Wawa-Mania : le fondateur condamné à verser 15 millions d'euros

07 juillet 2015 à 08h15
0
Le créateur du site de partage de liens de téléchargement Wawa-Mania a été condamné le 2 juillet dernier à verser 15 millions d'euros de dommages et intérêts aux ayants-droit, trois mois après avoir écopé d'un an de prison. Réfugié à l'étranger, il travaille sur une nouvelle version de son site.

Dimitri Mader, dit Zac, a été condamné le 2 avril dernier à un an de prison et 20 000 euros d'amende dans le volet pénal du procès initié à son encontre pour avoir créé et maintenu pendant des années le portail Wawa-Mania, bien connu des adeptes du téléchargement illégal. Le tribunal correctionnel de Paris a rendu le 2 juillet son verdict dans le cadre du volet civil et prononcé des dommages et intérêts d'environ 15 millions d'euros, répartis entre les différents studios, majors et organismes regroupés du côté des plaignants parmi lesquels Columbia Pictures, Microsoft, Disney, Marc Dorcel, Paramount ou la Sacem.

Ce montant en fait « l'une des plus importantes condamnations prononcées dans ce type d'affaire en France » d'après l'un des avocats de la partie civile, cité par l'AFP. Le détail des dommages et intérêts est publié sur le forum Wawa-Mania, toujours en activité.

08101576-photo-wawa-mania-dommages-et-int-r-ts.jpg

Le jeune homme, poursuivi depuis 2009 pour les activités associées à Wawa-Mania, n'a pas assisté à son procès : il serait en fuite à l'étranger depuis 2011. Avant de partir, il avait largement médiatisé les détails de l'enquête le concernant en acceptant de passer dans les émissions Envoyé Spécial et Sept à Huit. Il expliquait alors promouvoir un idéal de partage libre et n'avoir jamais fait de son site une activité lucrative, les sommes gagnées grâce à la publicité servant, selon lui, à financer l'infrastructure technique nécessaire.

Depuis, Wawa-Mania a plusieurs fois changé d'adresse. Le site est aujourd'hui abrité derrière un nom de domaine équatorien (.ec) et poursuit sa vocation première : le partage, par les membres enregistrés, de liens permettant de récupérer, via des services de téléchargement direct ou les réseaux P2P, des films, séries, logiciels, livres électroniques ou magazines le plus souvent soumis au droit d'auteur.

Tout en ironisant sur la cagnotte de 15 millions d'euros nécessaire à sa condamnation, Zac y officie sous un nouveau pseudonyme et dit travailler à une nouvelle version de son site, plus légère en ressources de façon à permettre une « quasi émancipation financière ».
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Streaming : Xbox Music devient Groove
Amazon publie ses applications mobiles pour Cloud Drive
Ubisoft et la tentation du downgrade : « Nous avons appris de Watch Dogs »
Polaroid Cube+ : une alternative économique à la GoPro Session
Microsoft publie son WorldWide Telescope en open source
Bing Maps fait peau neuve et s'inspire de Google Maps
Infos US de la nuit : vers un ralentissement des ventes d’iPhone 6 ?
Mark II vs Kurata : un combat de robots géants se prépare
Radar autonome : de nouveaux radars semi fixes sur la route des vacances
Résultats du bac 2015 : comment les consulter, que faire en cas de rattrapage
Haut de page