Creads

01 juin 2018 à 15h36
0
Nom : Creads
Fondateurs : Ronan Pelloux et Julien Mechin
Création : 2008
Localisation : Paris
Financements : 7 000 euros
Investisseurs : fonds propres
Activité : création graphique participative
Site Internet : www.creads.org


Creads propose aux graphistes, amateurs ou professionnels, de mettre à profit leurs talents via une plateforme communautaire où leurs clients sont en quête de logo, design, charte graphique...



Ronan Pelloux, Directeur associé

1/ Creads, du graphisme participatif ? Pouvez-vous expliquer le concept ?

Creads est la première agence de création participative. Quand un client désire un logo, une charte graphique... il dépose un brief de son projet sur la plateforme. Les créateurs enregistrés sur Creads, au profil très différent, font des propositions. Une centaine en moyenne. Ensuite le client dispose de sept jours pour sélectionner le meilleur. Il est aidé dans sa démarche par un chef de projet de Creads. Ensuite, le créateur peaufine sa création, et finit par céder les droits d'auteur au client. L'idée était de monter une agence pour utiliser le crowdsourcing pour accompagner le chef de projet. On propose de créer nom, slogan, logo, mascotte, carte de vœux, affiche, design de brochure, webdesign, mais aussi beaucoup d'autres choses. On a déjà fait des meubles, des chéquiers et du design d'intérieur de restaurant On peut s'ouvrir à la photo aussi. Le choix le plus dur a finalement été de choisir le logo de... Creads. Comment on a fait ? On est passé par la plateforme. Et on a dû choisir parmi 500 propositions !

2/ Appliquer cette logique à la création est nouveau, d'où est venue l'idée ?
Au départ on était quatre. On s'est rendus compte qu'il existait pas mal de sites de compétition de design aux États-Unis et qu'ils faisaient des trucs super, juste pour le plaisir. On a décidé de lancer notre projet en 2008. Parce qu'on a aussi fait le constat qu'il existait plusieurs problèmes pour les entrepreneurs qui cherchaient à doter leur entreprise d'un nom, d'un logo ou d'une charte graphique : ils doivent déterminer un prix, mais le logo peut vite coûter jusqu'à 3 000 euros. En plus, très souvent, ils n'ont aucune notion de graphisme donc ils ont du mal à faire un brief pertinent. Du coup, ils demandent un logo professionnel, beau, et c'est tout. Or, un brief ce n'est pas ça : il faut dire si on veut par exemple un logo carré pour évoquer la sécurité, rouge, etc. Bref être précis et technique. Du coup, à Creads, on appelle le client, et on affine le brief avec lui pour optimiser le taux de retours positifs. C'est un peu le moteur de notre projet.

3/ Quels sont vos clients, et quel est votre positionnement sur le marché ?
Un tiers de nos clients sont des grands comptes comme BNP Paribas, Bouygues, la SNCF, La Poste. Pour l'anecdote, c'est sur Creads qu'est né Le Lynx. Un autre tiers est constitué des petites et moyennes entreprises. Enfin, on a aussi des agences de design qui utilisent les concours pour ensuite revendre le projet à leurs clients. Au final, c'est gagnant-gagnant. On fonctionne que sur appel entrant, en moyenne, on enregistre entre 15 et 30 prospects par jour. Après leur repérage, environ 30 à 60% convertissent. Depuis le début, on a une croissance annuelle de 100%. Dire qu'on a commencé avec un client par mois ! Notre positionnement prix n'est pas low-cost car on rémunère bien les artistes. Cela permet d'attirer des personnes de qualité. Et cela donne confiance aux grands comptes. Du coup le prix est très variable, cela dépend du client. Pour un petit entrepreneur, un logo ou une charte graphique peut coûter environ 1 200 euros, là où une agence facturerait jusqu'à 5 000 euros. Le nom peut coûter 500 euros. Pour l'instant, on compte 1 200 clients satisfaits et seulement 5 mécontents. Mais c'est parce qu'ils n'ont pas joué le jeu, ils n'ont pas suivi l'avancement du projet et ça n'a pas marché.

4/ Comment gagnez-vous de l'argent, et comment allez-vous évoluer ?
Au début on a commencé avec 7 000 euros, on ne s'est pas payés pendant un an. Le business model permet de nous financer car le client paye en amont entre 30 et 50% du projet. Les créateurs sont rémunérés, on prélève une commission. Les cinq premiers sont payés afin de motiver à la création. On ne dépense pas beaucoup en marketing et communication car on fonctionne beaucoup grâce au bouche à oreille. On a déjà réalisé un chiffre d'affaires de 1,2 millions d'euros en 2011. Cette année, on est en négociations pour lever des fonds pour recruter, accélérer la croissance et nous développer à l'international, notamment aux États-Unis. Là-bas, on n'a qu'un concurrent, mais il y a la place pour un deuxième. Pour 2013 on vise un chiffre d'affaires de 2 millions d'euros sans problèmes.

00C8000006086292-photo-equipe-creads.jpg
00C8000006086500-photo-creads.jpg
00C8000006086498-photo-creads.jpg
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Un site sensibilise les internautes au syndrome de la Tourette en tweetant à leur place
Impression 3D : un rachat de start-up à 400 millions de dollars
Carnet de mode
Corion
Free met en ligne une carte des débits ADSL indicatifs
HTC dévoile le smartphone Butterfly S
Vers un cadre protecteur pour le crowdfunding en France
Gottfrid Svartholm, cofondateur de The Pirate Bay, de nouveau condamné
Vine dévoile de futurs changements en 6 secondes
Six entreprises sur dix n'ont pas de stratégie open source
Haut de page