Vibe : la machine de données virtuelle selon Informatica

Par
Le 24 octobre 2013
 0
Informatica, spécialiste de l'intégration des données, veut donner corps à son catalogue de solutions, dont il résume désormais la portée sous une unique appellation, Vibe. L'éditeur promet une plateforme globale permettant de virtualiser l'accès à la donnée, où qu'elle soit.

Informatica, qui fête cette année ses vingt ans, organisait récemment à Paris sa journée clients et partenaires. Sohaib Abbasi, CEO de l'éditeur, a ouvert l'évènement en revenant, une heure durant, sur Vibe, le « moteur » qui sous-tend désormais l'ensemble des solutions maison. La promesse ? Une « machine de données virtuelle », capable de donner accès aux données, quel que soit leur emplacement physique, leur nature ou l'environnement auquel elles sont associées. Informatica la résume sous le slogan « Map once, deploy everywhere ».

« La données est partout dans l'entreprise, or y accéder est souvent difficile. D'autant plus difficile qu'elle est traitée par l'intermédiaire de nombreux langages, middlewares, bases de données, frameworks, etc. Le principe de la machine virtuelle de données, c'est de vous donner un accès universel. Une lingua franca, basée sur des spécifications communes, avec bientôt un kit de développement permettant de construire des applications vraiment centrées sur la donnée », a résumé Sohaib Abbasi.

0190000006721980-photo-informatica-day-2013-vibe.jpg

Pour justifier sa démarche, l'éditeur prend l'exemple du décisionnel, qui techniquement peut être réalisé sur des infrastructures différentes : entrepôt de données, cloud, mémoire vive, avec ou sans recours à un framework de type Hadoop. Autant d'alternatives qui demandent des déploiements spécifiques et qui bien souvent doivent être combinées, selon le bon vieux principe du one size cannot fit all. Or une intégration point à point coûte cher.

Vibe promet de répondre à cette problématique, puisqu'une fois la machine déployée, le système d'information profite d'un mapping défini par logiciel. « On passe sur une logique publication . abonnement via une banque centrale qui permet de gérer toutes les données », résume le CEO. En pratique, le moteur Vibe fait appel à un jeu d'instructions qui décrit les sources à partir desquelles les données sont extraites puis commente les modalités de leur transformation ainsi que leur emplacement à l'issue du processus.

« Il y a quelques années, la préoccupation majeure était d'optimiser les processus. Aujourd'hui, on fait face à une nouvelle réalité, faite de nombreuses applications interconnectées, dans l'entreprise ou à l'extérieur : le problème de l'intégration de ces applications entre elles devient donc critique », résume Emmanuel Serrurier, directeur général d'Informatica France. « Organiser des centres de compétences capables de gérer cette intégration amène par voie de conséquence une meilleure agilité au niveau du business, notre grande force étant que l'on peut répondre à toute typologie de projet, et ce quelque soit l'environnement ».

Pour pousser Vibe, Informatica a pris le parti de l'intégrer à l'ensemble de son catalogue produits (la solution n'est donc pas vendue seule), la promesse gagnant en consistance au fur et à mesure que le client s'équipe de nouvelles solutions maison. L'éditeur, qui a donc bien intégré (sic) la notion de cross sell (vente additionnelle) fournit également depuis cet été les connecteurs adaptés à Hadoop.

0190000006721982-photo-informatica-day-2013-vibe.jpg


Sur le sujet, voir aussi :

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top