Montebourg lance Colbert 2.0, le logiciel qui fait aimer la relocalisation

01 juin 2018 à 15h36
0
Pour inciter les entreprises à relocaliser, le ministère du redressement productif a lancé lundi Colbert 2.0, un logiciel en forme de formulaire en ligne, censé aider les patrons à cerner quels seraient, dans leur cas précis, les bénéfices à tirer de la production en France.

Arnaud Montebourg a donné lundi le coup d'envoi de « Colbert 2.0 », un logiciel en ligne sous forme de questionnaire censé permettre aux entreprises qui ont délocalisé une partie de leur production à l'étranger de mieux cerner les avantages du fabriqué en France.

« Relocaliser, c'est possible, car la régionalisation des échanges rapproche les activités de production au plus près des lieux de consommation et car de nombreuses industries reviennent des logiques low cost qui ont pu mener à des impasses », vante le site. Il s'agit donc de mettre fin au mythe selon lequel produire à l'étranger serait plus économique, en sensibilisant à certains éléments de l'équation, parfois oubliés : coûts et délais associés à l'acheminement, gain d'efficacité dû au rapprochement des équipes développement et fabrication, contrôle qualité amélioré, risques de contrefaçon limités, etc.

0190000006146118-photo-colbert-2-0-relocalisation.jpg

Le formulaire, accessible après enregistrement d'une fiche utilisateur, sonde les besoins et les problématiques de l'entreprise en 48 questions, parfois pointues. Chacune d'entre elle est toutefois accompagnée d'une notice visant à expliquer, pas toujours de façon très claire, quelle logique économique particulière est interrogée. « Votre marché est-il demandeur de délais de livraison de plus en plus raccourcis ? », nous demande-t-on par exemple page 19, tout en expliquant que notre compétitivité gagnerait à une collaboration renforcée avec nos partenaires.

A l'issue de l'exercice, un bilan chiffré est dressé. Il évalue sur six axes les enjeux de l'entreprise : optimisation, repositionnement chaîne de avaleur, coûts cachés, etc. Si l'un des indicateurs dépasse 50%, la logique de la relocalisation mérite d'être envisagée.

Pour notre entreprise Gros Boulons, sous-traitant spécialisé dans la fabrication d'équipements industriels qui ne souffre que modérément de la contrefaçon et cherche surtout à produire mieux pour moins cher, la relocalisation ne serait semble-t-il pas la priorité. « Le rapatriement de votre production en France ne semble pas relever d'un impératif stratégique à court terme », nous explique Colbert, tout en glissant tout de même que cette situation pourrait changer à l'avenir. On nous promet enfin la mise à disposition d'un « correspondant relocalisation », des fois que cette petite demi-heure de QCM nous ait donné envie d'en savoir plus.

Ci-dessous, un exemple de rapport fourni par Colbert 2.0.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Third Point ne détiendra plus que 2% du capital de Yahoo
SFR et Bouygues veulent mutualiser une partie de leurs réseaux mobiles
Infos US de la nuit : conférence Samsung, LeapMotion en prévente, déception Netflix
SFR : les achats d'applications Windows Phone réglés sur la facture mobile
Samsung annonce son Exynos 5 Octa 5420
Canonical lance une campagne de crowdfunding pour financer son smartphone Ubuntu Edge
Google investit dans Himax Display en vue de la production de ses Glass
Braven 855s : une enceinte nomade de 1,5 kg résistante aux éclaboussures
NSA : la justice américaine renouvelle le droit de collecte des métadonnées
Nokia : une
Haut de page