Blend Web Mix : J.F Longy, CyberCité : "L'algorithme de Google est crevé"

30 octobre 2014 à 08h12
0
Si l'Allemagne a récemment demandé à obtenir un droit de regard sur l'algorithme de Google, ce dernier reste encore à l'heure actuelle un grand mystère pour les spécialistes du SEO. A l'occasion du Blend Web Mix, Jean-François Longy, co-fondateur de l'agence de référencement CyberCité a souhaité mettre l'accent sur une série de contradictions émanant directement du géant de la recherche.

0226000007718225-photo-google.jpg


L'algorithme de Google reposerait aujourd'hui sur 200 critères de pertinence interagissant les uns avec les autres pour assurer le référencement au sein du moteur de recherche, lequel aurait en Europe une part de marché de 95%. Toutefois ces critères n'ont jamais été réellement détaillés et selon le principal porte-parole de la société, Matt Cutts, chacun d'entre eux seraient altérés par un cinquantaine de variations.

Faut-il s'adonner au Black Hat SEO et concentrer ses efforts sur 1 ou 2 critères pour une stratégie à court terme, certaine d'être rentable mais inévitablement suivie d'une sanction ou faut-il se positionner du côté du White Hat SEO et respecter les règles de Google. Selon M. Longy, il n'est tout simplement pas possible d'opter pour la seconde solution et de respecter à la lettre les critères publiés par Google. « Leur algorithme est crevé », affirme-t-il ainsi .

Selon M. Longy, les diverses sanctions de Google, qu'il s'agisse de Panda ou Penguin ou des déclassements appliqués manuellement au cas par cas, sont surtout le moyen de frapper fort publiquement afin de masquer les vulnérabilités de son algorithme.

07718269-photo-seo-logo.jpg


L'homme prend comme exemple les recommandations du moteur de recherche, lesquelles expliquent que les liens insérés sur les pages Web doivent être décrits de manière claire, c'est-à-dire avec un texte descriptif et non pas présentés sous la forme d'une URL ou d'une image. Toutefois, avec la mise à jour Penguin, Google aurait précisément sanctionné les sites dont les liens étaient particulièrement optimisés selon les premières recommandations.

M Longy ajoute que si Google affirme que les pages rapides de chargement seront favorisées au sein de son algorithme, il n'en est en fait rien. La page Web plus légère serait tout simplement plus rapidement indexée et permettrait d'économiser des ressources à Google. Si l'expérience utilisateur s'en trouvera favorisée, cela n'aurait toutefois aucun impact en terme de référencement.

Au mois d'août dernier, Google ajoutait que les sites sécurisés via HTTPS seraient également privilégiés au sein de son moteur ; mais cela reviendrait paradoxalement à changer les URL, un problème en terme de référencement. Par ailleurs, les publicités de type AdSense fonctionneraient souvent moins bien au sein d'un site sécurisé, cela se traduit donc par moins de revenus.

0190000007718271-photo-google-penguin-panda.jpg


Enfin le co-fondateur de CyberCité revient sur l'affaire Google+. Il affirme que si l'affiliation au réseau avait un impact significatif dans certains cas, Google a tout bonnement décidé de retirer l'identification des auteurs. Il conseille donc d'attendre et d'observer avant d'appliquer les règles dictées par Google, notamment pour investir au sein d'une infrastructure en HTTPS.

Google nierait par ailleurs toutes les tentatives de Negative SEO organisées à l'encontre de certaines sociétés. Si l'algorithme de Google repose sur le partage de liens afin de déterminer la qualité d'un site Web, un nombre trop important d'URL pointant soudainement vers un site spécifique pourrait finalement lui nuire. Au travers d'un outil de gestion, CyberCité a ainsi repéré plusieurs chutes de trafic importantes dû a un déclassement de Google. Ces attaques seraient souvent opérées manuellement avec la création de liens dans divers forums chinois et se présentant comme du spam pour nuire à la société ciblée. Interrogé à ce sujet par M. Longy, Google France explique pourtant ne jamais avoir observé ce type de pratiques.

Pour M. Longy la position de Google, les sanctions mises en œuvre ainsi que les diverses contradictions tendent d'une part à confirmer l'importance des liens pour l'algorithme de son moteur de recherche mais également à masquer ses diverses vulnérabilités.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Automobile : le gouvernement envisagerait un malus lié au poids des véhicules
Le Royaume-Uni devrait interdire les ventes de voitures thermiques en 2030
Après Bethesda, Microsoft tease, déjà, un autre rachat à venir ?
Voiture électrique : allez-vous sauter le pas et à quel prix ?
L'adoption de Firefox en chute de 85%
Batteries de voitures : et si on allait plutôt chercher les matériaux au fond des océans ?
Xbox Series X | S : le module d'extension d'1 To NVMe coûtera 269,99€ en France
Battery Day : des batteries révolutionnaires et une Tesla à 25 000 dollars sous trois ans
La Model 3 échoue lors d'une démonstration de son système de freinage autonome
RTX 3080 : de nombreux bugs chez les premiers acheteurs de modèles custom (MàJ)
scroll top