Liberty Land : site fermé, administrateurs inculpés

29 mai 2011 à 17h48
0
Le site Liberty Land, répertoire de liens permettant de télécharger films, disques ou logiciels, est désormais inaccessible. Trois de ses administrateurs ont été placés en examen. Cette action de la gendarmerie fait suite à un dépôt de plainte formulé en mai 2010 par la Sacem et l'Alpa.

Comme Wawa-Mania, lui aussi objet d'une procédure judiciaire, Liberty Land faisait partie de ses sites qui référencent des liens permettant d'accéder à des contenus de type films, séries, disques, jeux ou logiciels sur des plateformes de stockage telles que Megauplod ou Rapidshare. « Faisait », puisque le site est désormais inaccessible, fermé suite à la mise en examen mardi dernier de trois de ses administrateurs. Inculpés pour « contrefaçon en bande organisée », ils ont été remis en liberté mais risquent jusqu'à cinq ans de prison et 500 000 euros d'amende.

04302962-photo-liberty-land-google.jpg

Cette arrestation fait suite à la plainte déposée en mai 2010 par la Sacem et l'Alpa (Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle). La Sacem aurait notamment aiguillé les recherches en transférant à la gendarmerie l'identité d'un des contributeurs du site. « De fil en aiguille, la cellule de lutte contre la cybercriminalité a réussi à remonter jusqu'aux administrateurs mais les recherches ont été difficiles car le site était hébergé au Canada et un nombre important de barrières avait été mis en place pour préserver leur anonymat », a expliqué à l'AFP le commandant de gendarmerie Jean-Philippe Vidal.

Liberty Land, qui revendiquait quelque 800 000 membres, figurait selon lui parmi les deux cents sites les plus visités en France. Financé par la publicité, le site aurait permis de dégager quelque 200 000 euros de recettes. « L'argent était placé sur des comptes off-shore, sur une île basée dans le Pacifique », indique un agent de la Sacem cité par Zataz.com, selon qui deux utilisateurs du site, un « encodeur » et un « uploader » auraient également été entendus par la justice.

Les internautes adeptes de Liberty Land doivent-ils s'inquiéter ? « Il y a une plainte déposée. Point stop. Je ne peux pas vous dire plus : nous avons donné l'information à un magistrat, lequel prendra les dispositions qu'il estime adéquates », répond la Sacem, interrogée cette fois par PCInpact.

Après Wawa-Mania, c'est donc un autre des grands pourvoyeurs de contenus sur le mode du direct download qui se voit inquiété par la justice. Parmi les adeptes du téléchargement illégal, d'aucuns restent toutefois convaincus que ces actions coups de poing n'auront guère de conséquence à long terme sur le phénomène. « Un de perdu, dix de retrouvés », ironisaient dimanche les membres d'un site similaire.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Covid-19 : Twitter connaît une hausse de 900% des discours racistes contre la Chine
Clubic, fête ses deux ans d'indépendance, plein d'optimisme
Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
La nouvelle attestation de déplacement sur smartphone sera disponible le 6 avril
Office 365 devient Microsoft 365 et fait le plein de nouveautés
Apple rachète une application météo... et la ferme sur Android
Square-Enix avance (officieusement) la date de sortie de Final Fantasy VII Remake !
Renault prête 1 300 véhicules au personnel soignant, dont 300 ZOE électriques
Tesla Cybertruck : quelle est la répartition mondiale des précommandes ?
Le coronavirus ne booste pas le e-commerce, bien au contraire, selon la FEVAD

Discussions sur le même sujet

Notre charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top