Capgemini va mettre la main sur la SSII Euriware

Par
Le 15 octobre 2013
 0
La société de services en ingénierie informatique Euriware va être cédée par sa maison-mère, le groupe nucléaire Areva, lui-même détenu à 87% par l'État. Le repreneur est la SSII Capgemini.

0104000006706190-photo-euriware.jpg
Areva cherchait un repreneur pour sa filiale informatique Euriware. Entre Atos, Steria et GFI, c'est finalement à Capgemini qu'incombera la charge de reprendre la SSII et ses 2 100 salariés, a appris l'AFP lundi 14 octobre lors d'un comité central d'entreprise (CCE) extraordinaire.

« Le 10 juin, lors d'un précédent CCE, le président d'Euriware, Christian Petit, avait confirmé aux syndicats l'intention du groupe nucléaire français de céder 100% des titres de sa filiale qui compte onze sites en France » est-il indiqué. Aucune information sur le montant de l'opération n'a en revanche été dévoilée.

Le plan prévoit que 1 800 salariés d'Euriware rejoindront les rangs de Capgemini avec la garantie que leur emploi sera préservé pendant au moins deux ans. L'ancienne maison-mère, Areva, reprendra quant à elle 155 employés, d'après l'Usine-digitale, qu'elle intégrera à son système ultrasensible de contrôle-commande.

Areva engagé dans des cessions d'actifs

En juin dernier, le groupe nucléaire expliquait sa décision par le fait que le positionnement d'Euriware ne pouvait plus « assurer la pérennité des activités et des emplois » et que « le modèle d'une SSII intégrée à un groupe industriel comme Areva a atteint sa limite ». Lors de l'exercice 2012, Euriware avait réalisé 288 millions d'euros de chiffre d'affaires, dont 57% tirés de l'infogérance et 42% de l'intégration de systèmes.

Le président du directoire d'Areva, Luc Oursel, avait par ailleurs déploré « un manque de compétitivité de la filiale face à une concurrence qui s'est durcie » mais avait démenti être « à la recherche de cash », indique l'AFP. Lésé par la catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011, le groupe français s'était ensuite engagé dans un plan d'économies de deux ans prévoyant la cession d'au moins 1,2 milliard d'euros d'actifs.

Dans une note, la CGT Euriware interpelle à nouveau le gouvernement, les élus locaux et parlementaires concernés « afin qu'ils exigent le moratoire nécessaire à l'étude de notre projet alternatif ». Selon elle, cette revente « n'est pas une fatalité ». Un nouveau comité central d'entreprise se tiendra mardi 22 octobre à l'occasion duquel Capgemini présentera le détail de son projet.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités Financement start-up

scroll top