RealNetworks lance une plateforme de jeux communautaires

01 juin 2018 à 15h36
0
L'éditeur RealNetworks a annoncé hier lors du sommet Web 2.0 Expo le lancement d'une nouvelle plateforme de jeux en ligne communautaire. Baptisée GameHouse Fusion, cette dernière est multi-écran et fonctionne aussi bien sur ordinateurs que sur smartphones (iPhone, Android). La technologie sera également déclinée pour Facebook via le système d'applications tierces.

RealNetworks explique qu'il s'agit-là d'une plateforme ouverte permettant aux développeurs de former une communauté autour de leurs jeux même si ces derniers n'embarquent pas de fonctionnalités sociales ou sont en mode solo. Le joueur sera ainsi en mesure de noter les jeux, d'écrire des recommandations, d'organiser des tournois ou encore de dessiner les trophées à gagner et les objets virtuels.

Sur Facebook, l'application se présente sous la forme d'un portail général, ce qui signifie que l'internaute ne devra authentifier qu'une seule application pour accéder à tout le catalogue des jeux. Pour le développeur, il s'agit également de générer des revenus supplémentaires. En effet, RealNetwork a mis en place un système de monétisation publicitaire ainsi qu'un système d'analyse de données.

RealNetworks précise que 50 millions d'internautes se rendent chaque mois sur le portail GameHouse et estime qu'il y aurait 1 milliard de joueurs en ligne sur les réseaux sociaux.

0226000003170216-photo-gamehouse-fusion.jpg
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Hadopi, c'est déjà fini ?
Skype : bientôt les appels vidéo groupés et une réduction des tarifs
Asus annonce enfin l'EeeKeyboard, un ordinateur tout-en-un dans un clavier
Gmail abandonné par les universitaires californiens
Un hacker développe un rootkit pour distributeurs de billets
Yahoo! tacle Google dans sa nouvelle campagne de pub
Sophos est racheté pour 830 millions de dollars
IE 9 : la deuxième préversion évolue vers le Html 5
M6 Mobile : accédez à Facebook pour 1 euro par mois
Piratage : Google s'emmêle à l'épineuse question
Haut de page