Numericable voudrait maintenant racheter Bouygues Telecom

21 novembre 2014 à 11h06
0
Alors que Bouygues Telecom était pressenti cet été pour se faire racheter par Orange, puis par Iliad, c'est maintenant Numericable qui se dit intéressé, alors même qu'il est en train d'avaler SFR...

Quel appétit ! A peine engagé le rachat de SFR, pourtant bien plus gros que lui, Altice - la maison-mère de Numericable - laisse entendre que si Bouygues Telecom souhaitait un repreneur, elle y était tout à fait ouverte. C'est le directeur général d'Altice et peu médiatisé Dexter Goei lui-même qui l'affirme, à l'occasion de la conférence Morgan Stanley sur les télécoms, les médias et la technologie qui s'est tenue à Barcelone.


01CC000007768029-photo-dexter-goei.jpg
Dexter Goei, directeur général d'Altice - crédit : DR.


« A l'heure actuelle, nous sommes en train d'intégrer SFR, mais si nous recevons un appel de Bouygues vendredi, alors pourquoi pas ? » a déclaré l'intéressé, cité par l'agence Dow Jones Newswires. « Nous nous considérons comme les acheteurs naturels de Bouygues Telecom. Nous avons une importante base de revenus donc il y aurait un important potentiel de synergies », a même argumenté le directeur général.

Pour l'heure, aucune discussion n'a été engagée entre Altice et Martin Bouygues. Mais le fonds de Patrick Drahi, qui doit aussi conclure le rachat de SFR jeudi, se dit prêt. Dexter Goei en est sûr : « Nous aurons cette discussion. Je serais surpris s'il n'y avait pas d'effort en 2015 pour que la consolidation en France se fasse. » Altice se dit capable d'absorber Bouygues Telecom, estimé à 5 milliards d'euros, sans recapitalisation.

Un marché à trois opérateurs ?

Il faut dire que la manœuvre entre Altice et SFR ne contribue pas plus que cela à la consolidation du marché des télécoms sur la partie mobile, car la France reste aujourd'hui un marché à quatre opérateurs. Or, la tendance en Europe est bien à la réduction du nombre d'acteurs. De tels scénarios se sont déjà vus en Allemagne, Espagne et Irlande. Principale raison : relancer la croissance, les marges et les investissements.

En France, le rachat de SFR par Numericable a placé Bouygues Telecom dans une position de fragilité, où il doit désormais batailler avec Free, dont le positionnement prix est agressif. C'est dans ce but que Bouygues a d'abord abaissé le prix de son offre triple play à 20 euros, puis mis en avant son offre lowcost B&You. Malgré ces efforts, l'opérateur cherche à se vendre. C'est ce qu'il a dans un premier temps essayé avec Orange et mai, puis avec Iliad en juin. Mais dans les deux cas, un désaccord sur le prix a mis fin aux pourparlers.






A lire également :

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Detekt : un nouvel outil antispyware soutenu par l'EFF et Amnesty International
Avec son Gorilla Glass 4, Corning promet moins de casse
Qobuz : streaming lossless sur le Web, forfait 24 bits et nouvelles applications
Desert Bus de l'Espoir : un marathon de jeu vidéo pour la bonne cause
Wiko Jimmy : un smartphone pour ado à 90 euros
Les vêtements connectés, une tendance en 2015 ?
Brevets : Google signe un accord avec Rockstar (Microsoft, Apple, BlackBerry, Sony)
Avec Contributor, Google propose une alternative payante à sa publicité
Dropbox porte son application Carousel sur le Web et sur tablettes
Bon plan : un SanDisk Extreme Pro 240 Go à 109,90 euros
Haut de page