Mapstr, une alternative privée à Foursquare

Par
Le 24 août 2015
 0
Mapstr est une nouvelle application de cartographie qui voudrait que chacun façonne sa carte personnelle, contenant ses propres bons plans. À peine créée, la start-up lève 800 000 euros.

Qui utilise un peu Google Maps a sans doute fini par remarquer que la plupart des points d'intérêt lui étaient familiers. Pour cause : la carte se modèle en fonction d'informations glanées dans les recherches effectuées dans le moteur de recherche ou encore dans la messagerie Gmail. Mapstr, une toute jeune start-up française - elle a vu le jour en juillet 2015 - voudrait améliorer ce principe en offrant les pleins pouvoirs à l'utilisateur.

Au lieu de voir plusieurs points qui ne nous intéressent pas forcément sur une carte, Mapstr propose de les placer soi-même. Si vous vous rendez dans un bar et que vous l'appréciez au point d'envisager d'y retourner, il vous suffit de lancer l'appli et de marquer cet endroit en un clic. Comme vous êtes géolocalisé, l'adresse peut être automatiquement suggérée. Dernière étape : ajouter un tag, afin de filtrer ses bonnes adresses.

Pas de publicité à l'horizon


Contrairement à Foursquare, Mapstr ne comporte pas de dimension sociale. Le fondateur de l'application, Sébastien Caron, aime plutôt à la comparer au bloc-notes. L'intérêt de son outil est de pouvoir sauvegarder rapidement une adresse et, petit à petit, de se constituer son monde. Pour les boutiques, en face, Mapstr fonctionne surtout comme un levier de fidélisation client, dans la mesure où il les incite à y retourner.


03e8000008145588-photo-mapstr.jpg
Disponible sous iOS, Mapstr va être décliné pour Android et en version Web - Crédit : Mapstr.

De l'aveu de Sébastien Caron, dans une interview pour Appstv, il n'est pas prévu d'intégrer de la publicité au sein des cartes. Pour se financer, la société compte pour l'instant sur une levée de fonds de 800 000 euros fraîchement bouclée auprès de plusieurs investisseurs privés. Selon eux d'ailleurs, « Mapstr résout un réel problème auquel nous étions nous-mêmes confrontés. Le "product-market fit" (adéquation à la demande du marché, ndlr.) est clairement identifié, ce qui nous a immédiatement convaincu de soutenir ce projet ».

S'abonner à des cartes à thème


En quelques semaines, Mapstr a attiré 50 000 utilisateurs dans plusieurs pays, qui y ont entré 400 000 adresses. En guise de modèle économique, la start-up envisage d'intégrer, à terme, des achats au sein de son application. Dans une vraie logique de « mobile to store » (attirer un consommateur dans une boutique au moyen d'un smartphone), ces services payants consisteront par exemple à s'abonner à une carte prédéfinie.

On peut imaginer, par exemple, que l'on paiera 5 euros pour accéder à la carte des meilleures boutiques de modélisme, à celle de bons restaurants japonais, etc. Mapstr pense aussi à une newsletter à thème proposant, chaque semaine, cinq nouvelles adresses à ajouter. Autre idée envisagée : alerter les utilisateurs lorsqu'ils passent à proximité d'un lieu sur leur carte. Mais « sans que cela soit intrusif ou que ce soit du spam ».


À lire également :

Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Financement start-up

scroll top