Test de l'Apple MacBook Pro 14 (2021) : un héros sans peur et (presque) sans reproche

Nathan Le Gohlisse
Spécialiste Hardware
15 novembre 2021 à 18h18
73
Apple MacBook Pro-1 © © Apple
© Apple

Objet de toutes les rumeurs, au centre de bien des attentes depuis des mois, nous découvrions enfin le MacBook Pro de 14 pouces lors d’une Keynote spéciale organisée par Apple en octobre. Accompagné de son grand frère le MacBook Pro 16, l’appareil veut contribuer à redessiner la gamme d’ordinateurs portables d’Apple tout en marquant une rupture technologique face à la concurrence. Est-il à la hauteur de cette double ambition ? Réponse dans ce test.

Fantasme ambulant pour les disciples d’Apple, simple ordinateur hors de prix pour les autres, le MacBook Pro occupait depuis quelques temps une place inconfortable sur le catalogue du géant californien. Affublée de vieux processeurs Intel, sa version 16 pouces paraissait de plus en plus défraichie, tandis que le modèle 13 pouces, technologiquement plus à jour, peinait à se démarquer du MacBook Air — trop semblable esthétiquement et presque aussi bien équipé.

Apple MacBook Pro 14" (2021)
  • Performances monstrueuses sur batterie
  • Un nouveau châssis réussi
  • Le superbe écran Mini-LED Liquid Retina XDR
  • Clavier délicieux, haut-parleurs bluffants
  • Vilaine encoche (à laquelle on s’habitue)
  • Pas d’identification via Face ID
  • Pas de HDMI 2.1, ni d’UFS-III
  • Le prix exorbitant des options

Il va sans dire qu’Apple jouait gros lors de sa dernière Keynote. L’idée était de redonner au MacBook Pro ses lettres de noblesse, afin d'en refaire un produit au-dessus du lot, pensé par des professionnels pour des professionnels. Un enjeu qui nécessitait bien un changement complet de design et une double dose de puissance : c'est exactement ce qu’Apple nous délivrait le 18 octobre dernier, un MacBook Pro transfiguré et surpuissant grâce à l’introduction des nouvelles puces M1 Pro et M1 Max.

Dans sa grande mansuétude, Apple France nous a fait parvenir le nouveau MacBook Pro de 14 pouces, équipé d’un SoC Apple M1 Pro. Voici la fiche technique complète de l’appareil.

Fiche technique Apple MacBook Pro 14" (2021)

Résumé

Taille de l'écran
14,2in
Taux de rafraîchissement
120Hz
Processeur
Apple M1 Pro
Carte graphique
iGPU
Taille de la mémoire
16GB

OS

Système d'exploitation
MacOS

Processeur

Processeur
Apple M1 Pro
Type de processeur
8 coeurs hautes performances / 2 coeurs haute efficacité énergétique
Finesse de gravure
5nm

Mémoire vive

Taille de la mémoire
16GB

Graphismes

Carte graphique
iGPU
Max-Q
Non
VR Ready (réalité virtuelle)
Non

Écran

Taille de l'écran
14,2in
Taux de rafraîchissement
120Hz
Type d'écran
LED
Résolution d'écran
3K
Format de l'écran
3/2
Dalle mate / antireflet
Non
NVIDIA G-SYNC
Non
Écran tactile
Non

Stockage

Configuration disque(s)
SSD
Disque principal
1 To
Lecteur de carte mémoire
Carte SD

Connectique

Connectiques disponibles
Jack 3,5mm Femelle Stéréo, HDMI 2.0, Thunderbolt 4/USB-C

Réseau sans-fil

Version Wi-Fi
6
Version Bluetooth
5

Équipement

Haut-parleurs
Intégrés
Clavier
Azerty
Clavier rétroéclairé
Oui - Couleur unique
Pavé numérique
Non
Lecteur d'empreinte digitale
Oui

Caractéristiques physiques

Épaisseur
31,26cm
Largeur
22,12cm
Profondeur
1,55cm
Poids
1,6kg

Notre modèle de prêt est proposé à 2 749 euros sur le magasin officiel d’Apple. L’appareil est toutefois disponible à un tarif de départ de 2 249 euros. On y trouve alors un processeur M1 Pro un peu moins puissant (limité à 8 cœurs CPU et 14 cœurs GPU « seulement »), 16 Go de mémoire unifiée et 512 Go de stockage. Ne nécessitant pas autant d’énergie que la version que nous testons aujourd'hui, ce modèle se contente par ailleurs d’un bloc 67 W pour la recharge. L’écran et le reste des spécifications restent toutefois communs aux deux versions du produit.

Notons enfin qu’il est possible de configurer son MacBook Pro 14 pouces pour lui ajouter un processeur plus puissant, plus de mémoire unifiée et une plus grande capacité de stockage. Au maximum, l’engin peut ainsi embarquer un processeur Apple M1 Max (CPU à 10 cœurs, GPU à 32 cœurs), 64 Go de mémoire unifiée et 8 To de SSD… pour un tarif qui s’envole à 6 659 euros toutes options comprises.

Apple MacBook Pro-9 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Design : un pas en arrière, un saut en avant

Fin 2016 la firme de Cupertino était fière de présenter le tout nouveau châssis de ses MacBook Pro : « les plus fins jamais créés », vantait alors Apple. Cinq ans plus tard, demi-tour droite, le changement est complet.

Plus question de miser sur la finesse et la légèreté à tout prix sur le MacBook Pro… Et c’est clairement pour le mieux ! L’appareil change de design, d’écran et même de clavier pour faire peau neuve. Si l’identité de la gamme est conservée, la rupture par rapport aux MacBook Pro lancés depuis 2016 est concrète. Apple semble même s'inspirer en partie de ses « vieux » modèles de 2015, plus trapus mais aussi plus fonctionnels en termes de connectique.

Au déballage, le MacBook Pro 14 paraît fatalement plus volumineux et légèrement plus lourd que l’ancien modèle de 13,3 pouces. Il reste toutefois raisonnable avec des mensurations de 31,26 x 22,12 x 1,55 cm, pour 1,6 kg sur la balance. Le format de l’appareil reste compact, et les quelques millimètres grappillés sont judicieusement utilisés : le clavier est un peu plus grand, les haut parleurs restent logés de part et d’autre de l'ordinateur et la surface gagnée par l’écran est exploitée à merveille par la nouvelle dalle Liquid Retina XDR. Nous y reviendrons.

Apple MacBook Pro-14 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic
Apple MacBook Pro-12 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
Apple MacBook Pro-11 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Côté design, Apple fait, une nouvelle fois, carton plein. Le MacBook Pro 14 est un modèle d’élégance et de sobriété qui pourrait bien inspirer la concurrence. Les lignes de son châssis en aluminium (100 % recyclé) sont plus douces que par le passé, ce qui n’est pas pour nous déplaire. On sent aussi qu’Apple a voulu se montrer plus généreuse concernant la ventilation. Si elles restent discrètes, les entrées et sorties d’air sont un peu plus larges, et le MacBook Pro 14, comme son grand frère en 16 pouces, repose sur quatre gros pieds permettant de laisser passer de l'air sous le châssis. Ces quatre patins circulaires nous rappellent vaguement ceux du Mac Pro, qui est lui aussi monté sur « pilotis ».

Sur les flancs aussi Apple revient aux fondamentaux en réintégrant un port HDMI pleine taille et un lecteur de cartes SD. Une prise casque (Jack 3,5 mm) et un triptyque de ports USB-C Thunderbolt 4 sont également de la partie. Tous trois supportent l’affichage en DisplayPort, les transferts de données (jusqu’à 40 Gbit/s) et prennent en charge l’alimentation.

Pour recharger le nouveau MacBook Pro et lui donner toute l’énergie dont son processeur a besoin, Apple choisit néanmoins de réinviter à la fête le port MagSafe, utilisé de 2006 à 2015.

Apple MacBook Pro-8 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
Apple MacBook Pro-24 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Revêtant une forme nettement plus fine, cette troisième génération de MagSafe retrouve sa vocation sécuritaire : la prise se dégrafe toute seule si jamais vous tirez sur le fil par mégarde. Pratique pour éviter qu’une maladresse n’entraine votre Mac vers les abimes. Cette connectique remise au goût du jour sert aussi de vecteur à la nouvelle recharge rapide d’Apple. On notera néanmoins que si vous utilisez le bon chargeur, cette dernière est aussi accessible par l’intermédiaire des ports USB-C, puisqu’on ne dépasse pas les 96 W (contre 140 W en MagSafe sur le MacBook Pro 16 pouces).

Si cette connectique plus riche est appréciable au quotidien, on constate quand même qu'Apple fait un peu les choses à moitié. On comprend assez bien l’absence de prises USB-A, bien moins polyvalentes que les ports Thunderbolt 4, toutefois le recours à l’ancienne norme HDMI 2.0 passe un peu moins bien : elle autorise certes l’affichage en 4K, mais avec un rafraîchissement à 60 Hz « seulement ». Sur une machine à plus de 2b200 euros, nous aurions aimé qu’Apple passe au HDMI 2.1, qui permet pour sa part la 4K en 120 Hz.

Même logique pour le lecteur de cartes SD. Passé le plaisir de le retrouver, on est déçus qu'il ne soit compatible qu’avec les cartes allant jusqu’à la norme UHS-II (pour des débuts de 312 Mo/s maximum). Les vidéastes, photographes et créatifs les plus exigeants risquent de regretter l’absence d’UHS-III, permettant des débits de 624 Mo/s.

Apple MacBook Pro-13 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Revenons maintenant sur le nouveau clavier Magic Keyboard. Il occupe ici beaucoup d’espace et c’est tant mieux. Les touches sont larges, silencieuses et rebondies à souhait, profitant d'un retour ferme et d'une course plutôt onctueuse. La saisie de longs textes est un vrai plaisir sur ce nouveau Mac, même si les (rares) aficionados de l’ancien clavier papillon et de sa frappe extrêmement sèche et rapide pourront mettre un peu de temps à s’habituer. Ce fut le cas de votre serviteur, qui est maintenant conquis.

Difficile enfin de ne pas remarquer ce qui saute aux yeux : l’absence de Touch Bar, totalement abandonnée par Apple. Vivement critiquée pour son utilité toute relative, elle laisse la place à une barre de raccourcis physiques bien moins high-tech… mais finalement plus pratique. Seul bémol à ce volte face : l’espace utilisé pour ajouter ces nouvelles touches empiète un peu sur la place disponible pour le trackpad, qui perd quelques millimètres de surface par rapport à celui du MacBook 13 - mais reste toujours aussi agréable à utiliser.

Quoi qu’il en soit, la Touch Bar est complètement oubliée au bout de quelques heures d’utilisation à peine.

Apple MacBook Pro-29 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic
Apple MacBook Pro-26 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
Apple MacBook Pro-22 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Ce qu’on ne risque pas d’oublier par contre, c’est l’apparition d’une vilaine encoche sur l’écran. Bon an mal an, on s’en accommode, mais surtout parce qu’elle disparait dans un fond noir lorsqu’on affiche une application en plein écran.

Cette encoche, qui semble devenir une habitude chez Apple, permet aussi l’ajout d’une webcam 1080p (contre 720p auparavant). De meilleure qualité que ce que l’on trouvait jusqu’à présent sur les MacBook Pro, elle reste quand même loin de la netteté offerte par le simple capteur frontal d’un iPad Air (2020) , par exemple.

Apple aurait pu en faire plus pour faire passer la pilule de l’encoche. On regrette d'ailleurs amèrement que cet ajout disgracieux et l’amélioration de la webcam ne se soient pas accompagnés d’un passage à l’identification faciale via Face ID.

Apple MacBook Pro-28 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
Apple MacBook Pro-4 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
Apple MacBook Pro-15 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

On suppose à ce sujet que des contraintes industrielles (potentiellement liées aux pénuries de composants) ont pu forcer Apple à ne pas ajouter FaceID cette année. Reste que l’encoche n’apporte aucune vraie valeur ajoutée à l’utilisateur, contrairement aux iPhone sur lesquels elle garantit actuellement le meilleur système d’identification faciale du marché. Le MacBook Pro, lui, doit se contenter d’un capteur d’empreintes classique, et de Touch ID. À l’ancienne.

Le démontage du MacBook Pro 14, enfin, ne présente pas grand intérêt pour l’utilisateur lambda : le SSD, et bien entendu le processeur et sa mémoire unifiée, sont soudés à la carte mère. Sans surprise aucune, ajouter de la mémoire vive ou du stockage par ses propres moyens reste donc impossible.

Apple MacBook Pro-3 © © iFixit
© iFixit

Écran : le MacBook Pro invoque la technologie MiniLED

Pour ses nouveaux MacBook Pro, et comme sur les iPad Pro de 12,9 pouces, Apple choisit la technologie d’affichage Mini-LED . En attendant la démocratisation du Micro-LED, encore très marginal, le Mini-LED est la seule vraie alternative à l’OLED — notamment sur le terrain du contraste. Avec son écran Liquid Retina XDR, le MacBook Pro 14 met donc les petits plats dans les grands et multiplie les spécifications aguicheuses.

Apple MacBook Pro-27 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

L’écran de 14,2 pouces permet de profiter d’une définition 3K (3 024 x 1 964 pixels), pour une densité de pixels qui monte à 254 pixels par pouce. Nous y sommes habitués avec les dalles Retina récentes, mais la finesse d’affichage est une nouvelle fois excellente ici. Selon Apple, cet écran affiche une luminance générale de 1 000 nits, avec des pics de luminosité pouvant monter à 1 600 nits.

Notons que ces valeurs concernent uniquement les contenus HDR. En SDR, la luminosité est bien plus modeste : environ 500 nits. Nous sommes alors pile au niveau de ce que proposait l’ancien MacBook Pro de 13,3 pouces, mais c'est suffisant pour que l’écran reste lisible quel que soit le contexte d’utilisation.

Le contraste de cette dalle Mini-LED est pour le reste capable d’atteindre un ratio de 1 000 000:1, soit le seuil habituellement attribué à l’OLED. En d’autres termes, les noirs sont parfaits sur l’écran du MacBook Pro 14. Comme sur un écran OLED, ils confèrent une vraie impression de profondeur à l’image affichée. En revanche l’effet de blooming (halo lumineux résultant d’un trop grand écart entre les zones lumineuses et les zones noires de l’image) est régulièrement visible sur cette dalle Liquid Retina XDR.

Apple MacBook Pro-30 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic
Apple MacBook Pro-25 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
Apple MacBook Pro-21 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

À l’œil nu, nous pouvons confirmer l’insolente qualité d’affichage proposée par Apple sur ce nouveau MacBook Pro. Son écran est tout simplement sublime, sa luminosité maximale, même en SDR, est excellente, et son contraste est infini. On apprécie aussi sa justesse colorimétrique par défaut. Les couleurs ne sont pas saturées et paraissent bien calibrées.

Apple évoque, enfin, une couverture à 100 % du spectre DCI-P3. Un atout de taille pour les utilisateurs créatifs et les professionnels de l’image, d'autant que, comme évoqué plus haut, on salue aussi l’espace gagné sur les bordures des anciens modèles. Le taux d’occupation de ce nouvel écran est réellement appréciable.

Toutefois la nouveauté que l'on estime la plus satisfaisante reste le passage à la technologie de rafraichissement adaptatif ProMotion. Elle permet de passer dynamiquement de 24 Hz à 120 Hz en fonction des utilisations et des contenus affichés à l’écran. L’impression de fluidité est vraiment grisante, mais les effets sur l’autonomie restent à prendre en compte. Cela dit, quelle que soit votre utilisation du MacBook Pro 14, l’écran Liquid Retina XDR saura toujours trouver le bon tempo, tout seul comme un grand.

Performances : de l’efficacité énergétique

Lors de sa dernière Keynote, Apple nous présentait en détail ses puces M1 Pro et M1 Max. À l’image du processeur M1 introduit en fin d’année dernière ce sont des SoC (System on a Chip) qui regroupent une partie processeur (CPU), une partie graphique (GPU) et de la mémoire unifiée (RAM) à laquelle le CPU comme le GPU peuvent avoir accès.

Apple MacBook Pro-31 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Ce petit cocktail fonctionne une nouvelle fois grâce à l’architecture ARM qu’Apple a su dompter, tant sur le plan matériel que logiciel. Un design utilisé depuis des lustres sur les appareils mobiles, et notamment par nos smartphones, qui permet à Apple d’allier performances et grande efficacité énergétique sur ses MacBook, suffisamment pour donner un sérieux coup de vieux aux processeurs x86 de la concurrence.

Un an après les débuts de l’impressionnante puce M1, Apple ne cherche pas à rebattre complètement les cartes, mais plutôt à accroitre son avance sur Intel et AMD en nous proposant une débauche de performances. Malgré une finesse de gravure égale à celle de sa cousine M1 « classique » (5 nm), le SoC M1 Pro de notre MacBook Pro 14 se démarque par un die nettement plus grand. Cette surface accrue est loin d’être superflue, elle permet notamment d’accueillir un plus grand nombre de cœurs CPU et GPU.

La puce M1 Pro peut ainsi compter sur 6 ou 8 cœurs « hautes performances » (en fonction du modèle choisi), au lieu de 4 cœurs sur la puce M1. De quoi démultiplier la puissance disponible, y compris au niveau de la partie GPU qui profite d'un maximum de 16 cœurs graphiques, contre 8 sur la puce M1. La montée en gamme est donc palpable.

Apple MacBook Pro-2 © © Apple
© Apple

Comparé à la puce M1, le nouveau processeur M1 Pro affiche jusqu’à 70 % de performances brutes en plus selon Apple. La marque promet surtout des performances accessibles tant sur secteur que sur batterie grâce à une grande efficacité énergétique. Pour rappel, la plupart des ordinateurs portables concurrents, cumulant processeur x86 et GPU dédié pour une puissance équivalente, ne peuvent déployer leurs pleines performances que lorsqu’ils sont branchés. La promesse d’Apple a donc de quoi intriguer.

Pour avoir une idée de ce que permet le nouveau SoC M1 Pro, nous avons lancé l’incontournable CineBench R23 sur batterie, puis sur secteur. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : à quelques points près, les scores obtenus dans ces deux contextes d’utilisation sont identiques. En d'autres termes, l’appareil est bel et bien capable de délivrer un remarquable niveau de performances, qu’il soit sur secteur ou non. Une baffe pour la concurrence puisqu'aucun laptop actuel ne peut proposer une telle puissance de feu sur batterie, limités par l’efficacité énergétique des processeurs x86.

Apple est ainsi en avance sur son temps.

Apple MacBook Pro-20 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Le MacBook Pro 14 pouces et sa puce M1 Pro parviennent en effet à cumuler 1 531 points en single-core et 12 269 points en multi-core sur CineBench R23, en fonctionnant sur batterie. À titre de comparaison, le gros Intel Core i7-11800H (8 cœurs / 16 threads, 45 W) monte à 1 509 points en single-core contre 13 991 points en multi-core… mais sur un Alienware X17 (17,3 pouces) branché à un gros chargeur 330 W, avec le mode performances activé et une ventilation à plein régime.

On peut raisonnablement dire qu’avec sa puce M1 Pro, Apple réussit à délivrer un niveau de performances CPU équivalent aux plus gros processeurs mobiles de la concurrence, mais avec une efficacité énergétique supérieure. Ces performances ne sont en effet pas conditionnées à un raccordement au chargeur et s’obtiennent dans un silence quasi complet.

Apple MacBook Pro-16 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

En utilisation intensive et prolongée, le système de dissipation de notre MacBook Pro 14 est en effet toujours resté assez discret (un léger souffle était parfois audible) et son châssis à peine tiède. Rien d'insurmontable pour l’utilisateur. Notons d’ailleurs qu’en utilisation bureautique et multimédia, les ventilateurs sont complètement coupés. On travaille alors sans autre bruit que le cliquetis du clavier.

Ces très bonnes performances s’étendent aussi à la partie graphique de l’Apple M1 Pro. Si le MacBook Pro 14 n’est pas une machine conçue pour jouer, nous avons tout de même lancé Shadow of the Tomb Raider (via Steam) afin de savoir comment les 16 cœurs graphiques de son SoC se comportaient face à un titre plutôt gourmand en ressources. Sur le soft de Crystal Dynamics, en définition 3K native (3 024 x 1 964 pixels) et avec les paramètres en preset « élevé », nous obtenons entre 25 et 30 FPS sans perte de fluidité.

Apple MacBook Pro-6 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
Apple MacBook Pro-5 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Là aussi, nous avons utilisé le MacBook Pro 14 sur batterie, et sans constater de chauffe notable. Ce niveau de puissance graphique, équivalent à celui d’une petite carte graphique dédiée, type RTX 3050, sera précieux en montage vidéo ou pour les applications créatives tirant partie de l’accélération GPU. Le rapport performances / compacité qu’Apple nous propose ici est bluffant.

Sur le plan du stockage aussi la marque à la pomme fait fort : le SSD du MacBook Pro 14 est capable de monter à 6 476,08 Mo/s en lecture contre 5 865,04 Mo/s en écriture. Il s’agit des meilleures valeurs que nous ayons enregistrées cette année sur un ordinateur ultraportable .

Autonomie : du solide, sans miracles

Vous vous en doutez, la sobriété énergétique de la puce M1 Pro a une incidence positive sur l’autonomie. En utilisation courante, le MacBook Pro 14 peut se montrer increvable… suffisamment pour que vous soyez fatigués avant lui. Nous avons par exemple réussi à tenir une grosse journée et demie sur batterie avant que l’appareil ne demande à retrouver son chargeur. Nous nous limitions toutefois à une utilisation basique, mêlant bureautique sur l’application Pages, navigation Web via Safari et lecture vidéo. Dans ce contexte, on atteint facilement les 15 heures d'autonomie.

Apple MacBook Pro-7 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Cette dernière a toutefois tendance à flancher beaucoup plus vite lorsqu’on utilise des logiciels gourmands en énergie. À titre d'exemple, 30 minutes de jeu sur Shadow of the Tom Raider, où les parties CPU et GPU de la puce M1 Pro sont fortement sollicitées, aura fait perdre pratiquement 20 % d’autonomie au MacBook. La puce M1 Pro a beau être sobre, elle n’est pas non plus miraculeuse : si vous utilisez le MacBook Pro 14 de manière intensive, sur des applications énergivores, vous aurez probablement besoin du chargeur au bout d'une poignée d'heures.

Le bloc 96 W fourni avec notre mouture du MacBook Pro 14 assure toutefois une recharge diligente. Comptez environ 1 heure 30 sur secteur pour passer de 10 à 100 % d’autonomie. Et comme promis ou presque, la charge rapide permet de regagner peu ou prou la moitié de la batterie en une demie heure (très exactement 49 % d’autonomie en 30 minutes de charge tout pile).

Audio : la cerise sur un très beau gâteau

Faire des compliments sur les haut-parleurs d’un laptop n’est pas chose courante. La plupart des constructeurs se contentent en effet du strict minimum, et on se retrouve souvent avec des haut-parleurs au mieux passables sinon médiocres. Sur ce terrain, Apple est un des rares à faire de véritables efforts et n’a donc aucun mal à s’élever au-dessus de la mêlée.

Apple MacBook Pro-19 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
Apple MacBook Pro-18 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Sur l’ancien MacBook Pro, les haut-parleurs intégrés nous offraient déjà une qualité audio tout à fait convaincante, y compris sur le modèle de 13,3 pouces. Cette année, des améliorations supplémentaires ont été apportées à la partie audio, et Apple a réussi à loger six haut-parleurs dans ses nouveaux MacBook Pro pour un résultat probant. Les aigus sont clairs et précis, les médiums ne prennent pas toute la place, et les graves sont suffisamment présents pour conférer un vrai relief au son délivré.

Globalement, l’expérience audio offerte par le MacBook Pro 14 est sans commune mesure avec ce que l'on retrouve sur le marché. On a presque l’impression qu’Apple a réussi à loger une petite enceinte Bluetooth bien équilibrée dans le châssis de son ultraportable. Seul défaut à relever : une légère perte de précision à plein volume sur certains morceaux.

Si vous avez du matériel filaire de bonne qualité, la sortie casque fait quant à elle un boulot impeccable, délivrant un signal clair et puissant.

Prix : un Mac bien positionné… mais des options hors de prix

Nous l’avons dit en début d’article, le MacBook Pro 14 débute à 2 249 euros et monte à 2 749 euros dans sa meilleure version (hors options). À ce tarif, l’appareil est positionné sur le haut de gamme et n'est en rien abordable mais reste relativement bien placé face à la concurrence sur ce segment.

Plus puissant que la plupart des ultraportables, le MacBook Pro 14 se mesure en effet à des appareils de 15 pouces, équipés d’un gros processeur mobile et d’une carte graphique dédiée, comme le Dell XPS 15 ou le HP Envy 15 .

Apple MacBook Pro-17 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Sur une configuration équivalente à celle du MacBook Pro 14 (Core i7-11800H, 16 Go de RAM, RTX 3050, 1 To de SSD et écran OLED 3,5K) le nouveau Dell XPS 15 s’affiche à 2 369 euros sur le site officiel de Dell. En face, le HP Envy 15 (en version i7-11800H, 32 Go de RAM, 1 To de SSD, RTX 3060 et écran OLED 4K) grimpe pour sa part à 2 500 euros environ.

Autre alternative, plus compacte et cette fois orientée vers le jeu, l’ASUS Zephyrus G14 2021 est proposé à 2 400 euros (avec un processeur AMD Ryzen 9 5900HS, 16 Go de RAM, 1 To de SSD, une RTX 3060 et un écran IPS QHD 120 Hz). On pourrait aussi citer le très bon HP Envy 14 , vendu environ 2 000 euros dans sa version haut de gamme.

Vis-à-vis de ses concurrents, le MacBook Pro nous paraît donc compétitif… si l’on met de côté les options proposées par Apple. De fait, ces dernières sont tout bonnement hors de prix. À titre d’exemple, passer de 16 Go à 32 Go de mémoire unifiée impliquera de rajouter une enveloppe de 460 euros à l’addition totale. On ne sait plus s’il faut en rire ou en pleurer.

Apple MacBook Pro 14 (2021), l’avis de Clubic :

C’est bien simple, le MacBook Pro 14 est, à date, le meilleur ordinateur ultraportable du marché. Non content d’améliorer pratiquement tout ce qui pouvait l’être par rapport au MacBook Pro 13, il fausse complètement compagnie à la concurrence en termes d’efficacité énergétique et de performances en situation de mobilité. Avec une puissance de calcul aussi importante sur batterie que sur secteur, l'ordinateur de la firme de Cupertino va donner beaucoup de fil à retordre à ses adversaires. Le Macbook Pro 14 peut aussi compter sur une expérience d’affichage de haute volée, une autonomie généreuse et une qualité d’assemblage et de finitions infaillible pour s’imposer durablement sur le marché.

Apple MacBook Pro-32 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

On regrette par contre qu’Apple ait manqué de perfectionnisme sur deux points : l’ajout d’une vilaine encoche sans la « compensation » d’un accès à FaceID, et l’absence des derniers standard HDMI 2.1 et UFS-III pour la connectique de ce nouveau MacBook Pro.

Apple MacBook Pro 14" (2021)

9

Puissance, élégance et maîtrise résument à merveille ce que nous propose Apple avec le nouveau MacBook Pro 14. Appareil aux nombreux superlatifs, l’engin se démarque notamment par les performances ébouriffantes et la grande efficacité énergétique de sa nouvelle puce M1 Pro. La « révolution », si souvent prônée par le marketing d’Apple, est cette fois une évidence.

Les plus

  • Performances monstrueuses sur batterie
  • Un nouveau châssis réussi
  • Le superbe écran Mini-LED Liquid Retina XDR
  • Clavier délicieux, haut-parleurs bluffants

Les moins

  • Vilaine encoche (à laquelle on s’habitue)
  • Pas d’identification via Face ID
  • Pas de HDMI 2.1, ni d’UFS-III
  • Le prix exorbitant des options

Design 9

Écran 9

Performances 9

Autonomie 8

Prix 8

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
73
36
spip74
J’achète !
clockover
Bien joué le marketing
Petinikola
Dans les faits :<br /> _ L’identification Face ID se limite à 30-40cm quand le visage est à 80-100cm de l’écran sur un laptop<br /> _ L’écran est déjà plein format sous l’encoche donc on «&nbsp;gagne&nbsp;» la barre des menus, vivement la V2 ou la V3 pour la faire disparaître.<br /> _ Le HDMI 2.1 est le dernier format en date mais quel pourcentage d’utilisateurs en ont le besoin aujourd’hui ou dans 3 ans avec cette machine ?<br /> _ L’UFS-III est à peine déployé et par des pros, ils demandent du CF…<br /> Oui les options sont hors de prix vu les économies d’échelles réalisées…
norwy
Cette encoche est un véritable tue-l’amour !
Gwynplaine
Les options sont largement dispensables dans bien de cas. J’avoue que le M1 me suffit largement. C’est la première fois depuis 20 ans que je ne prends plus la gamme pro, devenue inutile pour mon usage.<br /> Du moment que la gamme grand public reste aussi performante ça me va ! J’avoue qu’il y a un fossé creusé entre Intel (chez Apple) et les M1 etc.
ptitepuce
Vos tests sur les mac et apple en général sont étrangement toujours super bien notés.<br /> Vous descendez des pc qui pourtant n’ont pas des défauts majeurs, pour le prix demandé.<br /> Avec apple, vous attribuez constamment des 8 ou 9, limite du 10/10.<br /> C’est des tests qui ne sont pas du tout objectifs, on sent le favoritisme à la marque.
Jissou06
Je trouve le rédacteur bien dur sur la notation Autonomie : 8/10<br /> Je pense que la note pourrait être largement 9 ou même 10/10<br /> Vous en connaissez beaucoup des laptops qu’ils tiennent la journée entière en visionnage vidéo sur batterie ?<br /> Sinon belle machine qui fait rêver. Mais son prix est indécent !<br /> Il y a 4-5 ans on avait des MacBook Pro début de gamme à 1500€ . Là, le tout début de gamme est à quoi … 2200-2300 …<br /> Et puis on ne parle pas des Apps sur le proc maison Apple : les Apps optimisées M1 sont encore rares : même pas DropBox par exemple<br /> Et je parle pas des Apps professionnelles
JeXxx
Possédant une Surface Book, je t’assure que ça fonctionne extrêmes bien et jamais de problème de reconnaissance sauf quand je suis de profil même dans le noir et allongé dans le lit.<br /> Là je vois juste du marketing fonctionner à fond, dans la prochaine version ils le mettront sous prétexte que la commue le demande.
sources
Moi qui n’aime pas les Mac et n’ai jamais trouvé qu’ils soient visuellement exceptionnels, j’avoue que j’aime bien l’intégration de l’encoche avec le bandeau de menu du haut. J’espère juste qu’ils ont pensé à faire passer le plein écran en dessous et transformer la bande de menu en noir.
Iceslash
L’encoche ressemble à la moustache d’hitler ! désolé c’est moche. Je parie que sur les prochaines versions, elle sera enlevée…
HAL1
Petinikola:<br /> _ L’identification Face ID se limite à 30-40cm quand le visage est à 80-100cm de l’écran sur un laptop<br /> Comme l’a dit @JeXxx un peu plus haut, Microsoft arrive sans souci à faire un système de reconnaissance faciale efficace et sécurisé sur ses Surface, qui fonctionne très bien à un mètre de l’écran. Nul doute qu’Apple devait y parvenir aussi…
info01_1_1
Un point faible qui manque : le poids !!<br /> On est sur 1,6kg pour du 14 pouces !<br /> Là où les concurrents sont maintenant entre 1kg-1,4kg!<br /> Alors oui c’est normal vue la quantité de batteries embarquées, d’où la grande autonomie… Donc indirectement c’est un peu tricher face à la concurrence
Jayjay1976
Pareil pour moi ! Mon MacBook Air M1 est déjà bien trop puissant pour mes usages donc ça ira encore quelques années !
Jayjay1976
J’étais Pciste depuis 28 ans maintenant.<br /> J’ai pris le MacBook Air M1 parce qu’il correspondait le plus à mes usages.<br /> En terme de rapidité à l’usage pour ancien portable Asus est ridicule et pourtant c’était un bon modèle i7.<br /> Un peu de temps à apprivoiser l’os et après que du bonheur !
benben99
Cette encoche monstreuse justifie un 7 sur 10.<br /> En 2021 c’est inexcusable.<br /> Et puis j’espère qu’ils ont régler les problèmes de qualité des itérations précédentes. Quand tu paie 2000 balles les pieces ne devraient pas chauffer comme une fournaise en été
Binomial
Pareil, j’étais totalement contre Apple et ça politique de devoir changer tous les accessoires à chaque version. Et puis au travail on m’a fait passer sur un macbook pro de 2015. En tant que développeur, j’ai été très vite conquit.<br /> J’attendais le retour du port Hdmi pour m’en offrir un.<br /> Par contre je rejoins @info01, j’ai prit le 16 pouce et c’est une brique, il est très epais et très lourd.<br /> Sinon l’encoche est pas si catastrophique, on peu la masquer avec un bandeau noir, mais honnêtement on si fait vite, et c’est agréable d’avoir un écran avec si peu de bord
vinicss
J’ai pris le top du 14 pouces (M1 max, 64g). Je suis constamment en voyage et cette machine est tout simplement monstrueuse de puissance et d’autonomie. Le 64g n’était pas nécessaire mais c’est un confort dans de très très rare situation. L’audio est effectivement impressionnante.
blueamrtini
Comment appeler cette machine ‹&nbsp;pro&nbsp;›? Le support Active Directory est toujours aussi hasardeux, comment fait on le pipe | ou l’antislash \ sans utiliser au moins 3 touches qu’il faut apprendre par coeur?
stratos
Dalle brillante toujours aussi horrible les reflets, j’ai déjà eu sur un vieux laptop, tous les nouveaux c’est dalle mate maintenant<br /> «&nbsp;Là aussi, nous avons utilisé le MacBook Pro 14 sur batterie, et sans constater de chauffe notable. Ce niveau de puissance graphique, équivalent à celui d’une petite carte graphique dédiée, type RTX 3050, sera précieux en montage vidéo ou pour les applications créatives tirant partie de l’accélération GPU. Le rapport performances / compacité qu’Apple nous propose ici est bluffant.&nbsp;»<br /> sauf que l’utilisation CPU ça va être CUDA et là pas de CUDA sur mac, metal n’est pas dispo sur tout les sft et les rare ou il est il fait pas les effets qui sont rajoutés sur des vidéos.<br /> Cinebench sur les CPU ok pour avoir des chiffres mais un pro va utiliser un GPU pour ce genre de travail et un très bon CPU est à la ramasse a coté d’un GPU moyenne voire entré de gamme<br /> «&nbsp;Le MacBook Pro 14 pouces et sa puce M1 Pro parviennent en effet à cumuler 1 531 points en single-core et 12 269 points en multi-core sur CineBench R23, en fonctionnant sur batterie. À titre de comparaison, le gros Intel Core i7-11800H (8 cœurs / 16 threads, 45 W) monte à 1 509 points en single-core contre 13 991 points en multi-core… mais sur un Alienware X17 (17,3 pouces) branché à un gros chargeur 330 W, avec le mode performances activé et une ventilation à plein régime.&nbsp;»<br /> On compare les chargeurs ou la consommation, je peux mettre un 600W de chargeur et le cpu peut consommer que 45W, donc il va tirer que 45W au chargeur.<br /> A l’intérieur la moitié c’est de la batterie donc heureux de l’autonomie soit bonne en lecture vidéo ça demande pas grand-chose en puissance<br /> «&nbsp;En utilisation intensive et prolongée, le système de dissipation de notre MacBook Pro 14 est en effet toujours resté assez discret (un léger souffle était parfois audible) et son châssis à peine tiède. Rien d’insurmontable pour l’utilisateur. Notons d’ailleurs qu’en utilisation bureautique et multimédia, les ventilateurs sont complètement coupés. On travaille alors sans autre bruit que le cliquetis du clavier.&nbsp;»<br /> Les utilisateurs qui ont un M1 pro le CPU monte facilement a 80° en utilisation et les ventilateurs ne tourne pas a fond, politique classique d’apple on prefere monter la température et pas faire tourner les ventillos pour donner une sensation de silence.
HAL1
stratos:<br /> Dalle brillante toujours aussi horrible les reflets, j’ai déjà eu sur un vieux laptop, tous les nouveaux c’est dalle mate maintenant<br /> Je suis d’accord sur ce point. J’ai un peu de mal comprendre comment un fabricant peut mettre en avant des machines qualifiées de «&nbsp;professionnelle&nbsp;» et les doter uniquement d’écran brillant…
Sodium
Ils sont très tentants ces nouveaux Macbook. Leur seul problème, c’est qu’il faut s’infliger MacOS. Non, MacOS n’est pas supérieur à Windows, il y a quelques trucs qu’il fait mieux, beaucoup de trucs qu’il fait mal comme la gestion des fenêtres, le finder, le dock, le menu applications …
HAL1
C’est principalement une question d’habitudes et de préférences. <br /> Pour ma part j’aime beaucoup macOS et lorsque j’utilise Windows je suis me sens moins à l’aise et efficace. Et je trouve le système de Microsoft moins cohérent et peaufiné. Mais je peux tout à fait concevoir que certain(e)s le préfèrent !
Francis7
J’apprécie les deux : Windows et macOS avec le récent Air M1. Le MackBook me sers de fixe pour la TV avec trackpad et keyboard bluetooth sur la table basse. Alors peu importe pour moi la taille de l’écran du portable.<br /> Au début il faut s’adapter un peu à macOS mais ce n’est vraiment pas difficile pour un Unix. C’est même surprenant que les applications soient portables et que l’on peut les copier sur un second disque externe puis les supprimer pour libérer de la place. C’est ce que j’apprécie le plus. Je n’avais jamais vu ça.<br /> On a de la chance chez Clubic de tester de belles machines.
vinicss
«&nbsp;Les utilisateurs qui ont un M1 pro le CPU monte facilement a 80° en utilisation et les ventilateurs ne tourne pas a fond, politique classique d’apple on prefere monter la température et pas faire tourner les ventillos pour donner une sensation de silence.&nbsp;»<br /> Tu n’as pas connu les anciens Macbook pro. A la moindre utilisation et c’est la soufflerie qui s’active.
pocketalex
«&nbsp;on, MacOS n’est pas supérieur à Windows, il y a quelques trucs qu’il fait mieux, beaucoup de trucs qu’il fait mal comme la gestion des fenêtres, le finder, le dock, le menu applications …&nbsp;»<br /> Encore des guéguerres Mac-PC ??? il reste des gens, comme vous, qui sont encore dans ces considérations de cour d’écoles ?<br /> Si Mac c’était «&nbsp;mieux&nbsp;» que PC, Apple aurait 50% sinon plus du marché…<br /> Si Mac c’était «&nbsp;moins bien&nbsp;» que PC, Apple aurait mis la clé sous la porte depuis belle lurette<br /> La réalité, c’est ni l’un, ni l’autre. Chacun achète ses machines suivant ses gouts, son feeling, ses besoins. ça ne va pas plus loin que ça<br /> Les guéguerres à balle deux c’est fini depuis des années, on est plus en 1998<br /> [EDIT] : commentaire très réac de ma part, et pas du tout dans l’esprit de tes propos mesurés. Il est vrai que les «&nbsp;mac c’est mieux, PC c’est mieux&nbsp;» me saoulent, mais à te relire, tu n’es pas dans enfantillages, donc désolé, j’ai englobé les discours d’autres. Pas malin de ma part.
pocketalex
«&nbsp;Bien joué le marketing&nbsp;»<br /> A un moment, il y a la réalité, les chiffres, les faits. Tu peux t’auto-convaincre que la qualité des produits Apple n’est que bullshit, tu peux même l’écrire dans des commentaires sur Clubic, ça n’en fait pas une vérité
GePepe
J’aime bien les encoches chez Apple sa leurs permet de sortir du lots malgré que androïd les a supprimés de leur téléphone pour copier Apple. La question est si androïd remet ses encoche est-ce que Apple les élèvera
pocketalex
«&nbsp;Sinon belle machine qui fait rêver. Mais son prix est indécent !<br /> Il y a 4-5 ans on avait des MacBook Pro début de gamme à 1500€ . Là, le tout début de gamme est à quoi … 2200-2300 …&nbsp;»<br /> Les options sont pas données, mais il en a toujours été ainsi chez Apple, et même pire lors de la période 2016-2018.<br /> Bon<br /> Mais le prix est tout sauf indécent. Depuis l’arrivée des Silicon, on en a vraiment pour son argent avec les M1/M1Pro/M1Max, quel que soit le modèle<br /> Et par ailleurs, ces machines sont prévues pour bosser sur du lourd, pas pour surfer ou faire de l’office. Elles font ce dont est proprement incapable un PC à 1500€, pour rivaliser (et c’était déja le cas avant les machines Silicon), il faut aller chercher dans des PC haut de gamme, dont les prix sont équivalents : Lenovo Xtrem, Dell XPS, etc, etc.<br /> Qui plus est, des options type 64Go de RAM et 8To de SSD nVme à 7Go/s ça ne coute pas, aux dernières nouvelles, 30€, que l’on soit sur Mac ou sur PC, idem pour des dalles Oled ou miniLED, des E/S à 40gbps<br /> Comparez ce qui est comparable, au lieu de mettre l’ensemble des machines existantes dans un gros sac appelé PC, et mettant au même niveau de prix det de fonctionnalités des machines sous Celeron à 200 balles avec une dalle TN, et des machines type station de travail<br /> La majorité des commentaires ici c’est «&nbsp;c’est du merketing (donc du bullshit)&nbsp;», «&nbsp;2500€ c’est cher pour un ordinateur&nbsp;», «&nbsp;je n’en ai pas l’usage, je ne comprends pas ce qu’on peut faire avec, donc c’est nul&nbsp;» et autres joyeusetés qui n’élevent pas le débat<br /> EDIT : il ne faut pas voir le prix sur le prisme du «&nbsp;cher / pas cher&nbsp;». Ce sont des machines professionnelles, donc amorties sur 3 ans. Une config à 4000€, c’est un outil de travail utilisé pendant minimum 36 mois, soit 111€ par mois. Au regard du CA généré par les utilisateurs pro destinés à ce type de machine (graphistes, motion designers, monteurs, développeurs, musiciens, etc) c’est peanuts. C’est quoi 111€ pour un CA mensuel de 6000 à 15000€ ?<br /> Pour un particulier, il en est tout autre, mais qui va acheter ce genre de machine juste pour surfer sur Facebook ?
Gwynplaine
J’ai vendu mon MBP 16" Intel pour prendre un Mini et un MBA
Kurt43
Le propos de Sodium n’entretient pas la «&nbsp;guéguerre&nbsp;» Mac/PC hein… Fait arrêter la paranoïa et voir des problèmes partout. Il donne juste son avis sans condescendance avec des arguments qui lui appartient. La tu te trompe de client. C’est malheureux qu’on nez puisse plus s’exprimer librement sans qu’il yen a un qui joue les modos. Consulte ou respire ça va aller.
julicraps
De même, j’ai toujours dit non à Apple pour son côté «&nbsp;cher, bo et bobo&nbsp;» mais depuis que j’ai acheté pour Mme un Air M1 (980€) pour remplacer un hp envy qui chauffait trop.<br /> Je dois bien reconnaître qu’Apple est bien loin devant les pcs.<br /> J’espère que l’approche ARM va se répendre rapidement sur Windows pour garder une saine concurrence.
pocketalex
"Le propos de Sodium n’entretient pas la « guéguerre » Mac/PC hein… "<br /> Je te remercie pour ton commentaire, et effectivement j’ai commencé à répondre à @Sodium en dérivant sur la guéguerre qui est plutot le fait d’autres commentaires
ron333
Les Macbooks ont un traitement anti-reflet. Cela associé avec une très bonne luminosité, les reflets ne sont plus du tout un problème, sauf en extérieur par jour de soleil. Mon portable Lenovo a un écran brillant. Pour le coup, c’était un vrai miroir quand je l’ai placé à côté d’un Macbook Air. Je peux me tromper, mais je pense que les écrans mats sont plus difficiles à nettoyer et plus fragiles.<br /> Pour ce qui est des ventilos, s’ils ne tournent pas à fond, c’est parce qu’il n’y en a pas besoin. Sur des tâches d’endurance et de puissance les nouveaux Macbooks sont beaucoup moins sujets au «&nbsp;thermal throttling&nbsp;» que bien des PCs qui ont leurs ventilos à fond (bruit de sèche-cheveux)
HAL1
ron333:<br /> Les Macbooks ont un traitement anti-reflet.<br /> Oui. Depuis longtemps. Et :<br /> Non, ça ne résoud pas du tout le problème des reflets, qui afflige l’utilisateur non seulement en plein soleil, mais également dès qu’il a un éclairage un peu fort.<br /> Le revêtement tend à de barrer (c’est le cas sur mon MacBook Pro), ce qui fait des tâches tout à fait désagréables.<br />
stratos
rien que dur les photos du test on voit des gros reflets, donc autant le traitement atténue autan le reflet ne pars pas.<br /> Pour les ventilos non, un PC on ne fait pas monter les CPU a 90° car a cette température beaucoup s’arrêtent par sécurités.<br /> le M1pro sur cinebench certains atteignent 96° (atteins en quelques seconde) et les ventilos tourne a 50% en auto<br /> youtube.com/watch?v=A0Oeda9X1Kg<br /> Je parle de mesure faite par des gens qui ont un M1 pro, 96° et les ventilateurs a 50%, et je pense pas qu’apple a une technique de matériaux qui n’ont pas de problèmes a de hautes températures.<br /> C’est un choix de réglage (ventilateur a fond 77°), un PC on peut également le mettre en mode silencieux dans le bios, mais dans toutes les taches lourdes ça soufflera, car on ne souhaite surtout pas atteindre des températures limite de fonctionnement.<br /> Alors une belle période de canicule, on fait cuir un œuf?
tfpsly
Clairement ne pas avoir de notch pour la caméra semble trop dur…<br /> Ah en fait non :<br /> image800×402 45.1 KB<br /> Bon c’est un choix esthétique à faire - ce châssis est un peu moins beau, mais l’écran bien plus appréciable ainsi. Pour bosser et éviter les bugs autour du notch, je préfère cette solution.
clockover
Oui oui… <br /> Le marketing Apple a vraiment vraiment bien travaillé.<br /> Le fait que les logiciels testés soient systématiquement les mêmes n’y est pour rien dans les résultats.<br /> (Les mauvaises langues répondront que la logithèque Mac est ce qu’elle est)<br /> Le fait que le SoC intègre justement des parties dédiés à l’accélération des tâches de ces logiciels précis non plus…<br /> C’est vraiment très très bien joué de la part d’Apple qui donne la sensation qu’il y a un monstre de puissance dans le capot.<br /> Certes les performances sont là pour CineBench, Photoshop et Co.<br /> Mais combien vont se faire avoir en achetant ce genre de bécane en se disant «&nbsp;mon MacBook blabla met la patée à un Xeon blabla&nbsp;» et en faisant tout autre chose avec leur machine… ? Bien trop…
TheDidouille
C’est marrant, j’ai vu p-e 20 vidéos ayant plusieurs centaines de millier de vues qui démontre que le M1 enfonce tout ce que fait Intel (voir NVidia, les GTX 3080 dans certains cas), sans chauffer, sans avoir besoin de se connecter à une prise de courant (encore plus sur les bench développeurs, qui ne sont pas du tout mise en avant par Apple)…<br /> Heureusement, cette vidéo avec même pas 900 vue a rétablie la vérité vrai… C’est sûr, Apple c’est des tricheurs et rien que du marketing!
vinicss
«&nbsp;…Apple qui donne la sensation qu’il y a un monstre de puissance dans le capot.<br /> Certes les performances sont là pour CineBench, Photoshop et Co.<br /> Mais combien vont se faire avoir en achetant ce genre de bécane…&nbsp;»<br /> Heureusement (ou l’inverse) le ridicule de la contradiction ne tue pas…
sshenron
«&nbsp;Pour les ventilos non, un PC on ne fait pas monter les CPU a 90° car a cette température beaucoup s’arrêtent par sécurités.<br /> le M1pro sur cinebench certains atteignent 96° (atteins en quelques seconde) et les ventilos tourne a 50% en auto&nbsp;»<br /> On est sur une machine portable haut de game. Je suis presque certain que n’importe quelle autre machine portable équipée d’une carte graphique dédiée et d’un bon CPU montera facilement à 100° également sur des lourdes taches.<br /> Maintenant comparée à sa précédente itération avec un I9 et ses problèmes de throttling y a pas photo.<br /> Tu peux également utiliser des app pour contrôler des ventilateurs:<br /> github.com<br /> GitHub - exelban/stats: macOS system monitor in your menu bar<br /> macOS system monitor in your menu bar. Contribute to exelban/stats development by creating an account on GitHub.<br />
sshenron
Je serai allé encore plus loin, je n’ai pas de webcam sur mon laptop du coup les bordures sont tout aussi fines.<br /> Maintenant mon usage n’est pas une généralité, une telle option aurait était agréable
tfpsly
sshenron:<br /> Maintenant mon usage n’est pas une généralité, une telle option aurait était agréable <br /> Oui surtout en cette période. Je n’avais jamais utilisé de webcam sur un laptop avant avril 2020. Depuis c’est plusieurs fois par jour.
stratos
je dis pas que c’est des tricheurs mais sur pas mal de forum redit certains déchantent.<br /> Des températures très importantes, Un utilisateur qui n’était pas content car en jouant a tomb raider la batterie a tenu 1h-1h30 sauf que c’est normal, lire une video rétroéclairage mini ca consomme pas beaucoup et ca fait un beau chiffre d’autonomie<br /> Alors bien sure face au mac intel que mac a jamais réussi a bien intégré et un gpu qui était bien ridicule rapport perf/prix, le M1 est un bon pour eux. Et il faut profiter de revendre son intel tant qu’il a de la valeur, mais il n’y a rien de magique dans le M1
leulapin
Les gens supportent mac os et son ergonomie merdique pour un usage pro parce que l’ergonomie du laptop est mieux (touchpad génial) et que l’intégration des différentes fonctions du système, avec un iphone etc. est plus simple.<br /> Mais OS X c’est une tannée, faut adorer faire des km avec le pointeur de souris.
sshenron
Ca tombe bien contrairement à la génération précédent Apple «&nbsp;offre&nbsp;» la possibilité de démarrer sur un kernel alternatif.<br /> Je ne pense pas qu’on puisse voir de sitôt un Windows en native. Mais une distribution GNU Linux oui.<br /> J’ai également du mal avec leur interface graphique. Hate de recevoir ma machine pour y installer i3wm
Arcetnathon
La vraie question, c’est branché au secteur ou sur Batterie ?<br /> Ce qui rend ces machines attractives c’est surtout la promesse de mobilité qu’aucun PC ne permet.
pocketalex
"C’est marrant, j’ai vu p-e 20 vidéos ayant plusieurs centaines de millier de vues qui démontre que le M1 enfonce tout ce que fait Intel "<br /> Tu sais, moi je rencontre un zozo dans la rue qui me demande de sauter par la fenêtre, contrairement à toi, je ne saute pas. Tu es d’une crédulité rarement rencontrée. Tu vois des vidéos de je ne sais qui, qui racontent n’importe quoi … tu avales. Et ensuite, tu viens te plaindre, et pire ! tu accuses Apple<br /> Alors après, si tu te concentres sur des sources un minimum sérieuses et fiable, comme par hasard, les discours sont un peu plus réalistes et crédibles<br /> Edit modo : on va éviter les attaques ad personam<br /> Donc, pour revenir à un minimum de sérieux, il suffit de lire les tests sérieux, et regarder les chiffres sérieux, et de dégager des conclusions qui tiennent la route<br /> Et déja comparer ce qui est comparable. Et c’est drôle, car cet exercice «&nbsp;de base&nbsp;», que l’on ne fait JAMAIS avec deux PC de catégories différentes - qui irait critiquer un laptop bureautique en core i5 mobile à 700€ avec un laptop haut de gamme en core i9 à 2000€ en expliquant que le i9 c’est mieux ? personne, car les catégories des machines, et les usages, et les prix, sont tellement différents que l’on compare des pommes et des poires - tout le monde le fait avec les M1<br /> Un peu de rappel et de culture général ne font jamais de mal, alors allons-y : le M1 est un CPU orienté «&nbsp;bureautique&nbsp;» et il remplace les core i3 et i5 desktop et mobile.<br /> On le retrouve donc dans les gammes «&nbsp;bureautique&nbsp;» et «&nbsp;familiales&nbsp;» chez Apple, là ou auparavant on trouvait des core i3 et i5 (Mac Mini et iMac entrée de gamme), des core i5 mobile bicoeur (Macbook Air et Pro 13")<br /> Si vous voulez comparer le M1, c’est à ces CPU qu’il faut le faire ! Et non à des i9 10C ou des Xeons<br /> idem pour le GPU intégré, il est à comparer avec les GPU intégrés Intel et non avec des nvidia haut de gamme<br /> Si l’on reste dans la même cour, alors le constat est sans appel : le M1 éclate tout ce qui existe chez Intel. ça, c’est sur, c’est vérifié, c’est factuel. Mais en restant dans les mêmes gammes ! En comparant des équivalents, sinon les comparatifs sont … débiles. Je n’ai pas d’autre mot.<br /> Le M1 offre les performances mono-thread d’un bon core i9 de laptop, des performances multi meilleures que sa catégorie, et une autonomie peut-être pas de 20 heures comme annoncé ici et là, mais un bon 12 à 15 h constaté de manière général. A comparer avec les 4 à 8 heures des laptops de la même catégorie (je me permets d’insister), on comprend l’enthousiasme autour de ces machines, mais trop d’enthousiasme a peut-être fait péter une durite à certaines esprits faibles qui ont raconté tout et n’importe quoi dans les forums et youtube, et donc ? Pourquoi leur accorder soudainement un crédit qui n’était pas accordé jusqu’ici, pourquoi faire vérité des propos de lambdas inconnus en bataillon pour mieux s’en plaindre après ? Pourquoi ne pas consulter les habituelles sources fiables qui ne disent rien d’autre que ce que je viens d’écrire ici ?<br /> Pour les M1Pro et M1Max c’est pareil : les machines déchirent tout … si encore une fois on les compare avec leurs équivalent. Le M1max met à genoux le meilleur des core i9 mobile, les laptops concurrent au Macbook Pro ont du souci à se faire. Encore une fois, regardez les tests, regardez les benchs, c’est vérifié. Pour l’autonomie encore, on peut travailler sur batterie entre 6 et 8h avec un workflow «&nbsp;intense&nbsp;», là ou un laptop PC équivalent tiendra au mieux … 1h30.<br /> Mais il faut rester dans des considérations réalistes, et ne pas commencer à comparer un laptop M1Max avec une tour PC sous stéroides, pour conclure que «&nbsp;les PC c’est plus puissant&nbsp;», c’est ridicule. Où nous sortir l’exemple des jeux vidéo.<br /> Je préfère ceux qui nous ramènent CUDA sur la table, parceque là on discute sérieux, avec des vrais arguments<br /> Enfin je le répète aussi, mon propos n’est absolument pas de faire la promotion des Macs ou de casser du PC, mais juste de rester factuel. On parle beaucoup des aspects techniques, et il est vrai qu’aucun PC équivalent n’est à même, actuellement de rivaliser avec un Mac familial (M1) ou pro (M1Pro/Max), mais une machine n’est pas que ses composants. C’est aussi un OS, et si on préfère Windows à MacOS, la question du choix entre Mac et Pc ne se pose même pas, et c’est aussi des usages, des logiciels, et là encore que l’on soit sur du ludique (jeux vidéo, office) ou du pro (3D, CUDA, etc) bien souvent le PC est un choix plus judicieux<br /> Donc pas un qui est «&nbsp;mieux&nbsp;» que l’autre, juste choisir en fonction de ses usages, envies, besoins, feeling. C’est tout. Et si l’on s’amuse à comparer, on compare des équivalents, des machines de même catégorie. Vous avez vu un test comparatif entre un netbook et une station de travail sur Clubic ? Non ? Alors pourquoi le faire dans les commentaires ?
pocketalex
leulapin:<br /> Les gens supportent mac os et son ergonomie merdique pour un usage pro parce que l’ergonomie du laptop est mieux<br /> L’ergonomie de MacOS est différente, et pas «&nbsp;merdique&nbsp;». Elle est merdique pour toi, mais comme tu n’es pas le centre du monde … difficile de caler à la terre entière tes avis, tes feelings, ton point de vue<br /> Je peux tout aussi dire la même chose sur Windows, car si je suis sur Mac, c’est uniquement parceque je suis plus productif que sur PC. Mais pour autant, je me garde de cracher sur Windows, contrairement à toi, je sais que cet OS est plus adapté et plus plaisant pour nombre de personnes, et c’est tant mieux. On a le choix, chacun choisit son outil en fonction de ses usages et envies<br /> Et je ne connais personne qui achète son ordinateur en fonction du trackpad. Bien des priorités arrivent avant la «&nbsp;qualité du trackpad&nbsp;»
clockover
Bravo de citer en tronquant sans l’indiquer car ce n’est pas ce que je dis…
TotO
Pour les moins, j’aurai plutôt mis le fait de ne pas avoir laissé le port USB-A sur la droite (2015), et non critiquer le fait que le HDMI et la SD ne soient pas à la «&nbsp;dernière&nbsp;» norme.<br /> Aussi, il est possible d’avoir la même config en 512Go de SSD pour 200€ de moins pour ceux qui n’ont pas besoin de tant de stockage.
Matck06
Je lis pas mal de bêtise sur les commentaires, la plus part se base sur des vidéo et des forum sans même possédé la machine… pour ma part je suis détenteur du modèle 16’ de base 512 ssd 16gb ram depuis le 27 octobre.<br /> je suis sur windows depuis presque 20 ans, je me sert essentiellement de mon Pc portable pour de la retouche photo sur capture one et un peu de montage vidéo.<br /> Donc mes critères principal était avoir un écran de bonne facture et j’insiste bien sur ça car d’autre marque vente un delta E honorable mais une fois la sonde pour vérifier l’uniformité on déchante immédiatement je donne un exemple sur mon précèdent PC un Gigabyte aero 15 oled (échangé 4 fois sur rue du commerce pour obtenir un modèle passable pour pas dire médiocre en uniformité).la sur le 16’ aucun soucis d’uniformité delta E et luminance au top vraiment digne d’un écran professionnel.<br /> l’autonomie également, n’a strictement rien avoir par rapport à mon Gigabyte 15 oled en usage vidéo il tient tout juste 4h et encore, en usage du type capture one peut être 2h au mieux. La je peux entièrement partir sans chargeur ou même au pire le rechargé avec un chargeur classique en USB C sans avoir une brique dans le sac, vraiment c’est appréciable de ne pas toujours penser à brancher sont chargeur, puis sans parler de la puissance avec ou sans chargeur elle est identique sur le mac.<br /> alors sur la chauffe en tout cas sur le modèle 16’ je n’ai aucun soucis, je n’entend pas les ventilateurs, le châssis reste tiède même sur capture one avec des panoramas de 160MPX avec plusieurs calques et des applications en fond (safari,spotify,mail…) le tout avec une fluidité effroyable.<br /> je pense que vraiment il faut essayer pour s’en rendre compte et j’étais aussi dubitatif perdre mes habitudes sous Windows étais pour moi une choses compliqué mais Macos est vraiment simple de prise en mains, je ne dit pas que c’est l’OS ultime mais il convient a mon utilisation et ne me restreint pas dans mes activités et beaucoup de personne critique mais oublie que leurs utilisation n’est pas une généralité.<br /> edit: l’écran gère quand même bien les reflets la ou sur mon gigabyte je devais fermer les rideaux ou me mettre dans un coin sombre pour ne pas trop avoir de reflet, la sur le Mac les reflets sont beaucoup moins visible.
leulapin
Il y a des gens qui étudient les UI, ce n’est pas juste un ressenti.<br /> Le fait est que les menus dockés en haut souffrent un peu la comparaison en 2021 avec les rubans et les commandes par fenêtre. Il y a plein d’autres qualités à cet OS, la couche son et réseau, time machine, la recherche etc. mais l’interface est merdique.<br /> La productivité c’est rarement l’interface de l’OS sinon, en usage pro tout est fait via des raccourcis clavier connus par coeur, et les périphériques d’entrée/contrôle sont bien plus importants que la forme de l’OS.
TheDidouille
T’as dû te tromper de commentaire, ou ne pas comprendre l’ironie de mon commentaire (pourtant ça ne couche pas le sommet des cieux en terme de compréhension).
pocketalex
clockover:<br /> Le marketing Apple a vraiment vraiment bien travaillé.<br /> Le fait que les logiciels testés soient systématiquement les mêmes n’y est pour rien dans les résultats.<br /> (Les mauvaises langues répondront que la logithèque Mac est ce qu’elle est)<br /> Le fait que le SoC intègre justement des parties dédiés à l’accélération des tâches de ces logiciels précis non plus…<br /> C’est vraiment très très bien joué de la part d’Apple qui donne la sensation qu’il y a un monstre de puissance dans le capot.<br /> Certes les performances sont là pour CineBench, Photoshop et Co.<br /> Mais combien vont se faire avoir en achetant ce genre de bécane en se disant « mon MacBook blabla met la patée à un Xeon blabla » et en faisant tout autre chose avec leur machine… ? Bien trop…<br /> Franchement : tu as tord … et tu as raison<br /> Tu as raison par exemple sur le fait que les M1 et M1Pro/Max intègrent des accélération spécifiques dédiées aux flux vidéo. L’iPad aussi en dispose, par ailleurs. Cela permet à des machines toutes petites, toutes fines, de faire mumuse avec des flux 4K et 8K pour les M1Pro/Max en toute fluidité, sans même déclencher le ventilateur, alors que sur une machine Intel, qu’elle soit Mac ou PC par ailleurs, il faut un monstre de puissance, le plus souvent une grosse tour ventilée, pour arriver au même résultat<br /> Et tu as raison, mais je ne suis pas sur que ce soit du «&nbsp;marketing&nbsp;» ni même qu’Apple ait prévu ça, mais nombre de testeurs sur Youtube se sont fait avoir, ou sont tout simplement débiles (ce n’est pas interdit) et ont expliqué que leur Mac M1 ou M1Pro/Max était aussi puissant qu’une grosse tour avec ce seul test sur Final Cut Pro avec des vidéos 4K<br /> Et tu as raison, j’ai vu moi aussi sur les forums dédié au Mac : nombre d’utilisateurs se sont pointés avec un MacBook Air M1, 8Go de RAM seulement, et se sont plaint que leur exports de multiples RAW sous Lightroom ramait comme pas possible, roulette tout le temps, l’enfer<br /> Pour beaucoup j’ai initié la conversation en posant la simple question : pourquoi demandez vous à un MacBook Air, une machine bureautique, qui plus est doté de 8Go de RAM uniquement, de faire des usages que l’on ferait sur un Mac en core i7 ou i9 avec au moins 16 sinon 32Go de RAM ?<br /> Et les gars de me répondre qu’ils ont vu des vidéos YouTube qui expliquaient que le M1 performant autant qu’une grosse tour PC puissante, et aussi que la différence entre 8 et 16Go n’était pas perceptible. Et c’est vrai : on lit ce genre d’âneries sur Internet, car les machines ne sont testées QUE par le filtre de FCP chez les Youtubers, et le sont par des personnes assez peu au fait des tests d’ordinateurs et des autres usages en informatique. Bref, de mauvais conseillers.<br /> Mais ça, ce n’est pas la faute d’Apple, me semble t’il<br /> Après, les Silicons sont vraiment performant et pas QUE sur certaines taches spécifiques. Les benchs affichent des chiffrent qui parlent, mais plus que ça à l’usage c’est vérifié, J’ai disposé de mon MBP 2019 et de mon nouveau MBP 14’’ M1Max pendant 3 semaines, le temps de vendre l’ancien, j’ai fait nombre de comparatifs sur différents softs et différents usages … c’est du x2 à x4. Constaté, testé et approuvé.<br /> Par contre, et c’est bien de le dire aussi : toutes les applications et tous les plug-ins ne sont pas tous portés sur Silicon. Il y a une couche d’émulation, certes performante, mais tout de même les logiciels n’exploitent pas tous les nouveaux CPU. Il faut le savoir. Ajoutez à ça que Intel ou Silicon, un Mac reste un Mac : il n’y a pas CUDA, il n’y a pas de jeux vidéo, il n’y a pas de possibilité d’évolution, il n’y a pas certains logiciels … c’est pas l’herbe plus verte le Mac, il faut pas croire.
HAL1
Il y a quelque chose qui me fait assez rire, c’est de lire des affirmations telles que «&nbsp;sur un MacBook Pro Intel les ventilateurs s’emballent tout le temps pour un rien, alors qu’avec un processeur ARM tout est merveilleux de silence&nbsp;».<br /> Je possède un MacBook Pro 15" de mi-2014.<br /> Jusqu’à il y a quelques mois, il tournait sur macOS 10.13 High Sierra. Les ventilateurs ne s’enclenchaient quasiment jamais.<br /> Et puis, j’ai dû le passer sur une version plus récente (macOS 11 Big Sur, en l’occurrence).<br /> Résultat ? J’entends les ventilateurs démarrent pour un oui ou pour un non, et bien sûr il m’est devenu totalement impossible de faire une session de vidéo-conférence sans avoir ce bruit de fond désagréable de turbines d’avion, chose que je pouvais faire sans souci avant.<br /> Et que m’a apporté concrètement macOS 11 Big Sur ? Rien. Quelques corrections de dysfonctionnements bienvenues, quelques points qui ont régressés (en particulier la recherche dans Mail), bref, c’est kif kif.<br /> Donc, bon, il me paraît assez clair que ces dernières années Apple a travaillé pour optimiser son système pour des puces ARM. Si elle avait investi autant pour s’assurer que les machines Intel restent attractives, la situation en 2021 serait probablement très différente.
TotO
Malheureusement, je pense que Big Sur solicite trop la GPU pour la GUI. Perso, je me suis arrété à Catalina sur MBP 2014 et Big Sur sur M1 Pro.
TotO
Vous en avez déjà eu dans les mains, pour dire cela ?<br /> Vous ne semblez pas très objectif avec les ordinateurs de cette marque.
zekkawa
Mon Zephyrus G14 m’a couté 1500eur avec un super Ryzen, une RTX3050, 32go de ram et 512 ou 1to (je ne sais plus) de SSD. Donc je pense que tu n’es pas super objectif car cette machine est vraiment bonne pour ce prix. Tu veux mettres 2 a 3 fois le prix pour un Mac, pas de soucis, mais evite de dire qu’on n’a rien de bien sur PC pour un bon prix.
vinicss
C’est pourtant mon cas. Mon Macbook pro 15" 2015 faisait soufflerie et grillepain. Je n’avais pas trouvé ça très marrant.<br /> Avec le macbook pro 14’’, seul le montage video 4k HQ fait fonctionner le ventilo et plutôt doucement.
zekkawa
MacBook Pro 14 est capable de monter à 6 476,08 Mo/s en lecture contre 5 865,04 Mo/s en écriture. Il s’agit des meilleures valeurs que nous ayons enregistrées cette année sur un ordinateur ultraportable .<br /> Alors soit:<br /> Tu n’es pas competent, car le debit séquentiel on s’en fiche royalement.<br /> Tu es pro Apple.<br /> C’est méchant comme post, mais a un moment donne on a l’impression que Clubic laissera tout passer a Apple par rapport aux autres marques.<br /> Les perfs du SSD sont…pas top… Car oui ce qui compte c’est le RND4KQD32.
pocketalex
zekkawa:<br /> Mon Zephyrus G14 m’a couté 1500eur avec un super Ryzen, une RTX3050, 32go de ram et 512 ou 1to (je ne sais plus) de SSD. Donc je pense que tu n’es pas super objectif car cette machine est vraiment bonne pour ce prix.<br /> Un ordinateur n’est pas que ces composants, et c’est bien pour ça que nombre de PC ont été souvent vendus moins cher que les Mac équivalent, il suffit pour cela de considérer la machine à l’aune du CPU, GPU, RAM, stockage et passer à la trappe tout le reste<br /> Tu as acheté un joli PC de gaming (et je dis ça sans ironie, les specs de cette gamme au regard du prix sont TOP) c’est super. Et donc ?<br /> zekkawa:<br /> Tu veux mettres 2 a 3 fois le prix pour un Mac, pas de soucis, mais evite de dire qu’on n’a rien de bien sur PC pour un bon prix<br /> Ah si j’avais écrit ça je présenterais mes plus plates excuses, mais vois tu, a aucun moment ces mots ne sont les miens.
zekkawa
J’ai un joli PC pour faire: de la virtualization avec hyper-V, du dev sous Windows, Linux, du SQL server, du 3DS Max, Unity…et du gaming. Donc je pense que pour 1500eur, c’est pas mal…
pocketalex
TotO:<br /> Pour les moins, j’aurai plutôt mis le fait de ne pas avoir laissé le port USB-A sur la droite (2015), et non critiquer le fait que le HDMI et la SD ne soient pas à la « dernière » norme.<br /> Malheureusement, je doute que le retour du USB-A soit possible sur Mac<br /> Sur le HDMI je suis 400% d’accord avec toi. Il faut vraiment comprendre que le retour de cette prise est l’écoute d’une demande forte du monde professionnel, c’est bien qu’Apple ait eu cette démarche, et pas forcément pour brancher une TV 4K 120Hz à la maison.<br /> La présence de cette prise, son retour, permet aux utilisateurs «&nbsp;pro&nbsp;» de pouvoir brancher leur machine en usage pro : réunion, meeting, conférences, présentation client, … on s’est compris<br /> Dans ces usages, n’espérez pas trouver une TV 4K 120Hz, faut pas rêver. 99% du temps c’est du FullHD, et so on a un client un peu friqué, peut-être trouvera t’on une TV ou un projecteur 4K 30Hz. L’absence du HDMI 2.1 n’est en rien dommageable, et quand bien même il y a les ports TB4 pour brancher des trucs haut de gamme
HAL1
As-tu lu l’intégralité de mon commentaire avant d’y répondre ?
TotO
Oui, il suffit de brancher un «&nbsp;hub&nbsp;» sur un port TB4 pour tout avoir aux dernières normes si besoin. Pour cela que je trouvais dommage de ne pas avoir un USB-A à la place, car le flanc droit du MBP aurait eu un coté plus pratique pour les usages «&nbsp;du quotidien&nbsp;». Mais je veux bien comprendre que ça aurait nécessité plus d’électronique «&nbsp;que pour cela&nbsp;».
HAL1
pocketalex:<br /> La présence de cette prise [HDMI], son retour, permet aux utilisateurs « pro » de pouvoir brancher leur machine en usage pro : réunion, meeting, conférences, présentation client, …<br /> Oui. Tout comme de l’USB-A, en fait.
radeon4ever
reste la compatibilité des applis quand même … beaucoup n’ont pas été migrées
pocketalex
Ce n’est pas vraiment un souci … Déja «&nbsp;beaucoup n’ont pas été migrées&nbsp;», mais beaucoup l’ont été<br /> Ensuite, l’immense majorité tourne avec Rosetta 2, et se paie parfois le luxe de tourner plus vite<br /> Enfin, beaucoup vont arriver très prochainement<br /> Après, il reste un petit noyau de développeurs qui ne se foulent pas, Rosetta 2 faisant le taf, ils touchent à rien et laissent couler. Je pense à Microsoft Teams ou Dropbox, mais même ceux là arriveront en natif à un moment ou à un autre
Francis7
Oui, évidemment. Quand je vois le Hub USB-C (HDMI, Gigabit Ethernet, les USB-A, SD), la station d’accueil disques externes sans compter le bloc d’alimentation, cela fait beaucoup de branchements et de fils qui courent un peu partout.<br /> Pour les PC Windows aussi. Certains derniers modèles n’ont plus le Gigabit Ethernet et l’on est obligé d’aller chercher un gros bloc USB-C polyvalent pour les réunions en visio au travail.<br /> @pocketalex : Oui, je trouve par ailleurs que l’AppStore n’est pas particulièrement fourni pour le moment. On doit installer un certain nombre d’applications externes les plus utiles pour le multimedia, les utilitaires système, etc…
pocketalex
Francis7:<br /> Quand je vois le Hub USB-C (HDMI, Gigabit Ethernet, les USB-A, SD), la station d’accueil disques externes sans compter le bloc d’alimentation, cela fait beaucoup de branchements et de fils qui courent un peu partout.<br /> Pour les PC Windows aussi. Certains derniers modèles n’ont plus le Gigabit Ethernet et l’on est obligé d’aller chercher un gros bloc USB-C polyvalent pour les réunions en visio au travail.<br /> Beaucoup voient les hubs et docks USB-C comme une régression : obligé d’acheter un appareil supplémentaire pour brancher à l’ordinateur ce que l’on pouvait brancher directement avant, quelle horreur !<br /> J’y vois, pour ma part, une évolution attendue pendant près d’une décennie. Un peu comme, en 1999, j’avais un PDA pocketPC avec Windows mobile, Internet Explorer, des jeux, des utilitaires, des plans (TomTom, GoogleMap n’existait pas encore) et dans l’autre main … un téléphone mobile. Il était impensable pour moi que personne sur Terre n’ait l’idée de combiner les deux appareils, rien que pour la téléphonie : mon PDA avait un carnet de contact qui n’avait pas grand chose à envier à celui de l’iPhone 13 mais ne pouvait passer de coup de fil, et mon téléphone, qui pouvait passer les appels, disposait lui d’un répertoire préhistorique, limité, avec deux lignes pour chaque contact, une pour le nom, une pour le numéro<br /> 7 ans<br /> Il a fallu 7 ans pour avoir enfin un smartphone digne de ce nom daigne apparaitre (pas l’iPhone qui arrivera en 2007, soit un an après, mais le Qtek S100)<br /> Avançons jusqu’a 2012. Je dispose alors du superbe MacBook Pro 13" core i7 de l’époque, et chaque matin, j’arrive au bureau, je pose le laptop, et je branche l’alim, puis, je branche l’écran, puis je branche l’ethernet, puis je branche la souris, puis je branche le clavier, puis je branche un disque externe<br /> Une réunion ? J’arrive, je débranche l’alim, puis, je débranche l’écran, puis je débranche l’ethernet, puis je débranche la souris, puis je débranche le clavier, puis je débranche un disque externe. 30 min après c’est fini, je retourne à mon bureau, je pose le laptop, et je branche l’alim, puis, je branche l’écran, puis je branche l’ethernet, puis je branche la souris, puis je branche le clavier, puis je branche un disque externe<br /> etc, etc<br /> Tous les jours, plusieurs fois par jour<br /> A un moment j’avait envie d’envoyer le laptop par la fenêtre, je n’en pouvais plus de ces usages préhistorique et pourtant …<br /> 4 ans<br /> il a fallu attendre 4 ans pour qu’Apple (et surtout pas un fabriquant de PC) propose une machine dotée d’une prise «&nbsp;universelle&nbsp;» qui permet de tout relier en UN branchement<br /> Et c’est ce qui m’arrive depuis, pour chaque laptop : je pose, je branche une prise, tout est relié. Simple, plaisant, efficace, moderne<br /> Maintenant je rêve de la même chose sans fil : on approche le laptop d’une petite borne, il se charge et est relié à tous les périphériques en très haut débit. On y viendra<br /> Mais revenir à une prise pour chaque périphérique … sérieux ?<br /> Vive l’USB-C<br /> PS : l’HDMI c’est autre chose. Comme déja dit, l’idée de cette prise est de permettre une connexion direct à la TV ou au projecteur en usage pro, sans devoir prendre l’adaptateur USB-C/HDMI qu’on oublie, qu’on perd …
Francis7
pocketalex:<br /> Mais revenir à une prise pour chaque périphérique … sérieux ?<br /> Vive l’USB-C<br /> PS : l’HDMI c’est autre chose. Comme déja dit, l’idée de cette prise est de permettre une connexion direct à la TV ou au projecteur en usage pro, sans devoir prendre l’adaptateur USB-C/HDMI qu’on oublie, qu’on perd …<br /> Je suis tout à fait d’accord avec toi. J’avais oublié d’écrire un élément de ma pensée. Le Hub USB-C multifonction est bien pratique…Ma pensée : quand je vois tous les câbles qui courent un peu partout…Autant pour moi. <br /> Au travail, on s’adapte. On est en Ethernet, le Wifi étant interdit.<br /> C’est rien de brancher de l’HDMI et du réseau.
Jayjay1976
J’ai pris un MacBook Air M1 après 25 années sur windows. Surement un peu l’âge ( je ne joue plus trop sauf avec mes gamins sur la console) et niveau performance / autonomie il n’y a rien qui s’en approche dans le monde PC. Et pas besoin de la version pro pour la plupart des gens j’ai jamais réussi à le mettre ko et pourtant sur Logic Pro c’est pas le manque de piste qui manque !<br /> Donc aux sceptique : aller essayer ! Et pour info je suis pas un fanboy j’ai un smartphone oppo et des écouteurs Sony !
c_planet
Performances monstrueuses sur batterie<br /> Des mots en rapport à quoi ? au test cinebench ?<br /> J’ai doublé mon score cinebench au score multi-gpu en changeant de pc il y a un an, et je n’y vois rien de monstrueux à l’usage quotidien pro, juste un peu de confort en plus. je ne mettrais pas 50 euros en plus pour le tripler … lol.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Encore un nouveau mini-PC chez Minisforum, cette fois en Intel Core i5 Tiger Lake
ViewSonic présente un écran portable de 17
Deux cartes « graphiques » Sapphire RDNA 2 à destination des mineurs
Les GeForce RTX série 4000, de la prochaine génération, gravées avec le procédé 5 nm de TSMC
Cyber Monday : excellent prix sur ce PC gamer MSI GP66 Leopard avec une RTX 3080
Des cartes graphiques moins chères d'ici fin 2022 et une sortie de crise pour 2023 selon AMD
GeForce RTX 3090 Ti : pas moins de 24 Go de GDDR6X Micron à 21 Gbps
GeForce RTX 2060 avec 12 Go : un peu plus qu'un simple doublement de la mémoire
À la recherche de mémoire DDR5 ? Des kits disponibles sur eBay à des prix indécents
Haut de page