Affaire Autonomy : les auditeurs Deloitte et KPMG attaqués

Thomas Pontiroli
29 novembre 2012 à 12h32
Qui portera le chapeau dans le rachat raté d'Autonomy par HP, surévalué à hauteur de 5 milliards de dollars, à en croire l'américain ? Après avoir attaqué HP, les actionnaires s'en prennent aux auditeurs.

00DC000005570209-photo-deloitte-kpmg.jpg
Dans le différend opposant HP à l'éditeur de logiciels britanniques Autonomy, racheté fin 2011 pour 11,7 milliards de dollars, les actionnaires du groupe américain passent à l'action. Après la plainte déposée mardi à l'encontre de HP, une autre action en justice vise cette fois les cabinets en charge de l'audit de la transaction, Deloitte et KPMG. L'actuelle dirigeante de la société, Meg Whitman, l'ancien, Leo Apotheker, artisan de ce rachat, et la directrice financière, Catherine Lesjak, sont également visés.

Déposée dans une cour fédérale de San José en Californie, informe Reuters, la plainte accuse les deux cabinets d'audit et le management de HP de « négligences » lors du rachat d'Autonomy. L'américain accuse le britannique d'avoir artificiellement gonflé ses comptes avant l'opération, alourdissant la facture de 5 milliards de dollars. Des allégations qu'a réfutées en bloc Mike Lynch, ancien p-dg d'Autonomy, arguant que l'opération avait de toute façon été arbitrée par les deux « Big Four », Deloitte et KPMG.

De son côté, Meg Whitman indique s'être également appuyée sur l'audit réalisé par la branche britannique de Deloitte. Un travail censé être fiable, d'autant qu'il aurait été contrôlé par l'autre cabinet, KPMG, à en croire la patronne de HP. Or, dans une déclaration, le cabinet affirme justement le contraire. Et déclare n'avoir été engagé pour réaliser aucun audit, ni même contrôler les prestations de Deloitte, comme expliqué par Meg Whitman. KPMG affirme n'avoir fourni que des services « limités » et non liés au rachat d'Autonomy.

Quant à Deloitte, il maintient sa position de la semaine dernière, soutenant ne pas avoir eu connaissance « d'irrégularités comptables ou d'informations erronées » dans les comptes d'Autonomy et affirmant avoir respecté « la régulation et les normes de la profession ». Pour sa défense, le cabinet rappelle qu'il « n'a pas été engagé par HP ni par Autonomy pour examiner en profondeur l'acquisition ». Malgré tout, Deloitte indique qu'il coopérera avec les autorités compétentes.


À lire également :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion
Sélection Clubic VPN 2019

Les actualités récentes les plus commentées

Renault Clio 5 hybride : tout ce que l’on sait de la future citadine au losange
DeepNude : les copies de l'app aussi se font bannir de Github
Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
Existe-t-il un univers parallèle ? Une équipe de physicien va mener une expérimentation
Voiture autonome : PSA franchit une étape supplémentaire dans la conduite
Windows 10 bientôt libéré de tout mot de passe ? C'est l'objectif de Microsoft
La gamme Intel
La taxe GAFA tout juste adoptée ne plait pas du tout à Trump
La Russie veut armer ses mini-drones de terrain... et ça ne fait pas vraiment rêver
Une
scroll top