Mobiles d'occasion : l'avenir leur appartient

0
Il aura fallu attendre quelques années avant que ne s'installe un vrai marché du smartphone d'occasion. Encore timide rapporté à l'échelle globale, il connaît une accélération fulgurante.

Ils ont un meilleur rapport prix/prestation que les smartphones chinois, et les consommateurs se les arrachent : ce sont les smartphones d'occasion. Leur croissance est cinq fois supérieure à celle du marché du neuf : 50 % en 2015 contre 10 % pour les ventes des fabricants (IDC). En 2015, les ventes de terminaux d'occasion ont atteint 80 millions d'unités dans le monde, selon une étude de Deloitte, et cela devrait grimper à 120 millions cette année.

Certes, c'est résiduel comparé aux 1,4 milliard de terminaux de première main écoulés sur la période, mais la tendance témoigne d'un vrai changement dans les comportements d'achat. En France, où les forfaits libres d'engagement ont atteint plus de 60 % du parc d'abonnements post-payés (Arcep), l'achat d'un smartphone se fait en une fois (ou jusqu'à quatre fois sans frais), là où il était plutôt lissé sur 12 ou 24 mois auparavant. Ainsi, l'acte de changer de mobile est devenu plus douloureux pour les finances, et c'est là qu'intervient l'occasion.

Un réseau d'experts

Pour répondre à la demande, les opérateurs ont adapté leur circuit de distribution et proposent tous des modèles de seconde main. L'un des pivots de ce marché dans le pays est Recommerce Solutions. Allié à Orange, Bouygues Telecom et SFR, cet intermédiaire récupère les smartphones auprès des consommateurs, les reconditionne, puis les met à disposition des opérateurs. Un service bien huilé qui aboutit à des prix inférieurs de 30 à 70 % du neuf.


03E8000008338308-photo-annonce-iphone.jpg


Dans le cas où les mobiles ne passent pas par ces experts de l'occasion, la floraison des boutiques de réparation (Save, Woops, Reparmobil, Phone Express...) permet de redonner une seconde vie à un terminal essoufflé. Car depuis plusieurs années, aucune technologie n'a vraiment bouleversé ces appareils. Bien souvent, le seul gain d'une génération à l'autre concerne la performance. Si bien qu'un modèle de 2011 peut rester pertinent en 2016.

Quel rôle pour les fabricants ?

De 4 % du marché mondial des smartphones, les terminaux d'occasion atteindront 7 % en 2016, prédit Deloitte, et 10 % du segment premium (supérieur à 450 euros, pour le cabinet). Hormis ces modèles, le prix moyen de ces mobiles est de 125 euros. La moitié de ces appareils est écoulée par les fabricants et les opérateurs eux-mêmes, via leurs offres reconditionnées. Le reste l'est principalement de main à main en ligne, comme sur Leboncoin.

Ce qu'il faut aussi comprendre, c'est que le marché du neuf est arrivé à une forme de saturation. Pour écouler leurs derniers modèles, les fabricants ont mis en place des programmes de reprise des anciens. En février, Apple a même étendu son programme aux iPhone à l'écran cassé - un mal fréquent sur ces appareils, qui obère souvent les chances de revente à un bon prix. Moins fairplay, il bloque les iPhone 6 dont le bouton Home a été changé.


À lire également :

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La justice allemande demande à Tesla de mettre en pause la construction de sa Gigafactory
Une taxe sur chaque connexion aux réseaux sociaux, pour remplacer la redevance TV ?
La centrale nucléaire de Fessenheim va être arrêtée ce samedi en vue de son démantèlement
L'éolien a, en 2019, fourni 15% de l'électricité consommée en Europe
Le Cybertruck aurait passé le cap des 500 000 précommandes
Uber ferme son bureau de Los Angeles, écarte des dizaines de salariés et délocalise aux Philippines
La France et l'Allemagne s'associent pour travailler sur le successeur du Rafale et de l'Eurofighter
La Renault ZOE est une des voitures électriques les plus vendues au monde
Airbus : les USA augmentent nettement les taxes douanières sur les avions européens
Galaxy Z Flip : notre prise en main vidéo du nouveau smartphone à écran pliable de Samsung

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top