La réponse du gouvernement à Uber est Le.Taxi

19 octobre 2015 à 15h28
0
Les chauffeurs de taxi français peuvent désormais être localisés et appelés, comme sur Uber.

Après la réponse des conducteurs de VTC à Uber, voici celle des taxis : Le.Taxi. Ce service émane de l'article premier de la loi Thévenoud du début 2015, qui prévoyait un registre de disponibilité des taxis. Il fédère les 57 000 chauffeurs de taxi en France qui peuvent désormais être géolocalisés via une application, façon Uber. L'application a même été présentée le samedi 17 octobre par le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

Pour bénéficier du service, il faudra installer l'application sur son terminal Android ou iOS, et qu'un nombre suffisant de chauffeurs se soient enregistrés dessus. La procédure n'est pas automatique. Le gouvernement espère que 50 000 d'entre eux feront le pas. C'est à Paris où l'on verra si cette application porte ses fruits. La capitale compte en effet 17 700 taxis, pour 10 000 chauffeurs Uber. Et concentre l'essentiel des crispations.

De la même façon, le client paie sa course directement au chauffeur, en liquide ou par carte bancaire, et peut évaluer la course. Pour l'instant, une dizaine d'opérateurs partenaires ont rejoint l'aventure, dont Taxis G7.
Il est intéressant de noter que la fonctionnalité mise en avant par Le.Taxi - le fait de voir les taxis maraudant sur un plan et d'appeler le plus près de soi - a justement été rendue interdite... sur les applications de VTC.

03E8000008211088-photo-letaxi.jpg
Crédit : Le.Taxi


À lire également :

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Uncharted 4 devrait être le dernier volet des aventures de Nathan Drake
Molotov : le bouquet de TV réinventé à l'ère de Netflix
Roku lance ses boîtiers de streaming neutres et faciles en France
Infos US de la nuit : les propriétaires américains de drones devront se déclarer
Freebox Server mis à jour en 3.1.5 : correction de bugs
Pour E. Schmidt, Google n'est qu'une victime de plus de la Commission européenne
Face au mur, Pixmania doit se réorganiser
Le MIT développe un algorithme capable de remplacer l'intuition humaine
Star Wars Le Réveil de la Force : affiche et réservations envahissent les réseaux sociaux
La SNCF va investir 30 millions d'euros dans des start-up pour accélérer sa modernisation
Haut de page