Privacy Shield : les Etats-Unis promettent moins d'espionnage de masse

Alexandre Broutart
01 mars 2016 à 16h00
0
Le texte du nouvel accord sur le transfert des données européennes sur le sol américain vient d'être publié par la Commission européenne et ne semble pas respecter la promesse d'une limitation de la surveillance de masse.

Tout était déjà dit, bien que discrètement, dans un sous-amendement déposé par le Sénat américain le 29 janvier dernier, en marge du Judicial Redress Act : « ces mesures (Privacy Shield) ne seront appliquées qu'à partir du moment où elles n'entravent pas l'action des services de renseignement ». Censé protéger les données citoyennes dès lors qu'une société américaine emporte avec elle les données des consommateurs européens, le nouveau texte déçoit les espoirs qui avaient éclos.

Le Privacy Shield fait suite à l'invalidation de l'ancien Safe Harbor qui régissait jusque-là le transfert transatlantique des données numériques. Invalidé depuis octobre 2015, il vient d'être remplacé par un nouvel accord qui entend empêcher à la fois toute surveillance de masse de la NSA aux dépens des consommateurs européens, et prévenir une utilisation abusive des données numériques par les entreprises américaines.

Mais la « décision d'adéquation » qui vient d'être rendue publique par la Commission européenne, améliore simplement le recours des citoyens européens face aux entreprises (celles-là auront désormais 45 jours pour répondre aux plaintes qu'on leur adresse).

Quid du renseignement ?



Aucun changement du côté des services de renseignement ainsi qu'en témoigne l'article 5 de l'accord : « l'obligation d'adhérer à ce traité ne s'appliquera pas dès lors que la sécurité nationale et l'intérêt public est en jeu », conforté par l'annexe IV : « la collecte de masse des données de consommateurs ne pourra être utilisée que dans six cas :
  • l'enquête de certaines activités des puissances alliées
  • la lutte contre le terrorisme
  • la lutte contre la prolifération (des armes de destruction massive)
  • la cybersécurité
  • la détection de menaces pour les Etats-Unis ou les forces alliées
  • le combat contre tout criminel en fuite ou toute tentative d'échapper aux sanctions  »

Un médiateur officiel - dont l'identité reste pour l'heure inconnue - sera pourtant désigné dans le but de porter un regard neutre sur les agissements des services de renseignement. De même, le ministère américain du Commerce devrait centraliser les plaintes des européens et exiger que des suites soient données à celles-là aux entreprises qui ne donneraient pas de réponse assez vite. Un bilan annuel qui fera le point sur l'ensemble de ces litiges est aussi prévu, en partenariat avec la Commission européenne.

Dissonances



L'autrichien Max Schrems, qui en dévoilant certains discours de firmes américaines est à l'origine de la suspension du Safe Harbor, fait remarquer que cette annexe est en parfaite contradiction avec le communiqué de presse de la Commission européenne qui assure qu'« il n'y aura plus de surveillance de masse de la NSA ». De même, elle remet en cause la décision même de la Cour de justice européenne d'invalider le Safe Harbor selon laquelle : « la législation permettant aux autorités publiques américaines d'avoir un accès illimité aux données des communications électroniques européennes compromet l'essence même du droit fondamental au respect de la vie privée.  »


« Même en ayant mis dix couches de rouge-à-lèvre à un porc, je doute que la Cour et les CNIL vont soudainement vouloir se blottir contre lui... », ironise l'activiste Max Schrems sur son compte Twitter

Le G29, groupe des "CNIL" européennes, rendra un avis sur ce texte lors de sa séance plénière des 12 et 13 Avril 2016, ainsi que vient de le dévoiler sur son site la CNIL française, présidente de toutes les autres commissions européenne de protection des données.

A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le paiement sur Internet s'arme d'un nouveau système antifraude fonctionnel dès demain
Maladies pulmonaires : les enquêteurs américains n'écartent aucune cigarette électronique
La Suisse veut forcer les compagnies aériennes à renseigner les émissions CO2 sur les billets d'avion
Renault : son crossover électrique K-ZE lancé en Chine, à partir de 8 500 €
Le trou noir au centre de notre galaxie semble avoir de plus en plus faim
Un démantèlement des GAFA ?
Des chercheurs remettent sur la table la solution de l'ascenseur vers la Lune
Le saviez-vous ? Un Game Boy, meurtri, a survécu à la guerre du Golfe
Un son pour avertir les piétons va être ajouté à la Tesla Model 3
La Renault ZOE 2 se lance (enfin !) officiellement

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top