Marc Genevois, SAP : "l’accord IBM-Apple est un signe positif"

23 juillet 2014 à 18h25
0
Le partenariat signé entre IBM et Apple vise particulièrement la création d'applications métier pour les professionnels. Dans le domaine des services métier, SAP, Salesforce ou bien encore VMware occupent déjà le terrain et entendent renforcer leurs partenariats avec ces mêmes partenaires.

00FA000005656452-photo-sap-logo.jpg
L'accord signé entre Apple et IBM aura des répercussions importantes sur le domaine de la mobilité en entreprise. Big Blue sera en mesure d'élaborer des applications exclusivement dédiées à une industrie, en particulier pour iOS, tout en assurant la pénétration des iPhone et autres iPad dans la sphère de l'entreprise.

Dans ce cadre, les deux groupes prévoient la création d'une centaine de solutions adaptées à différents secteurs d'activité ainsi que des services sur le cloud d'IBM optimisés pour iOS, en matière de gestion des appareils, de sécurité, d'analyse des données et d'intégration des appareils mobiles. Les sociétés pourront donc être à même d'utiliser des outils mobiles adossés à des services cloud.

Pour Marc Genevois, directeur des opérations pour la France chez SAP, le partenariat entre deux concurrents reste somme toute logique : « Cela va changer la donne car désormais personne n'achète de la mobilité pour de la mobilité. Aujourd'hui, aucun projet ne se fait sans cela. De notre côté, nous voyons ce positionnement comme un point positif, d'un bon œil, car nous parlons également de deux partenaires historiques ».

Des "frictions" sur le terrain de la mobilité

Le responsable envisage toutefois plusieurs « frictions » entre SAP et le duo Apple-IBM. Le groupe allemand développe en effet des applications logicielles spécifiques dont une partie est dédiée aux appareils mobiles. Il avait d'ailleurs lancé dès 2011 une véritable boutique d'applications pour mobiles baptisée « SAP Store pour mobiles » dont le but est de proposer des services spécifiques pour les professionnels.

Si le positionnement d'Apple-IBM apparaît agressif au regard du positionnement de SAP, Marc Genevois ajoute : « il y a des frictions sur le terrain de la mobilité professionnelle mais ce que souhaitent les clients c'est de bénéficier de services pour leurs métiers. Donc face à Apple/IBM, au pire nous perdrons quelque chose sur la mobilité pure mais on y gagnera sur la partie applicative pure ».

Pour SAP, la mobilité se conçoit donc comme une « couche, une interface utilisateur » utile pour des applications précises comme la relation clients par exemple. Le groupe allemand précise enfin qu'il restera ouvert à l'ensemble des systèmes d'exploitation mobiles présents sur le marché. Un moyen d'anticiper une éventuelle contre-offensive de Google ou de Microsoft.

Pour en savoir plus
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Netflix en France : une campagne de communication à 1 Tb/s
Infos US de la nuit: Facebook a tablé très haut, Apple sort l'iPhone 6 à la mi-septembre
OneDrive reçoit une mise à jour sur iOS et Windows Phone
Trois ans après le piratage du PSN, Sony souhaite régler ses comptes
Skype passe la 5e sur Android et s'invitera sur le FirePhone
Google rachète Drawelements, spécialiste de l'analyse des GPU
Désormais spécialiste des réseaux, Nokia va racheter une partie de Panasonic
AddThis : un nouvel outil de tracking collectant les empreintes numériques (maj)
Apple documente les
L’intégration de Nokia coûte cher à Microsoft
Haut de page