Le stockage in-memory pourrait profiter de la baisse des prix

01 juin 2018 à 15h36
0
Encore coûteux et complexe, le stockage in-memory reste l'apanage de quelques sociétés technologiques aux moyens importants. Pourtant, la déflation du prix des semi-conducteurs et les besoins croissants en matière de traitement des données de masse pourraient lui ouvrir les portes de plus petites structures.

0118000005891668-photo-database.jpg
Stocker des données dans de la mémoire RAM afin d'en améliorer la disponibilité, selon le principe du stockage in-memory, s'avère encore coûteux. Et c'est l'un des principaux freins à une adoption plus large : en 2012, 10% des moyennes et grandes entreprises y avaient recours. Selon Gartner, ce marché pourrait toutefois évoluer, à la faveur d'une érosion des prix et d'une évangélisation des acteurs.

D'ici deux ans, le cabinet prévoit que plus de deux tiers (35%) de ces entreprises exploiteront le in-memory computing (IMC). Des besoins en matière d'analyse des gros de volumes de données en temps réel, et aussi changeantes, devraient tirer de plus en plus la demande pour cette technologie.

« La baisse constante des prix de la mémoire flash DRAM et NAND, l'avènement des disques SSD et l'arrivée à maturité de solutions logicielles spécifiques ont permis au in-memory computing de devenir plus abordable pour les organisations IT, qui y tirent de plus en plus de bénéfices », explique dans un communiqué Massimo Pezzini, vice-président de la recherche chez Gartner.

Seules les entreprises les plus averties technologiquement avaient jusqu'à présent recours à l'IMC, car capables d'assumer leur coût et de gérer leur complexité, note l'institut. C'est le cas par exemple du trading en finance, des télécommunications, de la défense, du divertissement en ligne ou encore de la logistique. À terme, « les sociétés qui tourneront le dos au in-memory risquent de se faire distancer », prévient Gartner.

Mais avant cette généralisation de l'IMC dans la sphère IT anticipée par l'institut, des freins subsistent. Si les coûts restent encore élevés, la fragmentation du marché des logiciels dédiés, avec plus de 50 solutions, cela combiné à l'absence de normes, complexifient son adoption. Selon Gartner, il n'est pas improbable que le marché se consolide autour de gros acteurs déjà en place, comme Microsoft SQL Server ou SAP HANA.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

La British Library commence l'archivage numérique du Web britannique
Sosh rétablit l'Internet en option sur son forfait à 10 euros/mois
Infos US de la nuit : la Note 8 à Londres, du nouveau pour les forums, Amazon qui investit
Revue de Web : jouer à StarCraft II avec les yeux, c'est possible
Live Japon : des techniques
Guide voyages : Google cède la marque Frommer’s à son fondateur
Sonnet Echo 15 : station d'accueil Thunderbolt à graveur DVD et disque dur
BD numérique : Izneo contraint par Apple à supprimer 1500 titres de son application
Orange maintient le contrat avec The Phone House jusqu'en décembre 2014
Orange : retour sur les nouveaux forfaits Origami
Haut de page