Face à la NSA, l’Europe veut des garanties sur la protection des données personnelles

12 mars 2014 à 15h56
0
Le Parlement européen demande la suspension de plusieurs accords d'échanges d'informations entre les Etats-membres et les Etats-Unis. L'organisme considère que la lutte contre le terrorisme ne doit pas constituer un argument permettant une « surveillance de masse secrète et illégale ».

00FA000005102746-photo-parlement-europ-en.jpg
Le Parlement européen vient d'adopter, en première lecture, un projet de loi relatif aux données personnelles. Le texte vise à instaurer davantage de protections pour les internautes quant à l'utilisation de leurs informations personnelles. Le texte n'est pas encore définitivement adopté mais il pose quelques nouvelles obligations.

Il propose par exemple d'infliger des amendes aux entreprises qui violeraient les règles en matière de protection des données personnelles en leur infligeant une sanction allant jusqu'à 100 millions d'euros ou 5% de leur chiffre d'affaires global. Le texte vise également à proposer un droit commun à l'ensemble des européens à voir leurs données effacées. Enfin, l'idée du document est d'obliger les professionnels à obtenir le consentement de toute personne concernée.

Si ce texte a vocation à être appliqué dans le futur, le Parlement européen a également voté en faveur d'un second texte plus critique à l'égard de plusieurs pays dont la France. Il s'agit toutefois d'une résolution non-législative, ne conduisant pas, en l'état actuel des choses, à un futur règlement sur le sujet.

Ce second texte critique les pratiques de la NSA et demande que l'Europe suspende deux accords signés avec les Etats-Unis portant sur les données bancaires (SWIFT) et le Safe Harbor (sphère de sécurité) portant sur la protection des données. Selon la commission des libertés civiles du Parlement européen, « la lutte contre le terrorisme ne peut justifier une surveillance de masse secrète et illégale » et souhaite donc que des garde-fous soient imposés à ces deux textes.

Dans un communiqué, l'autorité ajoute que les relations entre l'Europe et les Etats-Unis pourraient se durcir « tant que les activités de surveillance de masse et l'interception des communications au sein des institutions et des représentations diplomatiques de l'Union européenne n'auront pas été complètement abandonnées ».

Plusieurs pays, le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne, la Suède, les Pays-Bas et la Pologne sont clairement pointés du doigt. L'Europe demande à ce que les services de renseignement de ces Etats clarifient leurs positions en particulier les éventuels accords passés entre elles et les entreprises de télécommunications sur l'accès et l'échange de données personnelles.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
M6 victime d'une cyberattaque affectant l'ensemble des employés du groupe
Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Tesla apporte des améliorations à sa Model 3 (et des hausses de prix)
Lime officialise le retrait de sa flotte de trottinettes électriques à Marseille
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays
Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top