Tempow : de San Francisco à Paris, en rythme

Alexandre Broutart
21 avril 2016 à 10h04
0

Clubic Pro, partenaire du Prix Start-up Fnac, organisé avec Intel, vous propose de rencontrer Tempow, l'une des sociétés retenues par l'enseigne, et qui profitera de son programme d'accompagnement.

Ce qui s'est passé à San Francisco ne restera pas à San Francisco. Car s'il est né aux Etats-Unis dans le cadre des études, c'est bien à Paris que le projet Tempow est sur le point d'éclore, avec pour ambition déclarée de concurrencer le secteur des enceintes bluetooth.

Dès leur première semaine dans l'école de Berkeley dans le cadre d'un échange, les cinq Français se font rapidement emporter dans le tourbillon californien : « Là-bas l'entrepreneuriat est le sujet de discussions n°1 » nous confie Vincent Nallatamby, « alors on s'est pris au jeu, et c'est allé très vite. »

C'est que l'agenda a de quoi surprendre : en août 2015, arrivée aux Etat-Unis, le groupe se forme, consensus autour de l'idée d'une enceinte bluetooth innovante. Décembre 2015 : 1er prix de Berkeley pour la présentation de leur enceinte, lors d'une compétition des start-up organisée par l'école.

Enquête de terrain

Ce que l'enceinte fait exactement, Tempow ne peut le dévoiler pour le moment, mais le projet promet une fonctionnalité inédite pour ce type de produit. « On a étudié les usages des jeunes pour déceler des éventuels besoins auxquels ne répondaient pas forcément les produits actuels. » Munis d'une tablette, les cinq camarades vont interviewer des centaines d'étudiants du campus, pour que le projet à venir soit le plus ancré possible dans les usages.

028A000008410302-photo-tempow.jpg


Composée de deux ingénieurs (acoustique et électronique), un développeur, un mathématicien et un commercial, l'équipe avait dès le départ des atouts très variés et complémentaires. Venant d'Ardèche et autres provinces françaises, les jeunes entrepreneurs ne s'attendaient pas à débarquer du jour au lendemain à San Francisco, et encore moins à créer si vite leur affaire.

Nostalgiques de l'été californien

L'équipe de Tempow se souvient : « Ce qui nous a profondément marqué dès notre arrivée dans l'école de Berkeley à San Francisco, c'est le tourbillon, la dynamique, et cette façon qu'ils ont eu de nous décomplexer au maximum au sujet de l'entrepreneuriat. Pour nous, fonder notre boîte c'était le domaine du rêve, mais ils nous ont d'emblée poussés à tester le marché, à se lancer. Notre état d'esprit a changé du jour au lendemain. »

028A000008410304-photo-tap.jpg


Vincent Nallatamby nous laisse entendre que l'aventure Tempow sera peut-être amenée, dans un futur proche, à retraverser l'Atlantique : « On s'interroge sur la possibilité de revenir à San Francisco pour concurrencer directement le marché là où il est. »

Pour les jeunes diplômés, le modèle qui fonctionne le mieux consiste à garder la recherche et le développement en France (secteur très en pointe et vraiment moins cher qu'aux Etats-Unis), tout en se rapprochant du vivier de talents « business » que constitue le sol américain, et en particulier de la côte Ouest pour ce tout ce qui touche au High-Tech. « A minima, on ouvrira une antenne à San-Francisco. »




01F4000008410390-photo-quipe-tempow.jpg
Fiche d'identité - Tempow
- Nom du produit : Tempow (site officiel)
- Date de création : septembre 2015
- Fondateurs : Vincent Nallatamby,Thomas Girardier, Bertrand Fatus, Julien Goupy, Pierre-Louis Esclattier
- Mise de départ : 15 000 euros
- Effectifs : 5 personnes
- Locaux : Paris (La Paillasse)
- Modèle économique : vente des produits
- Levée de fonds : n.c
- Concurrents : nc
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Clubic, fête ses deux ans d'indépendance, plein d'optimisme
La nouvelle attestation de déplacement sur smartphone sera disponible le 6 avril
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
Apple rachète une application météo... et la ferme sur Android
L'administration Trump tire un trait sur les normes environnementales au motif du Covid-19
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Le coronavirus ne booste pas le e-commerce, bien au contraire, selon la FEVAD
Et de trois ! Un nouveau prototype de Starship détruit lors d'un test de réservoir
scroll top