La DARPA planche sur un système de vote électronique open-source

le 19 mars 2019
 0
Machine à voter
Exemple d'une machine à voter utilisée en France en 2015

Le gouvernement américain travaille à la mise au point d'un système de vote électronique plus sécurisé que les machines à voter utilisées aujourd'hui lors des élections.

La Defence Advanced Research Projects Agency (DARPA) est actuellement en train de développer deux systèmes de vote électronique, en collaboration avec la société Galois, spécialisée dans les systèmes de sécurité informatique.

Deux systèmes de e-vote conservant la sécurité du papier


Le premier dispositif s'apparente à un écran tactile présentant à l'électeur les différents candidats. Une fois le choix effectué, l'appareil imprimera un bulletin papier, qu'il pourra vérifier puis déposer dans une machine à balayage optique qui comptabilisera le vote et imprimera à son tour un reçu.

Pour garantir la validité du vote, ce récépissé contient un code propre à chaque électeur et à son vote. A l'issue du scrutin, un site web va répertorier l'ensemble des votes, afin de garantir que sa voix a bien été prise en compte. Il pourra le vérifier en tapant le code obtenu sur le reçu.

Le deuxième système est quant à lui un appareil qui balaiera les votes papier à la main, afin d'obtenir une réponse plus fiable qu'un dépouillement manuel, et éviter tout risque de fraude.

Les deux solutions utiliseront des logiciels open-source pour fonctionner. La société Galois va travailler à un logiciel fonctionnant sur plus de 20 processeurs distincts et sécurisés.

Les machines à voter actuelles constituent un grand risque de fraude


Les machines à voter utilisées aux Etats-Unis ont été à de nombreuses reprises pointées du doigt pour leur manque de sécurité. Certains appareils utilisés lors des élections de mi-mandat en 2018 abritaient une vulnérabilité logicielle connue depuis 2007.

De plus, un rapport d'experts à démontré que l'un de ces modèles, la Dominion AVC Edge, n'avait aucune protection au démarrage et était facilement démontable à l'aide d'un simple tournevis. Une personne mal intentionnée, dans le secret de l'isoloir, pouvait simplement remplacer le disque dur et le système de stockage de l'appareil, et falsifier ainsi le résultat de son bureau de vote.

La DARPA souhaiterait remplacer ces modèles au code propriétaire par de nouvelles solutions dont le fonctionnement sera accessible en ligne afin d'en vérifier la conformité et la sécurité. L'objectif final de la DARPA n'est pas de vendre ces systèmes mais de les utiliser comme plateformes de référence, proposées à des fournisseurs tiers. Ces derniers pourront s'inspirer de ces appareils pour concevoir leurs propres machines à voter et les proposer aux différents Etats américains.

Source : Naked Security
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Facebook travaille sur son propre assistant vocal, pour concurrencer Alexa et Siri
Face aux géants comme Alibaba, Amazon ferme sa marketplace en Chine
Pinterest pèse 12,7 milliards de dollars et fait une entrée réussie en Bourse
Une association porte plainte contre Xiaomi en raison des DAS trop élevés de ses smartphones
L'UE vote en faveur d'une nouvelle limite d'émission de CO2 pour les camions
Test LIFX Beam : l’éclairage connecté au service du design d’intérieur
Oups : Facebook a
Programmation : quels langages sont les plus recherchés et rémunérateurs ?
Google et Amazon font la paix : Chromecast va désormais supporter Amazon Prime Video
Finalement, Pepsi abandonne son idée de mettre de la publicité en orbite
MSI annonce que les cartes mères en chipset AMD 300 supporteront bien les Ryzen 3000
Mi 9 SE, trottinette électrique : Xiaomi signe une distribution exclusive avec Fnac Darty
Notre-Dame de Paris : Drones, robots... La technologie de plus en plus sollicitée par les secours
Les GAFAM désarment un projet de loi protégeant les données personnelles des utilisateurs
Les Furtifs, le dernier livre phénomène d'Alain Damasio, sort aujourd'hui
scroll top