Google brevette un moyen d'offrir un trajet gratuit vers un lieu défini par la publicité

0
Proposer à prix réduit, voire gratuitement, un trajet d'un potentiel client vers un magasin. Voilà le principe que vient de breveter Google. Reste à en connaître les possibles applications concrètes.

00FA000007108440-photo-google-brevet.jpg
Google a fait enregistrer auprès de l'organisme américain chargé des brevets et de la protection des marques un procédé pour le moins original. Il s'agit d'une méthode permettant de combiner le transport de personnes avec de la publicité ciblée. Pour l'instant, les droits ont été déposés par la firme mais elle pourrait se développer prochainement.

Précisément, il s'agit de proposer un service de transport pour une ou plusieurs personnes. Toutefois, le client ne décide pas de la destination mais est conduit dans un magasin, celui dont la publicité est affichée sur son smartphone ou sa tablette. La course peut alors être gratuite ou proposée à un tarif réduit.

Sur le principe, l'idée peut séduire les vendeurs puisqu'ils sont au moins certains que ceux qui accepteront l'offre se rendront dans leur enseigne. Une partie du chemin est ainsi réalisée avant l'acte d'achat final.

Fonctionnement : ciblage et Google+

Comme le souligne Techcrunch, Google utilise un algorithme permettant de calculer le coût du déplacement en fonction de plusieurs paramètres. Il prend ainsi en compte la localisation du client, la distance du magasin ou bien encore le profit potentiel pouvant être réalisé par le magasin.

Le brevet 8630897 B1 précise que les publicités peuvent être déployées vers des téléphones portables ou dans un endroit fixe (un kiosque, ou pourquoi pas un arrêt de bus). Toujours est-il qu'en procédant à un ciblage précis du client, via son profil Google +, la publicité peut potentiellement intéresser une personne en particulier. Enfin, si vous n'achetez jamais rien, le système peut vous proposer de manière moins fréquente un tel trajet.

Application : anti-VTC ou voitures sans pilote ?

Difficile de connaître encore l'ensemble des intrications qu'implique ce type de dispositif. Dans cette forme, il pourrait toutefois s'opposer à certains modes de transports tels que les taxis ou même les véhicules avec chauffeurs (VTC). En France, l'attitude de Google avait d'ailleurs été critiquée dans ce domaine.

Lors d'une grève organisée en début d'année, les syndicats concernés précisaient lutter contre « les multinationales du VTC (financées par Google, Goldman Sachs), véritable lobby qui détruit nos emplois en créant de la précarité et sans se soucier de la législation française ». Pour rappel, Google Ventures, le fonds d'investissement de la firme américaine a effectivement mis plus de 257 millions de dollars dans un service baptisé Uber.

Toujours est-il que Google semble avoir de l'ambition dans le domaine de la mobilité. Couplé à une offre de voiture sans conducteurs, soumise à un trajet défini, l'idée paraît séduisante. L'initiative semble également très pertinente pour certains types d'offres comme dans la restauration par exemple.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Nokia tourne la douloureuse page du mobile, cap sur les réseaux
BlackBerry positionne le micro-kernel QNX sur l'Internet des objets
Brevets : Huawei signe un accord avec RockStar Bidco (Microsoft, Apple, BlackBerry...)
Smartphones : la Corée du Sud s'oppose aux applications impossibles à désinstaller
2014 : le début de la fin du Freemium ?
La suite iWork reçoit une mise à jour pour OS X et iOS
ULLtraDIMM : des SSD encore plus performants avec l'interface DDR3
Qualcomm rachète les brevets de WebOS, Ipaq et Bitfone
Fujifilm : vers un nouveau design de capteur ?
E-Santé : la France est toujours trop en retard selon le président d'Accenture
Haut de page