à son environnement matériel (processeur, contrôleur WiFi), que l'on retrouvera sous l'appelleation WiDi, histoire que la boucle soit bouclée. Un discours opportun, dans la mesure où Windows 8.1 s'ouvre lui aussi à la prise en charge de Miracast.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Tencent envisagerait de produire son propre smartphone gaming
Une étude démontre qu'il y a de l'eau sous la surface de la Lune... mais plus pour longtemps
Jour de la Terre : et si vous passiez au reconditionné ? Nos conseils pour faire le bon choix
On a joué à The Division 2 : Ubisoft parfait la formule et fait mouche
Comparatif 2019 : Quelle est la meilleure montre connectée ?
Avast déploie Aspen, un navigateur web sécurisé basé sur Chrome 73
Voiture électrique : Casino va installer des bornes recharge ultra-rapides dans ses magasins
Jour de la Terre : des images qui montrent la beauté de notre planète (mais aussi notre impact)
Technologies numériques : l'UE adopte un plan d'investissement à 9,2 milliards
Comparatif 2019 : Quel est le meilleur chargeur sans fil ?
Des pirates publient les données personnelles de milliers de policiers et d'agents du FBI
XIII, le shooter d'Ubisoft lancé en 2003, se paye un remake !
Oui.sncf marche fort et reste le premier site de e-commerce français
Des chercheurs ont réussi pour la première fois à
Une entreprise récupère les trottinettes de Lime et Bird... pour les leur
scroll top