Patrick Drahi, patron de Numericable, investit dans Libération

Thomas Pontiroli
13 mai 2014 à 13h28
0
L'identité de l'investisseur « mystère » de Libération, aux côtés de son actionnaire principal, Bruno Ledoux, a été révélée par le site Mediapart. Il s'agit de Patrick Drahi, propriétaire de Numericable.

« Mais pourquoi tant de cachoteries », se demande la rédaction de Libération, dans un billet annonçant l'investissement « masqué » de Patrick Drahi, propriétaire de Numericable, dans leur quotidien. L'information, éventée fin avril, a été confirmée par Mediapart.

L'homme d'affaires franco-israélien, vainqueur sur Bouygues dans le rachat de SFR, a versé 4 millions d'euros sous forme de prêt au journal. Un montant réalisé en façade par Bruno Ledoux, actionnaire majoritaire de Libération, et engagé dans une recapitalisation de 18 millions d'euros. Le financement, réalisé via sa holding, contenait en fait une clause de substitution, réservée à Patrick Drahi.

« Dans les documents déposés au tribunal, les salariés avaient découvert la mention d'un investisseur anonyme appelé à participer à l'augmentation de capital », expliquent les salariés de « Libé » dans leur billet. Le 7 mai, Patrick Drahi affirmait au Monde « réfléchir » à la possibilité d'investir dans le journal. Deux semaines plus tôt, il confiait avoir été sollicité en ce sens.

Face à Xavier Niel

Mediapart écrit que « le patron de Numericable serait séduit par la marque Libération et soucieux de sauvegarder un acteur majeur du pluralisme de l'information à la française ». L'un de ses objectifs pourrait être de prendre place dans le quotidien avant Xavier Niel, actionnaire majoritaire de Free, son concurrent dans les télécoms, acquéreur du Monde en 2010 et se disant aussi intéressé par le dossier Libération.

Ce n'est pas en fait le premier investissement dans les médias pour Patrick Drahi qui, en 2013, a créé la chaîne d'info en continu israélienne i24news et a mis la main sur les chaînes françaises Vivolta et Shorts TV.

Cet investissement de Patrick Drahi avait été partiellement démenti le 30 avril auprès des salariés de Libération par le PDG, François Moulias, qui concédait tout de même que l'homme d'affaires pouvait être un interlocuteur « naturel ». Du côté de la rédaction, les journalistes dénoncent le non-respect du principe de transparence dans le financement de la presse et une « dissimulation volontaire ».
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Actualités récentes

Firefox 82 est disponible, proposant correctifs et amélioration du picture-in-picture
Un réseau de robots Telegram aurait créé plus de 104 000 deepfakes de femmes nues
Half Life Alyx : un mod offre la possibilité de s'immerger dans la ville sous-marine de Bioshock
Après Huawei ou Xiaomi , c'est au tour d'OPPO de se lancer sur le marché des téléviseurs
Windows 10 : Microsoft liste les problèmes connus qui peuvent survenir durant la mise à jour d'octobre
A peine sorti, le nouveau Samsung Galaxy S20 FE est déjà moins cher !
Blue Microphones dévoile un Yeti X World Of Warcraft Edition avec modulation de la voix
Windows 10 mise à jour d'octobre 2020 : allez-vous l'installer aujourd'hui ?
Les hackers éthiques de Yogosha, ces dénicheurs de failles informatiques (Interview)
Windows 10 : le nouveau Edge sera maintenant inclus d'office avec des fonctionnalités exclusives
scroll top