Le fondateur de Deezer investit dans l'appli de mixage edjing

Par Thomas Pontiroli
le 24 septembre 2013
 0
La start-up edjing, qui édite une application de mixage musical sur mobile, reçoit le soutien financier d'un fonds de capital-risque français et accueille le fondateur de Deezer dans son capital.

0104000006662216-photo-edjing.jpg
Rendre le mixage accessible à tous, et sur mobile, est la promesse de l'application edjing. Anciennement DJit, la start-up française annonce avoir bouclé un tour de table de 2,5 millions de dollars. Si edjing a reçu le soutien financier du fonds de capital-risque Entrepreneur Venture, il accueille aussi un nouvel investisseur.

Il s'agit de Daniel Marhely, le fondateur de Deezer. À la tête d'une fortune évaluée à 45 millions d'euros selon le magazine Capital, l'entrepreneur et désormais investisseur entre par ailleurs au conseil d'administration d'edjing. « Je suis convaincu qu'edjing continuera d'être l'application de référence pour tous les fans de mix musicaux sur les supports mobiles », confie-t-il dans un communiqué.

« La confiance que nous témoignent les investisseurs nous conforte dans l'idée qu'edjing a su se faire une place sur la scène mondiale des éditeurs d'applications mobiles. Nous avons l'ambition de proposer une application ludique, performante et innovante et ce, à l'échelle mondiale. Aujourd'hui et grâce à nos nouveaux partenaires, nous disposons de tous les atouts pour atteindre nos objectifs d'évolution », souligne pour sa part le PDG et fondateur de la société, Jean-Baptiste Hironde.

01CC000006662212-photo-edjing.jpg

Le marché américain adepte de mixage

edjing propose une application multiplateformes (iOS, Android et Windows Phone) dédiée au mix de musique pour les non-initiés. Elle a été téléchargée 10 millions de fois depuis son lancement et se targue d'être accessible dans 170 pays. Gratuite, l'application repose sur un modèle économique freemium, proche de celui du jeu vidéo donc, proposant des skins et options facturés entre 2 et 100 euros.

Numéro un mondial du mixage sur mobile, edjing revêt également une dimension sociale puisque les créations sont enregistrables et partageables auprès de sa communauté. Son succès, la start-up le doit notamment à ses utilisateurs américains et asiatiques, avec lesquels elle réalise 30 et 20% de son activité en volume. « La maturité du marché des smartphones et des tablettes aux États-Unis nous a aidé à gagner des utilisateurs », nous explique la société.

Ce nouvel apport de capital va permettre à la jeune pousse d'accélérer son développement à l'international. ejing et son équipe de 15 salariés devrait doubler ses effectifs d'ici l'année prochaine. Pour renforcer son offre musicale « casual » sur mobile, la start-up annonce en outre travailler au développement de nouvelles applications qui devraient consolider sa position.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Un astronaute devenu différent de son jumeau après un voyage d’un an dans l’espace
Game of Thrones : HBO annonce l'ouverture d'un studio à visiter en 2020 en Irlande du Nord
Microsoft assure que ses data centers utiliseront 60% d'énergie renouvelable d'ici 2020
Auchan, Carrefour, Casino... les tests de magasins 100% automatiques se multiplient
Notre sélection des meilleurs films et séries à voir en avril sur Netflix et Amazon
Sophia, le robot humanoïde, parlera IA lors d'un Sommet Digital à Kigali
Samsung : une mise à jour du Galaxy S10 apporte un mode photo de nuit
La PS5 proposera
Des satellites bientôt mis en orbite pour identifier les plus gros pollueurs de la planète
Informatique quantique : où en est-on ?
Test Huawei P30 Pro : le nouveau champion de la photographie
Google Chrome : un mode Lecture pourrait bientôt être déployé
Redécouvrez l'intérieur de la cathédrale Notre-Dame grâce à la réalité virtuelle
BlackBerry Messenger (BBM) va fermer ses portes le 31 mai prochain
Salon de Shanghai - Lotus Type 130, l'hypercar qui pourrait faire renaître la marque
scroll top