Musique : Rhapsody rachète Napster

04 octobre 2011 à 13h34
0
00A0000001330136-photo-logo-napster.jpg
En pleine évolution, le marché de la musique en ligne aux Etats-Unis connait plusieurs transformations et après le rapprochement entre Facebook et Spotify Rhapsody et Napster ont décidé d'unir leurs forces.

Avec 800 000 abonnés, Rhapsody serait à l'heure actuelle le plus gros service de musique aux Etats-Unis et la société a décidé de conserver une longueur d'avance en annonçant le rachat de Naspter, un service détenu par le marchand Best Buy. La joint venture de RealNetworks et MTVNetworks doit effectivement faire face à une compétition agressive de la part du service Spotify qui possède déjà plus de 2 millions d'abonnés payants en Europe et qui a ouvert ses portes outre-Atlantique au mois de juillet.

Napster fut l'un des premiers services d'échanges illégal de musique sur Internet. En juillet 2001 les procédures de la Recording Industry Association of America (RIAA) se sont traduites par la fermeture du service. Naspter fut ensuite racheté par Roxio en 2002 puis revendu à Best Buy en 2008 pour 121 millions de dollars. Selon Rhapsody, Naspter serait le second plus gros service de musique aux Etats-Unis mais n'a pas souhaité annoncer le nombre d'utilisateurs, lequel serait estimé aux alentours de 400 000. Le montant de cette transaction n'a pas été communiqué.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Arctic Accelero S1 Plus : refroidissez votre GPU dernière génération en silence
L'application Relay esquive la fonction d'achats in-app d'Apple
HTC confirme plancher sur un correctif pour combler une faille béante
Docomo invente la batterie pour mobile qui se recharge en dix minutes
Microsoft : les lecteurs Zune sont morts, vive Zune !
La Fédération des Télécoms conteste la taxation des FAI
Sony Ericsson veut renforcer son soutien au projet FreeXperia
MySpace : un retour vers la musique pour sauver les meubles
Mobile : Docomo tente la reconnaissance d'aliments
Haut de page