Thierry Bolloré est débarqué de son poste de directeur général de Renault

11 octobre 2019 à 11h52
3
renault

Renault a décidé, ce vendredi lors d'une réunion du conseil d'administration, de se séparer de son directeur général Thierry Bolloré. Un moyen de tenter de sauver l'alliance avec Nissan et Mitsubishi.

Le Figaro annonçait la tendance en début de semaine, c'est désormais confirmé : Thierry Bolloré n'est plus directeur général de Renault.

Renault en difficulté en 2019 ?

Le conseil d'administration du constructeur automobile français s'est réuni tôt ce vendredi 11 octobre 2019 pour prendre cette décision, dont l'effet est immédiat. Aucun membre du board ne s'y est opposé. En attendant de trouver un·e remplaçant·e, c'est Clotilde Delbos, directrice financière du groupe depuis 2016, qui prend les rênes.

Officiellement, il est reproché à Thierry Bolloré les mauvaises performances de Renault cette année, avec des bénéfices qui se sont écroulés (-50 %) au premier semestre, comme le rappelle Le Monde. En six mois, 700 millions d'euros de trésorerie se sont aussi envolés. Et l'argument de l'augmentation des investissements n'aurait pas convaincu. Pour le second semestre, les résultats ne devraient être guère plus glorieux, selon un proche du dossier cité par le quotidien.

Une conséquence de l'affaire Carlos Ghosn

Mais ce qui a précipité la chute de l'ancien président général du groupe est bien sûr l'affaire Carlos Ghosn. Présent dans l'entreprise depuis 2012, nommé directeur général adjoint en février 2018 et directeur général en janvier 2019 suite à la restructuration opérée après l'arrestation de Carlos Ghosn, Thierry Bolloré est trop connoté « administration Ghosn » aux yeux des partenaires japonais de Renault.

L'objectif, affiché par le conseil d'administration, est de sauver la grande alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, qui a pris du plomb dans l'aile avec les événements de ces derniers mois. Les relations entre la France et le Japon se sont largement détériorées avec cet épisode, et le départ de Thierry Bolloré doit permettre d'aider à tourner la page.

Cette décision provient a priori d'une volonté de l'État français, principal actionnaire de Renault. C'est ensuite le président de l'entreprise, Jean-Dominique Senard, qui a joué le rôle du bourreau.

Source : Le Monde
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
4
pagnelli
Quel est le rapport avec l’actualité high-tech ? J’ai l’impression d’être abonné à Auto plus !!!
Aristote76
Aucun intérêt
atahonfl
Disons que c’est une façon d’alerter une population geek qui a tendance à se regarder le nombril, pendant qu’on est en train de finir de détruire, depuis l’étranger, l’industrie française… Regardez ce qui reste et/ou ce qui est encore contrôlé par la France, état ou privé, c’est la portion congrue…
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Stadia : tous les jeux au lancement seront dispo en 4K bloqués à 60 fps
🔥 Imprimante 4 en 1 HP Officejet 5232 à 49,99€ au lieu de 99,90€
Yamaha dévoile deux scooters électriques équivalents 50cc et 125cc
Razer dévoile Raion, une étonnante manette PS4 et PC... inspirée de l'arcade
Un mail de Tim Cook fuite, justifiant la suppression de l'app HKmap.live
Stadia : tous les jeux au lancement seront dispo en 4K bloqués à 60 fps
Donald Trump sévit désormais aussi sur Twitch (il est partout)
Un Mavic Mini à venir chez DJI d'à peine 27 cm déplié
Un nouveau véhicule électrique teasé par Lexus en amont du Tokyo Motor Show
Sigma fp : le plus petit hybride plein format du monde sera lancé le 25 octobre pour 1999€
Haut de page