5 infos qui nous ont échappé cette semaine

Par
Le 04 octobre 2015
 0
Google.com racheté 12 dollars, des cyberattaques qui se multiplient contre la France... Dans cette mini-revue de presse mondiale, Clubic balaie l'actualité décalée, insolite mais toujours sérieuse, repérée pendant la semaine.

01f4000008144876-photo-revue-de-presse.jpg

Tim Cook ne veut pas d'ennemis

« Il y a plus de choses sur lesquelles Apple et Microsoft peuvent être partenaires que concurrents », a expliqué le patron d'Apple lors d'une conférence sur la mobilité en entreprise organisée par Box. « La vie est courte, nous allons tous mourir bientôt. Nous devons avoir le plus d'amis possible », a-t-il ajouté un brin fataliste.


Il rachète Google.com pour 12 dollars

Profitant du court laps de temps où l'entreprise n'avait pas encore renouvelé son abonnement au nom de domaine, un ancien employé a pu s'offrir le précieux « Google.com » pour à peine 12 dollars. La vente a finalement été annulée après quelques minutes et la firme de Mountain View, qui a remboursé l'acheteur, s'est excusée pour cette bévue.


Twitter songe à vendre des emojis sponsorisés

Le réseau social est décidément aux abois dès qu'il s'agit de nouvelles sources de revenus. Après les sondages natifs révélés la semaine dernière, une nouvelle idée a germé dans le cerveau des commerciaux : faire payer les marques pour voir apparaître un emoji personnalisé. Un test est en cours avec Coca-cola.


TiVo accélère les films pour les regarder plus vite

Le magnétoscope numérique très populaire aux Etats-Unis introduit une nouvelle fonction qui permet de regarder une série ou un film 30% plus vite sans distorsion d'image ou de son. Pour une heure de programme, les 15 minutes de publicités sont coupées et la durée du film raccourcie à 31 minutes. De quoi rattraper une saison de Games of Thrones en une petite nuit.


Le spectre de la cyber-menace de plus en plus inquiétant

Le directeur général de l'ANSSI (Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d'Information) a tenu des propos alarmants sur l'intensification des cyberattaques dont sont victimes les entreprises françaises. « Dans certaines attaques, on a perdu des choses qu'on n'aurait pas dû perdre dans l'intérêt de la nation et de la sécurité nationale », a-t-il avoué. Il demande donc plus de vigilance et une réponse concertée des acteurs.

A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top