Vers un accès facilité aux données de connexion et aux "interceptions de sécurité" ?

03 décembre 2013 à 12h11
0
Les débats autour du projet de loi sur la programmation militaire ont repris à l'Assemblée nationale. Malgré certaines oppositions, le texte a vocation à faciliter l'accès pour les pouvoirs publics aux données de connexion appartenant aux FAI.

00FA000002914852-photo-surveillance.jpg
Après le Sénat le mois dernier, le projet de loi relatif à la programmation militaire est passé devant l'Assemblée nationale. Malgré les craintes évoquées notamment par l'Asic, la Cnil et le député Tardy, le texte a été soutenu par les élus. Une disposition, l'article 13 relatif au « Cadre juridique de l'accès administratif aux données de connexion et de la géolocalisation en temps réel », fait pourtant débat.

Cet élément vient en effet renforcer les prérogatives des pouvoirs publics en matière de surveillance en matière de lutte et de prévention de la criminalité, ces derniers pouvant avoir accès à certaines informations. Sont ainsi mentionnées, des données « techniques relatives à l'identification des numéros d'abonnement ou de connexion à des services de communication électronique, aux données relatives à la localisation des équipements terminaux utilisés ainsi qu'aux données techniques relatives aux communications d'un abonné portant sur la liste des numéros appelés et appelant, la durée et la date des communications ». Ces informations pourraient donc être communiquées par les FAI et les hébergeurs aux services de police sans l'intervention d'un juge.

Outre cet article 13 très polémique, le texte propose d'autres mesures autorisant, par exemple, les services de l'État à mener des intrusions informatiques afin d'analyser la conception et d'observer le fonctionnement d'attaques informatiques (article 14). Cette capacité est ainsi ouverte en cas d'offensive « portant atteinte au potentiel de guerre ou économique, à la sécurité ou à la capacité de survie de la Nation ».

Enfin, l'article 15 du texte fait référence aux opérateurs eux-mêmes des systèmes d'information chargés de mettre en place à leur frais les règles de sécurité nécessaires à leur protection. Dans ce cadre, les opérateurs dont le rôle est considéré comme revêtant une importance vitale doivent se protéger en mettant en place des mesures adéquates.

L'Assemblée nationale doit encore procéder au vote solennel du projet de loi. C'est donc ce mardi en début d'après-midi que la question sera temporairement tranchée pour les députés. Le débat n'est toutefois pas encore clos puisque les sénateurs devront à leur tour voter le texte dans les mêmes termes.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Sommée de cesser de diffuser les chaines d'Altice, Free opérerait la coupure dès vendredi
Les poids-lourds électriques eCascadia de Daimler prêts à prendre la route
Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
La Chine ouvre la plus grande station-service d'hydrogène au monde
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
Un faux câble de charge iPhone permet de pirater le PC ou le Mac qui s'y connecte
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en volant, même en main libre

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top