La Cnil et la DGCCRF identifient les pratiques pour modifier le prix des réservations

28 janvier 2014 à 10h54
0
Deux autorités étaient chargées de mener l'enquête au sujet des pratiques des sites de réservation en ligne en matière de modification des prix affichés. Pour la Cnil et la DGCCRF, aucune politique de type IP tracking n'a certes été mise en place, toutefois, d'autres méthodes permettent de faire moduler les tarifs des réservations.

00FA000006056212-photo-l-a350-le-nouvel-avion-d-airbus-a-effectu-son-premier-vol.jpg
Après avoir mené des contrôles sur des sites de sociétés françaises de e-commerce, la CNIL et la répression des fraudes rendent leurs conclusions. Elles estiment que leur enquête n'a « pas conduit à constater de pratique consistant à moduler les tarifs affichés en fonction de l'adresse IP de l'internaute ».

Ils répondent donc à l'inquiétude des internautes concernant la pratique de l'IP tracking. Celle-ci consiste à faire enregistrer les adresses IP des clients qui se rendent sur un portail de réservation en ligne. Ainsi, lorsqu'un internaute compare les prix entre plusieurs offres, les prix pourront varier sur un même site. S'il se rend à nouveau sur le même service, il constatera alors que le tarif de sa prestation n'est pas identique et a même été relevé.

Constatant cet écart entre le prix, la Cnil et la DGCCRF estiment donc que les portails de réservation n'ont donc pas recours à l'IP tracking mais leur enquête a néanmoins « mis en évidence d'autres pratiques de variations des tarifs ».

Des pratiques conduisant à des « variations, parfois importantes, de prix »

D'autres méthodes sont ainsi explicitées par les deux autorités. Tout d'abord, le Yield Management consiste à faire varier le prix d'un billet selon la date de son achat ou le taux de remplissage. La pratique existe bel et bien et avait d'ailleurs déjà été évoquée par ministre de l'Économie sociale et solidaire en septembre dernier.

Prudent, Benoît Hamon estimait toutefois qu'il n'est pas forcément nécessaire d'encadrer cette pratique dans la mesure où le consommateur est informé au préalable des prix pratiqués et se voit facturer le tarif annoncé.

Seconde méthode, la modulation des frais de dossier selon l'heure à laquelle l'internaute effectue sa réservation. La répression des fraudes et la Cnil précise à ce titre que « l'internaute bénéficie ainsi de frais plus avantageux lorsqu'il achète un billet lors des heures creuses déterminées par le commerçant ». Là encore, ces méthodes ne sont pas nouvelles.

En dehors de ces pratiques, la Cnil indique qu'elle a également scruté certaines stratégies en vogue permettant de faire fluctuer les prix. Dans ce cadre, le reciblage publicitaire ainsi que le Real Time bidding ont été étudiés par les autorités sans conclure que ces techniques prenaient en compte « l'adresse IP des internautes comme élément déterminant ».

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Le navigateur Chrome reçoit une mise à jour sur iOS
Stratasys : une imprimante 3D couleur gérant 3 matières
Mise à jour du Freebox Player en version 1.2.12 et prise en charge du DTS Neural
Quentin Tarantino attaque le site Gawker suite à la diffusion de son scénario sur le Web
Le navigateur Opera 19 passe en version stable
Google Glass : un service de verres correcteurs signé Google
Yahoo! lorgnerait Tomfoolery, éditeur d'applications mobiles professionnelles
Intel va compléter sa gamme Xeon Phi hautes performances
Après Windows 8, Bing Travel s'invite sur Windows Phone
W3C : vers une standardisation du paiement sur Internet
Haut de page