Interview avec Applidium, la machine à succès française

08 novembre 2013 à 10h03
0
En plein essor, le marché du mobile explose et les répertoires d'applications s'étoffent de jours en jours. Parmi les éditeurs français qui profitent pleinement de cette croissance, une société française se démarque : Applidium.

00FA000006824262-photo-applidium.jpg
France Télévision, Canal+, RATP, Vinci ou encore Volkswagen, la société Applidium multiplie les partenariats et s'impose comme l'un des acteurs incontournables dans le développement d'applications mobiles en France. A l'occasion du salon App Days, qui se déroule à Paris, nous avons rencontré son co-fondateur Romain Goyet.

Clubic : Pourriez-vous présenter la société Applidium ?

Romain Goyet : La société a été fondée fin 2009 et nous avons débuté les activités en 2010. Nous sommes 25 personnes. Nous n'avons quasiment que des ingénieurs diplômés à l'exception de trois designers. Nous avons donc un positionnement très technique, ce qui colle très bien à notre activité.

Vous avez signé avec plusieurs grands noms, comment se passent les négociations ?

R.G : C'est assez classique. Une grande boite de média souhaitant faire réaliser une application mobile est tenue d'émettre un appel d'offres. Nous sommes régulièrement consultés puis nous avons un cahier des charges et nous leur présentons nos propositions en espérant ensuite être sélectionnés.

Nous avons un positionnement premium. Nous prenons toujours des engagements au forfait. Nous livrons un service et ne facturons pas à l'heure.

Combien de temps dure le développement d'une application de manière générale ?

R.G : En apparence on a l'impression que toutes les applications se valent avec cette même petite icône en porte d'entrée mais ce n'est pas aussi simple. Cela peut aller d'une application très simple avec un focus particulier sur une fonctionnalité qui peut être réalisée en moins d'un mois à des travaux qui peuvent durer plus d'une année s'il s'agit d'un projet transverse. C'est souvent le cas sur iPad.

Je dirais qu'en moyenne c'est entre trois et six mois.

Développez-vous toujours de manière native ?

R.G : Oui cela fait partie de notre positionnement. Ce qui compte pour nous c'est la qualité. Bien sûr il y a des inconvénients, par exemple le code n'est pas multiplateforme et il faut refaire l'application deux fois pour iOS et Android. Mais nous voulons des applications qui soient vraiment adaptées aux OS.

Bien sûr si l'on veut faire de la rationalisation des coûts il est intéressant d'utiliser des frameworks générant des applications universelles. Mais si l'on veut gagner la guerre du mobile ce n'est pas pertinent.

En plus des projets de vos partenaires vous avez également créé vos propres applications.

R.G : Oui, nous pensons qu'il n'est pas possible de rendre de bons services si nous ne sommes pas nous-mêmes nos propres clients. C'est impératif de se mettre à la place du client pour bien le cerner et d'aller se frotter à l'App Store. Cela permet ensuite de mieux conseiller.

Cela permet également de faire parler de soi. Par exemple les gens de Canal+ nous ont repéré avec l'application VLC. Aussi on comprend mieux les mécanismes de la monétisation.

01F4000006824264-photo-applidium.jpg

Quelques applications développées par Applidium


Aujourd'hui quelle est l'application conçue par vos soins la plus populaire ?

R.G : Cela dépend de la manière de voir les choses. La plus connue à Paris est probablement celle que nous avons fait pour la RATP. A l'échelle planétaire c'est plutôt VLC. En nombre de téléchargements et d'usage c'est le jeu Falldown 3D.

Vos applications sont majoritairement disponibles sur iOS et Android, vous intéressez-vous à d'autres plateformes ? Avez-vous été courtisé par Microsoft ?

R.G : Nous souhaitons offrir un service. Après c'est un simple calcul de ROI. Si j'ai moins d'utilisateurs sur une plateforme je vais être moins enclin à passer du temps sur celle-ci. Nous regardons le marché et les usages et nous nous adaptons. Aujourd'hui nous n'observons pas vraiment d'appétence pour Windows Phone.

Microsoft est venu nous voir et je pense qu'ils ont raison de faire ces démarches pour défendre leur système. C'est normal, c'est leur discours commercial. Ils essaient d'appâter les développeurs à venir sur leur plateforme.

Quelle est selon vous l'avenir des applications mobiles ?

R.G : Moi j'observe une concentration du marché et il y a plein d'acteurs qui investissent énormément sur le mobile. Je pense que ces usages mobiles prendront le pas sur beaucoup d'autres tels que le PC par exemple.

Ces acteurs qui font le pari de miser gros finiront par sortir du lot. Au début tous les acteurs trouvaient leur place sur le marché mais déjà certains commencent à écraser la concurrence. Par exemple si aujourd'hui il y a une dizaine d'applications d'actualités, je ne serais pas surpris de n'en voir que deux dans 1 ou 2 ans qui vont beaucoup plus loin.

Aujourd'hui, l'éditeur de Candy Crush annonce 600 000 dollars de revenus par jour. Cela nous donne une idée assez incroyable de ce qu'ils sont prêts à investir en terme de marketing comparé à un petit studio qui ne pourra pas lutter face à des campagnes de publicités de grande envergure. Sur le jeu il n'y a que quelques titres qui dominent le marché. Cela devient de plus en plus dur de trouver des petits jeux qui ne sont plus présents dans les recommandations des app stores.

Vous être très bien implanté en France, songez-vous à signer des accords à l'international ?

R.G : Nous avons des clients internationaux mais chez nous il y a un élément important de notre service : la proximité avec le client. Ils ont envie de nous voir et de nous parler. Le développement à l'étranger devient tout de suite très lourd puisque cela implique d'ouvrir des bureaux et de recruter sur place.... Bien sûr nous y réfléchissons mais je ne pense pas que nous sommes arrivés à saturation sur le marché européen. Pour l'instant nous avons la chance et le plaisir de travailler ici alors nous en profitons.

Je vous remercie.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
A peine lancée aux USA, Apple annonce que sa Card serait sensible au jean et au cuir
Un chercheur français a trouvé une faille critique dans le système de vote russe
Xiaomi Mi Mix 4 : un monstre de puissance doté d'un capteur photo 108 mégapixels
Le site des impôts affecté par le piratage de 2000 boîtes mails
RGPD : un consentement « explicite et positif » bafoué à plusieurs niveaux
SFR dévoile sa nouvelle Box SFR 8 et une grille tarifaire à partir de 5€ par mois

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top