Wikileaks dévoile un réseau social et s'attaque à Facebook

15 décembre 2011 à 13h02
0
008C000002629842-photo-wikileaks-logo.jpg
Le site Wikileaks, particulièrement connu pour les informations sensibles qu'il met à disposition du public, se lance dans le web communautaire et souhaite s'attaquer directement à Facebook.

Hébergé en France et en Suède, le site Wikileaks fut au coeur de nombreuses polémiques pour avoir mis à disposition plusieurs documents confidentiels relatifs à la guerre en Irak et en Afghanistan, à la corruption touchant le Kenya, aux prisonniers de Guantánamo Bay, aux secrets des institutions financières ou encore à la sécurité des centrales nucléaires au Japon.

Malgré les blocages financiers opérés par Visa, Mastercard, Bank of America, PayPal et Western Union, Wikileaks tente toujours de lever des fonds pour assurer son hébergement et annonce même l'ouverture d'un nouveau réseau communautaire baptisé WLFriends.org. Sur son flux de Twitter officiel, Wikileaks décrit ce dernier comme un « Facebook killer ».

Pour l'heure l'inscription au site nécessite une clé d'activation, laquelle peut-être obtenue en publiant un message sur son propre flux de Twitter avec le mot-clé #tokenplease. Le site en question serait disponible dans plus d'une dizaine de langues et l'équipe semble être en train de finaliser la traduction du service.

Aucune information supplémentaire n'a été communiquée.


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Windows Live Messenger s'ouvre aux développeurs de clients XMPP
Google met à jour son application Gmail sur iOS
Timeline : le nouveau profil Facebook ouvert à tous
Mozilla ouvre une campagne promotionnelle pour Firefox
Google aurait sponsorisé une étude sur la sécurité des navigateurs
4G : Free, Bouygues, SFR et Orange sont candidats pour les
Voiture à pilotage automatique : Google obtient un brevet
La TV d'Orange en partie sur Xbox 360 au printemps 2012
Affaire AlloMovie : Free invoque des éléments de forme
Les vidéo-bulles de Google+ reçoivent une mise à jour
Haut de page