NSA/PRISM : l’eurodéputée Françoise Castex saisit la Commission européenne

07 juin 2013 à 19h22
0
Après les révélations portant autour du programme PRISM, l'Europe est avertie des pratiques en cours en matière d'accès aux données d'utilisateurs des services majeurs de Facebook, de Google ou bien encore d'Apple et de Microsoft. L'eurodéputée Françoise Castex demande à la Commission européenne de lui confirmer l'existence de ces pratiques.

00FA000002575056-photo-europe-internet.jpg
Ce jeudi, la presse américaine, Washington Post et le Guardian en tête, ont publié plusieurs extraits d'un programme baptisé PRISM. Ce dernier, classé confidentiel, est censé donner aux services de renseignement américains un accès aux données personnelles d'utilisateurs de services développés par Apple, Facebook, Microsoft, Google et AOL.

En cas de demande exprès, ces opérateurs (y compris les FAI du pays tels que Verizon, AT&T et Sprint) doivent alors fournir des informations personnelles comme le contenu des emails, des logs de connexion, des photos, des vidéos, les appels passés depuis un service de VoIP ou même les transferts de fichier.

Par contre, ce système semble toucher l'ensemble des internautes et donc pas uniquement les américains. L'inquiétude a été relayée par l'eurodéputée socialiste Françoise Castex. Cette dernière, qui occupe également le poste de vice-présidente de la Commission des affaires juridiques du Parlement européen indique ainsi avoir saisi la Commission européenne sur ce dossier afin que celle-ci confirme ou non l'existence de telles pratiques.

Dans un communiqué, la responsable appelle Bruxelles à agir « afin de protéger la vie privée des ressortissants de l'Union européenne en particulier sur le cloud face la toute-puissance du Foreign Intelligence Surveillance Amendment Act (FISAA) ». Elle demande également si d'autres organismes situés sur le territoire communautaire disposent de dérogations similaires afin de pouvoir collecter ce type de données.

La question survient alors que le projet de règlement européen portant sur les données personnelles a été repoussé. Ce dernier proposait pourtant de renforcer la protection de ce type d'information. Certains pays, comme la France ont certes demandé à ce que le consentement explicite de l'utilisateur soit toujours demandé. Pourtant, certains opposants, comme la Grande-Bretagne ont souhaité que le texte prenne mieux en compte les besoins des professionnels du secteur. De nouvelles négociations devraient donc avoir lieu.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Infos US de la nuit : laptop sécurisé pour Dell, Google contre les médias, arrivée de Piccolo
Revue de Web : les pizzas volent au secours d'Internet
Un Cosmos SE fait son apparition chez Cooler Master
Un boîtier pour carte graphique en Thunderbolt chez Silverstone
Windows Phone : la prochaine version dévoilée en images ?
L’enregistreur numérique TiVo fait la paix avec Cisco, Motorola et Warner
Les Français se méfient plus de Facebook et Twitter que de Google
Musique : Apple signe avec Sony Music Entertainement
Femtocell d'Orange : commercialisation le 13 juin, mais pas pour tous
Lenovo cherche toujours à mieux s'affirmer sur le marché du smartphone
Haut de page