Apple ne s'intéresse pas à la Chine, et tant mieux selon Lenovo

01 juin 2018 à 15h36
0
00C8000001520414-photo-logo-lenovo.jpg
Lors d'un entretien accordé hier au Financial Times, Liu Chuanzhi, le PDG de Lenovo, s'est réjouis de l'absence d'Apple sur le marché chinois.

« Nous sommes heureux que Steve Jobs soit de si mauvaise humeur et ne se soucie pas de la Chine. Si Apple se souciait autant des consommateurs chinois que nous, nous serions en difficulté » a expliqué Liu Chuanzhi. Car la Chine est un marché salvateur pour Lenovo, qui a pu se sortir de ses récentes bévues financières liées à la crise mondiale grâce à sa présence dans le pays : la marque y détient 30% de part de marché.

Si Apple est cependant présent en Chine, peu de revendeurs sont agréés pour proposer des produits griffés d'une pomme, et les quelques Apple Store dispersés dans le pays n'offrent pas un canal de distribution suffisant pour développer la présence de la firme dans le pays. La marque s'apprête néanmoins à ouvrir une nouvelle enseigne à Shanghai samedi prochain, et prévoit, toujours selon le Financial Times, d'ouvrir 25 nouveaux points de vente en Chine d'ici à fin 2012.

En attendant, Liu Chuanzhi mise énormément sur le LePhone, le concurrent de l'iPhone vu par Lenovo : selon le chef de file de la marque, le LePhone est adapté au public chinois, et ce malgré une offre d'application restreinte : « L'iPhone a plus de 100 000 fournisseurs de contenu, et nous n'en n'avons pas plus de 1.000. Mais nos clients chinois trouvent nos applications très pratiques ».

Liu Chuanzhi s'attend également à ce que la Chine remplace les Etats-Unis au poste de lieu de choix pour lancer de nouveaux produits et de nouvelles technologies, le marché chinois restant à conquérir, et donc à satisfaire en conséquence : les entreprises mondiales devront donc s'adapter pour espérer percer dans le pays.

Pour autant, le PDG de Lenovo ne renie pas les performances d'Apple, et avoue même avoir une grande admiration pour Steve Jobs. « C'est un génie, c'est l'exception à ma règle. Ma théorie, c'est qu'un gestionnaire doit être la chaîne sur laquelle on enfile les perles. Mais Jobs lui-même est une grande perle a- »t-il expliqué. Une admiration qui, on s'en doute, n'enlève rien à la rivalité entre les deux hommes, qui risque fortement de se développer si Apple entame effectivement un élargissement de ses points de vente en Chine.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Frash : Adobe Flash porté sur iPhone et iPad jailbreakés
Un vendeur sur eBay condamné au Royaume-Uni
L'Hadopi américaine a envoyé 1,8 million d'e-mails
Pluzz : tout France Télévisions en rattrapage dès lundi (dispo)
Packard Bell Easynote Butterfly S : un ultrafin sobre sous Calpella
Interpol : 100 fugitifs arrêtés grâce aux internautes
Le PC aura-t-il droit à sa redevance TV ?
Orange veut investir 2 milliards dans la fibre
Etude : l'eBook, toujours plus lent à lire que le
Un FAI indien veut distribuer le cloud aux défavorisés
Haut de page