Apple et Motorola Mobility "n'ont aucun intérêt à résoudre leurs différends" selon un juge

le 11 avril 2013 à 17h24
0
Au cœur d'une guerre de propriété intellectuelle depuis l'année dernière aux Etats-Unis, Apple et Google, propriétaire de Motorola Mobility, continuent de s'attaquer l'un et l'autre, au grand dam des autorités de Floride. Un juge les somme désormais de régler le problème à l'amiable.

00FA000004967776-photo-apple-vs-motorola-logo-sq-gb.jpg
L'affaire ressemble à beaucoup d'autres : Dans sa lutte contre Android, Apple a attaqué Motorola Mobility, qui appartient à Google, pour violation de brevets. Motorola a rapidement riposté avec des accusations similaires dans iOS... c'est ainsi que, depuis plus d'un an, les deux entreprises sont en conflit, notamment en Floride où plus de 180 réclamations liées à 12 brevets et des différends sur le sens de plus de 100 termes constituent actuellement le dossier.

Pour le juge fédéral Robert Scola, en charge de l'affaire à Miami, la coupe est pleine : dans une déclaration publiée mardi, le magistrat donne 4 mois à Apple et Motorola pour régler leur litige, ne manquant pas au passage de pointer du doigt « le comportement turbulent et querelleur » des deux sociétés.

« Les parties n'ont aucun intérêt à résoudre efficacement et rapidement leurs différents, dont ils se servent plutôt comme une stratégie commerciale qui ne semble jamais devoir finir, à l'échelle mondiale » analyse le juge. « Ce n'est pas une bonne utilisation de la cour » ajoute-t-il.

La réaction de Robert Scola fait suite au constat de l'ampleur du dossier, qui est autant ingérable pour le tribunal que pour les deux entreprises. « Sans un soupçon d'ironie, les parties demandent maintenant au tribunal de réparer leur gâchis en tenant une audience pour réduire la taille et la complexité de l'affaire. La cour refuse cette invitation » conclut le magistrat.

Si Apple et Motorola/Google ne règlent pas leurs différends au bout des quatre mois, le juge précise que l'affaire sera mise en stand-by jusqu'à que les questions autour de la signification de la centaine de termes présents dans le dossier ne soit réglée. Un dossier qui pourrait donc potentiellement encore durer très longtemps si les deux entreprises n'y mettent pas de bonne volonté.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Désenchantée : la saison 2 pour tous sur Netflix dès le 20 septembre
Edge Chromium, la version de développement continue son évolution
Les bactéries océaniques qui produisent de l’oxygène altérées par la pollution plastique
Hyundai et Kia investissent dans Rimac pour développer deux sportives électriques
Fondation / e / : des smartphones Android remis à neuf... les services Google en moins
La dernière maj Xbox One vous permet de voir si vos amis jouent sur PC ou console
Formule E : notre reportage dans l’antichambre des voitures électriques
Des chercheurs conçoivent un réseau de neurones artificiels
Fête des mères, nos 15 idées cadeaux pour gâter votre maman
Mercedes : le constructeur veut des voitures neutres en CO2 d'ici 2039
Être propriétaire de sa voiture, un modèle bientôt dépassé d'après le CEO de Volvo
Guacamelee! Super Turbo Championship Edition est gratuit sur le Humble Store
VivaTech 2019 - AMY (RATP), l'appli qui utilise les ultrasons pour alerter les piétons d'un danger
Netflix a amélioré la qualité audio de vos séries et films il y a quelques jours, voilà comment
Lightyear dévoilera sa voiture électrique à énergie solaire le 25 juin prochain
scroll top