Rachat de Fitbit : Google admet des concessions sur l'exploitation des données, l'UE donne son feu vert

30 septembre 2020 à 10h35
1

La firme de Mountain View a dû satisfaire à certaines conditions sur le traitement des données de Fitbit, pour éteindre les inquiétudes.

Le rachat de Fitbit par Google est un processus long et tortueux mais qui, en dépit des doutes, avance progressivement. Depuis l'annonce de l'acquisition faite en novembre 2019 et les rumeurs lancées bien avant encore, les autorités européennes n'ont eu de cesse de faire part de leurs craintes, jusqu'à demander à la firme de Mountain View de fournir des garanties sur le traitement des données de santé obtenues par le spécialiste des trackers d'activité. Et il semble qu'elles aient pu enfin obtenir satisfaction.

La crainte de voir Google assoir sa domination sur le marché de la publicité en ligne

La Commission européenne, qui avait ouvert une enquête approfondie sur l'acquisition le 4 août dernier, est donc sur le point d'accorder son feu vert et d'approuver le rachat de Fitbit par Google pour 2,1 milliards de dollars (soit 1,79 milliard d'euros).

Jusqu'à maintenant, l'institution de Bruxelles redoutait que Google, en avalant Fitbit et en se positionnant sur le marché des wearables, ne renforce sa position dominante sur le marché de la publicité en ligne. L'idée de l'exécutif européen était de demander au géant américain de lui prouver qu'il ne fausserait pas la concurrence, même en mettant la main sur les données récoltées par Fitbit.

La Commission a ainsi obtenu des garanties au sujet de l'exploitation des données ponctionnées par les objets connectés, de la société rachetée, via la régie publicitaire Google Ads notamment, ancienne AdWords.

Professionnels et consommateurs, Google a dû reculer sur les terrains

L'institution européenne ne s'est pas épanchée sur les modalités - elle le fait trop rarement - mais on sait que Google a pris l'engagement de faciliter l'accès des concurrents de l'entreprise Fitbit à la plateforme Android.

Les consommateurs n'ont pas été oubliés par la Commission, on peut aussi s'en douter. Outre la nécessité pour Google d'obtenir leur consentement sur la collecte des données, les utilisateurs d'objets connectés de la marque Fitbit devraient, en théorie, avoir accès à une pléiade d'applications autres que celles justement fournies par Google. Pour protéger la concurrence, encore une fois.

Il reste désormais une dernière grande étape avant que ce feu vert de principe donné par l'UE ne se transforme en accord officiel. L'autorité de la concurrence de la zone va désormais interroger les différents concurrents et utilisateurs de la firme, pour recueillir leurs témoignages et sans doute, par la suite, étoffer un peu plus les exigences soumises à Google.

Source : Reuters

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
2
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Tim Cook se plaint des fuites internes… dans une note confidentielle qui fuite elle aussi
Amazon n'est plus anti-cannabis, la plateforme en assure même le lobby aux US
GitLab va entrer en Bourse
Rachat d'edX : quel avenir pour la plateforme d'apprentissage à but non lucratif ?
Levée de fonds record pour la startup française Sorare spécialisée dans les NFT
Après celui de Jean Castex, le pass sanitaire d'Emmanuel Macron est dévoilé sur les réseaux sociaux
Sécurité informatique : les entreprises adoptent de plus en plus le stockage en ligne, mais la sauvegarde sur bandes résiste
Amazon bannit plus de 600 marques chinoises de sa plateforme
[MàJ] Après sa fusion avec OnePlus, OPPO va supprimer près de 20 % de ses effectifs
Altice rachète l'opérateur Coriolis Telecom
Haut de page