Malgré plus de 10 milliards de dollars de bénéfices, Amazon n'a pas payé d'impôts aux US

18 février 2019 à 11h36
0
Jeff Bezos

Fort de son activité florissante aux États-Unis, Amazon aurait payé à l'État américain des impôts à hauteur de... zéro dollar. Malgré les critiques adressées par Donald Trump, il semblerait que l'entreprise ait encore pu bénéficier d'exonérations substantielles.

Le think tank américain Institute on Taxation and Economic (ITEP) a publié un rapport cette semaine, mettant en lumière les impôts « payés » par Amazon sur le territoire américain. Et le montant déboursé est pour le moins surprenant.

L'administration américaine a même remboursé Amazon

En effet, sur 2018, le géant de l'e-commerce américain n'a pas payé un seul dollar d'impôts. Le constat va même plus loin dans le grotesque, puisque l'entreprise a reçu un remboursement, pour un trop-perçu, de la part de l'administration, à hauteur de 129 millions de dollars ! Pour l'année 2018, le taux d'imposition d'Amazon s'élève ainsi à... -1 %.

Doit-on y voir le signe d'une mauvaise santé financière du groupe ? Pas vraiment, si on en croit les résultats récemment publiés par la société. L'année dernière, Amazon a en effet enregistré des revenus record, atteignant un bénéfice de plus de 10 milliards de dollars, un chiffre multiplié par trois par rapport à 2017.

L'échec de la réforme fiscale

Alors comment expliquer ce cadeau fiscal ? Résulte-t-il d'une affection particulière portée par Donald Trump à Amazon ? Pas du tout ! Par le passé, le président américain a plusieurs fois critiqué la société, l'accusant de payer trop peu d'impôts et de faire perdre de l'argent à l'État.



Mais l'entreprise aurait en réalité profité des largesses de la législation fiscale du pays. Pourtant, en faisant passer le taux d'imposition des sociétés de 35 % à 21 %, le gouvernement espérait inciter les dirigeants d'entreprises à payer leur dû, sans tenter d'y échapper. Mais il semble que cette mesure n'a pas freiné l'appétit d'un groupe comme Amazon pour les exonérations fiscales.

L'ironie de l'histoire, c'est qu'entre 2011 et 2016, soit avant l'arrivée de Donald Trump au pouvoir, l'entreprise aurait été soumise à un taux d'imposition de... 11,4 %.

Source : Fortune
19
0
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
« Il est temps de briser Amazon » : quand Elon Musk se paie Jeff Bezos
La Maison-Blanche s'en prend aux pays qui taxent les géants numériques américains
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
L'Allemagne impose une borne de recharge pour véhicules électriques dans chaque station-service
Gaia-X : le projet européen de cloud computing visant à concurrencer la Silicon Valley se précise
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
Les employés de Facebook s'insurgent contre le refus de Zuckerberg de censurer les posts de Donald Trump
ITER : le premier élément du Tokamak est installé
scroll top