Eïsox : un père et un fils connectent une vanne à Internet, et ce n'est pas une vanne

Par
Le 08 mai 2016
 0

Eïsox prend d'assaut le nouvel engouement pour la maison connectée. Et si le feu ancestral qui alimente le foyer, se dotait d'intelligence artificielle...


Clubic Pro, partenaire du Prix Start-up Fnac, organisé avec Intel, vous propose de rencontrer Eisox, l'une des sociétés retenues par l'enseigne, et qui profitera de son programme d'accompagnement.

L'électronique, c'est une histoire de famille. Du moins pour Joel et son fils Maxence, geeks avertis, qui ne s'attendaient pas à se retrouver dans la même start-up un jour, épaulés par Baptiste Clenet. Pourtant, si tout s'est passé très vite et très naturellement pour les trois équipiers, monter Eïsox ne fut pas de tout repos.

Juillet 2015 : la start-up est sélectionnée pour participer à l'Ipso Challenge, en Californie dans la Silicon Valley. « Sauf qu'à ce moment-là nous n'avions que des concepts et de belles idées, et il a fallu construire un prototype en quatre mois » confesse Maxence Chotard. L'exploit accompli, ils termineront second.

Back to the 80's


Mais Rome ne s'est pas faite en un jour, et avant de fonder Eïsox, Joel Chotard n'en était pas à son premier coup d'essai avec plusieurs start-up à son actif dans le domaine des télécommunications. En pur autodidacte de entrepreneuriat, c'est en lisant les revues spécialisées, comme Elektor, que Joel apprend, et monte ensuite sa première boîte dans les années 80.

08434574-photo-elektor.jpg


« À cette époque-là il n'y avait pas encore toutes ces écoles d'ingénieurs, et beaucoup étaient des autodidactes passionés » nous explique son fils. Les formations scolaires, ce sera pour Baptiste Clenet, spécialiste en robotique et programmateur d'Eïsox, ainsi que pour Maxence Chotard, ingénieur en informatique/électronique et diplômé d'une école de commerce.

Une « tête thermostatique » qui pense


Evo, la tête thermostatique d'Eïsox, est une vanne qui vient régler le chauffage sur le robinet d'eau chaude. Mais depuis 30 ans que ces produits existent, aucune évolution majeure ne s'était présentée. C'est là qu'Evo intervient, puisque cette vanne est dotée d'un système intelligent contrôlable à distance, qui détecte la présence pour réguler la température de façon la plus adaptée.

père en fils


Là encore, l'équipe angevine entend sortir du lot : les capteurs des quelques radiateurs électriques existants parviennent à détecter le mouvement, et non l'immobilité. Evo pourra donc adapter le chauffage même quand vous dormez ou lisez, ce qui n'est pas négligeable : « Beaucoup de produit se prétendent intelligents et ne le sont pas vraiment » ajoute Maxence.

Pour aller jusqu'au bout des choses, les trois coéquipiers ont même recruté un chercheur en intelligence artificielle à mi-temps. Grâce à ses travaux, Evo est aussi capable de reconnaître les habitudes du consommateur, de prévoir ses périodes d'utilisation et générer ainsi un calendrier de chauffe.

08434314-photo-evo.jpg


Utilisant plusieurs protocoles normalisés, le produit d'Eïsox mise aussi beaucoup sur l'interaction avec les autres objets connectés du foyer : ses capteurs performants pourraient être couplés à des sirènes connectées par exemple pour la détection d'intrusion. Pour Maxence, tout l'intérêt des objets connectés réside justement dans le fait qu'ils se parlent et interagissent. Peut-être pas un hasard donc, si « Eïsox », qui est un acronyme, signifie « everything is smart object x ».



012c000008434572-photo-maxence.jpg
Fiche d'identité - Eïsox
- Nom du produit : Evo (site officiel)
- Date de création : 2013
- Fondateurs : Joel Chotard, Maxence Chotard, Baptiste Clenet.
- Mise de départ : nc
- Effectifs : 8 personnes
- Locaux : Angers
- Modèle économique : vente produits (environ 100 euros)
- Levée de fonds : nc
- Concurrents : aucun
- Devise : Everything is smart object x
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top