Insolite : un suspect dans une affaire de meurtre demande à Siri où cacher le corps (màj)

01 juin 2018 à 15h36
0
Mise à jour : La police de Gainesville, qui a enquêté sur l'affaire, a démenti sur Twitter l'histoire rapportée par le site KitoTV. Le média a, de son côté, corrigé sa première publication. Si Siri a bien été évoqué dans le procès, de même que la fameuse réponse à la question « Quel est le bon endroit pour cacher un corps ? », le contenu récupéré en cache sur l'iPhone de l'accusé se révélait être en fait une image publiée sur Facebook.




Pour clarifier la situation, un extrait du procès filmé a été mis en ligne sur YouTube : on y découvre le témoignage du policier Matt Goeckel, qui parle de la capture d'écran de Siri et explique que l'iPhone 4 de l'accusé ne permettait pas d'utiliser le logiciel.



Le fait divers évoqué dans de nombreux médias, dont Clubic, était donc erroné, et les autorités en lien avec l'affaire ont pris les mesures nécessaires pour rétablir la vérité. Le procès devrait se terminer en fin de semaine.

Un Américain actuellement jugé pour le meurtre de son colocataire aurait bénéficié d'un complice étonnant : le logiciel d'Apple Siri, à qui il aurait demandé où cacher le corps de sa victime.

00FA000007559161-photo-siri-cacher-un-corps.jpg
Révélé par 9to5mac, le fait divers démontre qu'une plaisanterie glissée dans un logiciel par des développeurs peut parfois être réalisée au premier degré : un homme actuellement jugé en Floride pour le meurtre de son colocataire aurait demandé à Siri où cacher le corps du défunt. Le logiciel d'Apple, présent sur les iPhone, avait jusqu'à il y a peu une réponse programmée à la question « Quel est le bon endroit pour cacher un corps ? » : l'application répondait alors « Quel genre d'endroit cherchez-vous ? Marécage, réservoir, fonderie de métaux, décharge ? »

La police en charge de l'enquête a pu retrouver sur son téléphone les traces de l'échange entre l'accusé et l'application dotée d'une voix de synthèse, qui aurait eu lieu peu de temps après le décès de la victime. Cet indice a été mis en avant au tribunal mardi dernier.

On peut supposer que le suspect ne s'attendait pas à une telle réponse de la part de Siri, et cherchait à mettre la main sur des propositions fournies par le biais d'un moteur de recherche. La réplique, qui faisait partie des réponses humoristiques glissées dans le logiciel par ses développeurs, n'existe désormais plus. En anglais comme en français, Siri répond désormais « Quoi, encore ? » lorsqu'on lui pose la question, et ne suggère donc plus de lieux pour cacher un cadavre. Ce n'est sans doute pas plus mal, puisque l'application ne se révèle pas être une complice bien discrète...
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Lookout lève des fonds pour sécuriser les mobiles en entreprise
Infos US de la nuit : Cisco annonce 6000 suppressions de postes
Khronos Group publie les spécifications OpenGL 4.5 et prépare l'avenir
Sony : une SmartWatch 3 présentée à l'IFA ?
MonsterMind, l'antivirus de la NSA capable de riposter automatiquement
Yahoo rachète Zofari, expert en recherche locale personnalisée
Steve Ballmer rachète les Los Angeles Clippers pour 2 milliards
Twitter se met à la publicité vidéo
Google renforce Gmail pour lutter davantage contre le spam et le phishing
Le déclin de Candy Crush assombrit l'avenir de son éditeur
Haut de page