Showroomprivé s'apprête à entrer en bourse

01 juin 2018 à 15h36
0
D'ici la fin de l'année 2015, le spécialiste français du déstockage de mode Showroomprivé devrait coter en bourse sur Euronext. Dans son viseur, la société envisage des rachats.

Showroomprivé veut changer de taille. Le numéro deux français de la vente privée - derrière Vente-privée - annonce avoir déposé son « document de référence » auprès de l'Autorité des marchés financiers, signifiant son intention d'entrer en bourse. La société, fondée par Thierry Petit il y a bientôt dix ans, devrait entrer en cotation sur Euronext d'ici la fin de l'année. Au plus tôt en octobre, a précisé le directeur financier à l'AFP.

L'intérêt de l'opération pour la société, a expliqué le responsable, est d'avoir « plus de visibilité, notamment à l'international ». Mais aussi « un accès à davantage de liquidités et la capacité à éventuellement pouvoir saisir les opportunités de croissance externe ». Thierry Petit a déclaré dans une interview au JDN que sa part du capital, ajoutée à celle détenue par l'autre cofondateur David Dayan, « ne descendra pas sous les 42 % (contre 60 % aujourd'hui, ndlr) afin de garder la majorité des droits de vote, et le contrôle de la société ».

Lever 200 millions d'euros

Accel Partners, actionnaire principal de la société depuis 2010 avec 30 %, devrait signer, lui, un net recul. En mai dernier, Showroomprivé avait accueilli des investisseurs privés originaires du Golfe à son capital, mais l'entreprise était restée discrète sur le sujet. Par cette opération, la société leur avait cédé 10 % de ses parts, soit 60 millions d'euros. Une fois en bourse, elle s'attend à une augmentation de capital de 200 millions.

03E8000008050610-photo-showroompriv.jpg

En 2014, la plateforme de déstockage de mode avait augmenté son chiffre d'affaires de 37 % comparé en 2013, à 350 millions d'euros - dont la moitié sur mobile -, pour un résultat net de 6 millions d'euros. Pour se développer encore, Showroomprivé misera aussi sur l'international et notamment l'Allemagne avec sa déclinaison locale VIPstores. Objectif en 2018 : réaliser un quart des ventes à l'étranger et tripler l'activité.

Un vent de consolidation

Dans la foulée, le concurrent Vente-privée a annoncé le rachat de son rival belge Vente-exclusive, numéro un du secteur au Benelux avec 90 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2014 et 4 millions de membres. Pour Jacques-Antoine Granjon, le patron de Vente-privée, « cette nouvelle étape traduit notre démarche active d'expansion européenne qui s'appuie sur une stratégie de croissance organique et de croissance externe ».

Ce mouvement, combiné à l'appétit affirmé de Showroomprivé, confirme un vent de consolidation sur le secteur de la vente privée en Europe, dans lequel les deux acteurs français semblent bien positionnés.


À voir également :

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

HTC One A9 : le faux jumeau de l'iPhone 6
Le créateur du Bitcoin n’est finalement pas celui que l’on croyait
Black Friday : elle achète un iPhone 6 et se retrouve avec des patates
iPhone 6 : un prototype (?) en vente sur eBay pour 7 000 dollars
L'Ukraine dans le noir à cause d'un virus informatique ?
Comment régler les couleurs de son écran PC ?
4 techniques simples pour nettoyer son PC
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
USB Type-C : tout savoir sur la nouvelle norme USB
De Facebook... à Sexebook, réseau social coquin ?
Haut de page