Après avoir séduit Bill Clinton, le français Glowbl vise les USA

Thomas Pontiroli
09 septembre 2014 à 17h22
0
Glowbl est apparu dans le monde de la visioconférence en 2011, et espère se différencier de Google et Cisco par une approche qu'il qualifie de plus humaine. Ce concept lui vaut 2 millions d'euros d'apport.

0104000007606255-photo-glowbl.jpg
Créé à Lyon en 2011, Glowbl se décrit comme un service Web de visioconférence à « visage humain ». Une approche qui lui a valu un premier tour de table de 700 000 euros en octobre 2013 et un deuxième de 2 millions aujourd'hui, auprès d'investisseurs privés.
La plateforme avait fait parler d'elle lorsque Arnaud Montebourg l'avait préférée à Google Hangouts lors du Concours mondial d'innovation en décembre 2013. Glowbl a même été utilisé par l'ancien président américain, Bill Clinton et le fondateur de Wikileaks, Julian Assange.

Pour synthétiser l'idée de ce projet, il s'agit d'un service de streaming, notamment vidéo, mais pas que, dont les commentaires ont été remplacés par des bulles de visioconférence. Pour éviter que tout le monde ne parle en même temps, Glowbl ne permet les interactions qu'avec les personnes proches de soi, c'est-à-dire dont les bulles jouxtent la sienne. Le côté « humain » de Glowbl tient au fait que les participants à un événement ne peuvent communiquer qu'avec les gens assez proches d'eux pour être entendus, « comme dans la vraie vie ».


01E0000007606253-photo-glowbl.jpg


Contrairement à Google Hangouts ou WebEx, ce service ne limite pas le nombre de participants. C'est là que repose d'ailleurs son modèle économique puisque Glowbl facture les grosses sessions, alors que les petites restent gratuites. Pour faciliter l'expérience, il suffit aux diffuseurs de s'identifier avec leur compte YouTube, SoundCloud ou autre, et aux spectateurs de faire pareil avec leur identifiant Facebook, Yammer, Google+...

Ces sessions, que la start-up appelle « LiveStages », ne se destinent pas qu'aux concerts ou aux discours d'Arnaud Montebourg. La société explique que son outil sert aussi « pour les événements d'entreprise, les salons, les démonstrations, les ateliers, les réunions de travail et tout autre type de rassemblement ». Forte de ces nouveaux financements, elle va maintenant essayer de faire germer son modèle à San Francisco.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires
et respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Le législateur américain cherche toujours à interdire les logiciels de reconnaissance faciale
CES 2021 : notre recap' des meilleurs périphériques présentés lors de l’événement
Bon plan RED by SFR : l'offre Big RED 200 Go à 15 €/mois prend fin à minuit !
Wikimédia France : quel avenir pour la fondation aux multiples visages ? (Interview)
Boostez votre PC avec ce SSD WD Blue 1 To M.2 au meilleur prix chez Cdiscount
Cette énorme TV Continental Edison de 55
Dacia Bigster : la future figure de proue de la marque
Le PC Hybride Microsoft Surface Pro X est bradé chez Fnac et Darty
VLC et Microsoft Edge bêta désormais compatibles avec les Mac M1
Huawei met à jour AppGallery, son store d'applications alternatif à Google Play
Haut de page