Fake News : l’Allemagne hausse le ton contre les réseaux sociaux

le 06 avril 2017
 0
Le scandale des Fake News sur les réseaux sociaux qui ont entaché la Présidentielle américaine et ne manquent pas de frapper en France a obligé les sites Internet mais également les autorités à prendre des mesures. L'Allemagne, qui se veut le fer de lance européen contre le phénomène, a décidé de hausser le ton et a présenté un projet de loi qui pourrait bien accélérer les choses.

L'idée est simple : contraindre par la loi les sites Internet concernés par les Fake News d'obtempérer. A défaut, les entreprises risquent des amendes de plusieurs millions d'euros.

Un délai de 24 heures pour supprimer les Fake News



Le gouvernement d'Angela Merkel a décidé de mettre l'accent sur la rapidité et la coercition : un projet de loi qui sera présenté au Parlement propose en effet de ne donner que 24 heures aux sites Internet pour réagir à la suite d'un signalement de Fake News. Les sites devront soit supprimer soit bloquer l'information, le post ou le partage, faute de quoi ils seront reconnus coupables de ne pas avoir obtempéré.

Un tel délai devrait permettre d'endiguer le phénomène puisque ces Fake News n'auraient pas le temps de trop se propager et que le blocage en réduirait la portée. Facebook, Twitter, Youtube et les autres réseaux sociaux et de partage d'informations sont bien évidemment dans le collimateur du gouvernement Merkel. Facebook, par exemple, avait annoncé qu'il signalerait les Fake News sur son réseau social mais qu'il n'en interdirait pas le partage si elles ne contrevenaient pas à la loi.

01F4000008463424-photo-facebook-reseaux-sociaux-pistage.jpg


50 millions d'euros d'amende pour les entreprises qui n'obtempèrent pas



Le texte propose deux visions : d'une part les "publications manifestement délictueuses" comme les publications à caractère raciste, homophobe, pédophile ou faisant l'apologie du terrorisme : elles devront être supprimées dans le délai prévu de 24 heures. Les autres publications signalées mais dont la teneur n'est pas évidente devront être supprimées après vérification dans un délai de sept jours.

Si les sites Internet se sont déjà engagés à faire tout leur possible, la nouvelle législation, si elle est adoptée, va les inciter à améliorer leurs temps de réaction. En effet, le projet de loi prévoit des amendes pouvant atteindre 50 millions d'euros pour les entreprises et jusqu'à 5 millions d'euros pour les personnes physiques responsables.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Le Honor 20i, qui devait être présenté le 21 mai, fuite sur un site de vente
Les puces 5G by Apple ne seront probablement pas une réalité avant plusieurs années
La Tesla Model 3 est la voiture qui se vend le mieux en Norvège, aux Pays-Bas et en Suisse
Lime vous indiquera bientôt si vous êtes trop saoul pour grimper sur une trottinette
Mega Drive Mini : SEGA confirme dix nouveaux titres (et pas des moindres)
Un ancien cadre de Mozilla accuse Google d’avoir sciemment saboté Firefox
Facebook travaille sur son propre assistant vocal, pour concurrencer Alexa et Siri
Face aux géants comme Alibaba, Amazon ferme sa marketplace en Chine
Pinterest pèse 12,7 milliards de dollars et fait une entrée réussie en Bourse
Une association porte plainte contre Xiaomi en raison des DAS trop élevés de ses smartphones
L'UE vote en faveur d'une nouvelle limite d'émission de CO2 pour les camions
Test LIFX Beam : l’éclairage connecté au service du design d’intérieur
Oups : Facebook a
Programmation : quels langages sont les plus recherchés et rémunérateurs ?
Google et Amazon font la paix : Chromecast va désormais supporter Amazon Prime Video
scroll top