PRISM : Microsoft, Yahoo! et Cisco lancent un appel pour davantage de transparence

22 janvier 2014 à 14h22
0
Face aux révélations sur les pratiques de la NSA dans le cadre de l'affaire PRISM, les acteurs majeurs de la scène informatique ont relancé un appel en demandant davantage de transparence de la part du gouvernement.

Au mois de décembre, les plus grandes sociétés technologiques américaines s'étaient réunies afin d'obtenir une réforme du programme de surveillance mis en place par le gouvernement américain. Il faut dire que six mois plus tôt la NSA et le FBI avaient été accusés - documents à l'appui - d'avoir mis en place un programme baptisé PRISM visant à collecter massivement différents types de données extraites des serveurs de plusieurs opérateurs téléphoniques mais également de Google, Facebook, Apple, Twitter, AOL, Skype ou en encore Microsoft. Ensemble, ces sociétés ont ainsi mis en place le site internet ReformGovernmentSurveillance.

01F4000007101736-photo-marissa-mayer-wef.jpg


Alors que le président Obama s'est récemment exprimé au sujet des dérives de l'agence nationale de sécurité en affirmant vouloir mettre en place une série de mesures, les principales sociétés concernées relancent leur appel. Brad Smith, vice-président des affaires légales chez Microsoft explique notamment qu'« il reste encore plus de travail à faire pour définir quelques-uns des détails et des étapes supplémentaires qui sont requis ».

Selon Microsoft, « il est temps de mettre en place une convention internationale » dictant la manière dont les gouvernements peuvent accéder aux données des utilisateurs. Selon CNN, ces propos ont été repris par John Chambers, PDG de Cisco à l'occasion du Forum économique mondial qui se tient actuellement à Davos en Suisse. De son côté la PDG de Yahoo! Marissa Mayer a expliqué que sa société doit désormais « être capable de regagner la confiance (des) utilisateurs ». Selon elle, le gouvernement américain devrait afficher davantage de transparence. Elle souhaite notamment pouvoir publier auprès des internautes les requêtes effectuées par la NSA.

Reste à savoir si le gouvernement répondra à ces appels et portera la réflexion au niveau international. Selon Viviane Reding, vice-présidente de la Commission européenne chargée de la Justice «  la confiance a été ébranlée [...] Il faudra beaucoup de travail pour la rétablir ».


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Google publie un outil de test de connexion destiné à YouTube
Brevets : Google reconnu coupable d'infraction au sein d'Android
Brevets : le gouvernement sensibilise les PME sur l’importance de protéger leurs créations
Filowz Sonomad : une enceinte mobile innovante (et made in France)
L'hébergeur Strato revient en France avec des prix plancher
Accusé d'utiliser des tweets sans autorisation, Larousse abandonne la vente d'un livre
Orange : roaming inclus depuis l'Europe et 4G entérinée le 6 février ?
Chrome : un ensemble de bugs permet d'exploiter le microphone à l'insu de l'internaute
Facebook modifie son algorithme d'affichage : ce qui va changer pour les utilisateurs
Patrick Pailloux, le patron de l'ANSSI prend la direction technique de la DGSE
Haut de page