Amazon : un reportage accable un sous-traitant allemand (màj)

01 juin 2018 à 15h36
0
Amazon est accusé par un reportage de recourir à un sous-traitant employant des néo-nazis pour surveiller des salariés en Allemagne. La ministre du Travail a annoncé l'ouverture d'une enquête.

0104000005724178-photo-amazon-allemagne.jpg
Après Apple et Foxconn, c'est au tour d'Amazon et HESS Security d'attirer la lumière des médias. Un reportage diffusé sur la chaîne de télévision allemande ARD mercredi dernier montre des salariés intérimaires sur leur site d'hébergement (un village de vacances), encadrés par des vigiles dont la tenue mais surtout les méthodes s'avèrent plus que douteuses.

Dans le reportage, on y voit des gardes de HESS Security portant des vêtements de la marque Thor Steinar. Marque fondée en 2002, associée aux mouvements d'extrême-droite et néo-nazis, et retirée du catalogue d'Amazon en 2009.

Près de 5 000 travailleurs, en grande partie d'origine étrangère, seraient arrivés en Allemagne pour travailler dans les centres logistiques d'Amazon. Problèmes : ces employés seraient payés 10% sous le salaire annoncé mais ils subiraient en plus les pressions des hommes de HESS Security. Lesquels s'adonnent à des fouilles occasionnelles dans les chambres et revendiquent « être la police ».

Ces images ont provoqué une sortie de la ministre du Travail allemande, Ursula von der Leyen, qui a déclaré dans le journal Die Welt am Sonntag du dimanche 17 février qu'il allait falloir examiner la situation de plus près dans le cadre d'une enquête. « Si l'enquête montre que ces accusations sont vraies, l'agence de placement, qui a embauché les travailleurs, pourrait perdre sa licence », a ajouté la ministre.

De son côté, la filiale allemande d'Amazon a réfuté ces accusations. « Amazon ne tolère en aucune manière la discrimination ou l'intimidation et nous rejetons tout comportement de ce type » a expliqué le groupe dans un communiqué, ajoutant « prendre très au sérieux la sécurité et le confort de ses salariés ».

L'américain a également souligné qu'il « contrôlait régulièrement les prestataires de services extérieurs chargés de l'hébergement des saisonniers venus d'autres régions ». L'enquête le vérifiera.


Mise à jour :

Avant que l'enquête diligentée par le ministère du Travail allemand ne commence, Amazon a annoncé avoir rompu le contrat qui le liait à Hess Security, apprend l'agence AP. Très réactive, l'américain a indiqué s'être assuré « qu'on ne fasse plus appel à la société de sécurité qui était critiquée, avec effet immédiat ».

Soucieux que ce partenaire non stratégique n'éclabousse pas son image, Amazon a tenu à affirmer qu'elle ne tolérait « aucunement la discrimination ou l'intimidation et attend que chaque compagnie avec laquelle elle travaille fasse de même ».
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Conseil : Altran finalise le rachat d’IndustrieHansa
AMD persiste et signe : rien de neuf en GPU avant fin 2013
Yamaha PDX-B11 : l'enceinte pour baroudeur passe au Bluetooth
Un cheval de Troie a compromis 16000 comptes sur Facebook
E-commerce : Zalando a doublé son chiffre d'affaires en 2012
USA : la moitié des parents seraient sur Facebook pour espionner leurs enfants
Google compterait ouvrir des boutiques aux USA
Canonical : une préversion d'Ubuntu Touch pour smartphones Nexus le 21 février
Optimus G Pro : LG dévoile les caractéristiques
YouTube ne fonctionnerait plus sur BlackBerry OS 7.x
Haut de page